Collectif, Papier Machine, n° 14

Un phé­nix

Sans le clai­ron­ner, Valen­tini Bonomo offre une espace et une revue qui revi­vi­fie le concept même d’avant-garde.  Ce qu’elle offre d’un numéro à l’autre est un “bloc” d’écrivains et d’artistes, bref une famille certes dis­pa­rate capable de secouer les idées ensom­meillées. Cha­cun les zigouille, cha­cun est coriace parmi ce bouillon d’éclectisme là où la Bel­gique donne tout.

Exit les congra­tu­la­tions auto-soulagées et auto-louées en de vagues roga­tons. Ici, les auteurs et artistes ne sont ni des néo-lyriques ni des racon­teurs. Ils mettent les mains à la pâte, dedans et dehors, loin de ceux qui se vou­draient aca­dé­mi­ciens décom­plexés ou igno­rants peu inté­res­sés.  Des talents émergent ainsi selon divers angles. Cha­cun ren­verse du régu­lier en des mou­ve­ment d’invention qui main­tiennent des “changes”, comme l’écrit le phi­lo­sophe Jean-Pierre Faye. Bref, ils osent l’élan en choi­sis­sant un mot clé pour chaque numéro (ici “bloc” en l’occurrence) pour ana­ly­ser images, pen­sées, dis­cours sous-jacents, com­por­te­ments et nature.

Par exemple, Mathilde Scho­nauer Sebag & Alexia Faissa font retour sur la jus­tice et ses pres­ta­tions là où la fic­tion per­met non de cacher les états des lieux mais leurs « véri­tés ». Sont mises en exergue chez d’autres contri­bu­teurs d’autres trom­pe­ries et ce, jusqu’aux pierres, lichens et divers effets de mimé­tismes (comme Lucie Combes ou Léo Duquesnes ouvrent des veines).
Une telle revue devient une réserve exo­tique afin non seule­ment de faire un tour mais pour éva­luer bien des poids d’impensés. Dès lors, la cir­cu­la­tion média­tique d’une telle revue se crée non des pro­duits édi­to­riaux mais des bonds de langues excentriques.

Valen­tine Bonomo, au cœur de ce dis­po­si­tif, lutte la déréa­li­sa­tion du réel en sup­por­tant et osant des efforts de repré­sen­ta­tions. Il ne s’agit plus de ne par­ler la vie que dans des formes com­mu­né­ment admises. Chaque expé­rience est indi­vi­duelle mais devient une excep­tion contre la vaste fresque chromo qui fait écran entre le monde, ses fonds, ses dis­cours et nous.

jean-paul gavard-perret

Col­lec­tif, Papier Machine, n° 14, Bachi­bou­zok ASBL et Ab Nov, juin 2024, 130 p. — 20,00 €.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Chapeau bas, Espaces ouverts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>