Jacques Cauda, Gros Mickey

Sol ciré

Sous pré­texte (mais en est-ce un ?) qu’il y aurait “en toute femme une femme qui rai­sonne et une femme qui s’abuse, une femme qui sait et une femme qui s’obstine”, et en leur hom­mage, Jacques Cauda ras­semble des frag­ments de sou­ve­nirs éro­tiques. Les siens.
Via — et au besoin — lu numéro de le revue Tel Quel où furent publiés les lettre de Joyce à Nora “la rou­quine”. Elle  éclaire et non seule­ment de ses che­veux le texte de l’auteur mais d’une cer­taine manière signe le livre en hom­mage au “gros mickey” que James lui offrit.

Celui qui se dit “un vieillard de soixante-cinq ans” et affirme ne vivre que dans les sou­ve­nirs, cultive encore ses “fan­tai­sies” à la manière de Sterne, Arsène Hous­saye, Nodier, Ner­val et quelques autres. Cela lui per­met de revivre cer­tains moments de sa jeu­nesse plus qu’à bon escient.
Plus par­ti­cu­liè­re­ment, il se remé­more ici l’année de ses 17 prin­temps. Ce fut le temps où il fré­quen­tait les pros­ti­tuées. Mais pas que.

Pour preuve, les lettres de son amour caché (Marianne) qui le nom­mait ado­ra­ble­ment son “Dan­ge­reux jésuite”. Il n’est pour­tant ni l’un ni l’autre même s’il aime à se gri­mer sous les arti­fices et arte­facts d’un Jack l’éventreur. Existent dans ce livre moins des argu­ties que des péri­pé­ties miro­bo­lantes.
L’auteur veut les faire ava­ler sous le trans­fert du gro­tesque et de la mélan­co­lie. Mais per­sonne n’est dupe. Ni Jack, ni ses lec­teurs et lectrices.

Sa Marianne est d’un amour blessé que chacun(e) appré­cie dès que le Mickey mousse.

jean-paul gavard-perret

Jacques Cauda, Gros Mickey, Edi­tions Fur­tives, Besan­çon, 2020, non paginé.

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies, Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>