Philippe Fretz, Seuils et terrasses (suite)

Les dia­logues de Phi­lippe Fretz

A la fer­veur du net répond ici la fer­veur inimi­table du papier sur lequel Phlippe Fretz , face au jeu du hasard des octets, orga­nise des scènes – ou leurs frag­ments – pour arri­ver à l’autre en dehors des ter­rasses aléa­toires de réseaux sociaux. L’art reste donc le contre-discours par excel­lence face à un uni­vers d’irréalité et de des­truc­tion du réel.
A la fois par ses recol­lec­tions d’images emprun­tées à l’histoire de l’art et de la pho­to­gra­phie et par sa créa­tion plas­tique, l’artiste suisse crée des ascen­sions sur les ter­rasses, des che­vau­chées à tra­vers des seuils. L’espace devient un laps par­fois « espé­rable » mais par­fois battu sans bataille. Même si tout dans l’ensemble reste une ques­tion d’énigme.

Certes, le bleu velours comble l’image dense et aérée. Mais il est moins celui du ciel que celui d’une anxiété dif­fuse sur la terre d’un rem­blai, en un che­min d’attente où une sil­houette de Parque moderne se déplace accom­pa­gnée d’imperceptibles souffles du vent.
Fretz pour­suit ainsi son « stu­diolo » où l’image est le mode de pen­sée : la conti­guïté des œuvres y favo­rise un ban­quet ico­no­gra­phique. Toute une rumeur de ren­contres visuelles et intel­lec­tuelles tremble de pièce à pièce. Preuve que ce n’est pas, contrai­re­ment à ce que pen­sait Gré­goire de Nysse  « uni­que­ment sur le mur » que la pein­ture parle. Le papier favo­rise des dia­logues inédits.

jean-paul gavard-perret

Phi­lippe Fretz, Seuils et ter­rasses (suite), art&fiction, Lau­sanne, 2015, 20 p.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>