Daniel Habrekorn, Flore et bestiaire imaginaires

Le chant des murènes et celui du chaud lapin

La culpa­bi­lité humaine ne peut se résoudre dans le simple avi­lis­se­ment du cou­pable comme si celui-ci devait être mar­qué pour tou­jours du sang de ce qu’il est. Il faut, pour la sou­li­gner, pas­ser par la flore et le bes­tiaire qu’il a assas­si­nés. Mais Habre­korn en ajoute une couche. Il ne se contente pas de ce qui est.
A la pyra­mide ani­male et végé­tale et même aux figures fan­tas­ma­tiques offi­cielles (dra­gon, dahu, chi­mère, phé­nix, vouivre, etc.), il ajoute ses propres créa­tures et reprend le flam­beau de la lit­té­ra­ture ancienne comme celle du temps (ou presque) en engros­sant les monstres inven­tés par Giono, Pica­bia, Dau­mal, Via­latte, Ben­ja­min Péret. Le tout en ajou­tant en fin de dic­tion­naire quelques publi­ci­tés intem­pes­tives pour Les Cours La Fon­taine, Faux ter­riers, etc.

Sans jouer les laca­niens de bazar, l’auteur avec sa « Korn » est sans doute bien placé pour sa danse des ours, che­vaux, « dro­ma­meaux » dans les touffes de « gobe-rêves » et “Grand Tout”. L’auteur répond à la souillure humaine par ses fables où se posent des ques­tions cen­trales. Par exemple, savoir si les zèbres sont noirs à rayures blanches ou blancs à rayures noires… D’où la décli­nai­son d’ersatz : « zèbre de Grévy », « zébrule », « pou­lain zèbre », etc.
Encore fallait-il trou­ver les mots pour les dire. Et ce, non pour faire sor­tir la haine mais plu­tôt pour entrer dans les choses. Habre­korn a réussi. Comme avant un der­nier som­meil contraint et forcé, il se remet à par­ler, pour ouvrir à un appel inou­bliable. Il touche à ce que Deleuze nomme “ la per­cep­tion de la per­cep­tion ». C’est pour­quoi sa flore et son bes­tiaire n’ont rien d’exotiques. Ils confrontent à une exi­gence. Elle emporte dans le temps où l’auteur dit adieu à l’impossible.

jean-paul gavard-perret

Daniel Habre­korn, Flore et bes­tiaire ima­gi­naires, L’Harmattan, Paris, 2016, 248 p. — 25,00 €. 

 

Leave a Comment

Filed under Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>