Thierry Levêque, Boulevard du crime : Vie quotidienne et secrète du Palais de justice de Paris/Claude Cancès et Charles Diaz, Histoire du 36 illustrée

Plongez-vous dans l’histoire cri­mi­nelle de notre pays

Les Edi­tons Jacob-Duvernet mettent à l’honneur deux ins­ti­tu­tions de la Répu­blique Fran­çaise qui bien­tôt quit­te­ront leur mythique adresse pari­sienne — le 36 quai des Orfèvres et l’Île de la Cité — pour emmé­na­ger dans une tour moderne de l’ouest de la capi­tale. Deux livres de forme dif­fé­rente mais qui inté­res­se­ront les pas­sion­nés d’histoire et d’affaires criminelles.

Dans son Bou­le­vard du crime, Thierry Levêque, jour­na­liste accré­dité au Palais de Jus­tice de Paris, nous pro­pose une visite un peu spé­ciale de ce lieu chargé d’histoire. Long­temps demeure des sou­ve­rains, la sta­tue de Saint-Louis ren­dant la jus­tice sous un chêne trône dans la cour pour le rap­pe­ler, le Palais de Jus­tice de Paris est l’un des plus anciens du monde. Avec ses 4000 employés et plus de 40 000 déci­sions pénales ren­dues, le lieu a vu défi­ler tout ce que la capi­tale compte d’histoires sor­dides. Le chro­ni­queur n’oublie pas d’évoquer, lon­gue­ment, le tri­bu­nal des gueux, au 35 bis, où l’on ne juge que les étran­gers en situa­tion irré­gu­lière.
Des vies qui se jouent dans l’anonymat d’une salle quasi vide, loin du tapage média­tique des grandes affaires — Car­los, Guy Georges, Four­ni­ret, Clears­tream, Elf… En trois cha­pitres (La Mort, La Vie, La Méta­mor­phose), il balaie un siècle de jus­tice, de cas, de des­tins extra­or­di­naires, et la boucle est bou­clée.
Le livre s’ouvre sur cette phrase lapi­daire : “Ce jour sera un deuil” — ce jour, prévu en 2017, sera celui du démé­na­ge­ment pour le futur bâti­ment du quar­tier des Bati­gnolles — et se referme sur les chan­ge­ments inhé­rents aux nou­veaux locaux. Par exemple, le “dépôt”, jusque-là géré par des reli­gieuses et qui abrite les femmes de déte­nus, aux­quelles les nonnes four­nissent une forme de sou­tien moral un temps décrié mais fina­le­ment main­tenu. Que les ardents défen­seurs de la laï­cité se ras­surent, les sœurs n’auront cer­tai­ne­ment plus leur place, quand la Jus­tice va entrer dans l’ère moderne.

 

Claude Can­cès, ancien patron de la Police Judi­ciaire, com­met avec l’His­toire du 36 illus­trée son deuxième ouvrage sur un sujet qui le fas­cine.
Ayant inté­gré la police pari­sienne à son retour de la guerre d’Algérie, il n’en est res­sorti qu’en 1995, après 35 années de bons et loyaux ser­vices, remer­cié par le ministre de l’Intérieur de Jacques Chi­rac, Jean-Louis Debré. Jugé un peu trop indé­pen­dant par le pou­voir en place, il reste néan­moins une figure emblé­ma­tique du 36, de la Mon­daine à la PJ, en pas­sant par l’Antigang et la Crim. Au moment où, comme la Palais de Jus­tice voi­sin, la PJ est sur le point de démé­na­ger, il rend un vibrant hom­mage aux lieux, mais aussi aux hommes, sans oublier les agents de la police urbaine, les simples flics en uniforme.

 

La pre­mière par­tie de ce livre foi­son­nant retrace l’histoire du lieu immor­ta­lisé par le com­mis­saire Mai­gret, à tra­vers des pho­to­gra­phies, des lettres et divers docu­ments, inédits pour cer­tains — les ser­vices de l’Identité Judi­ciaire ayant ouvert leurs portes et fourni des archives à l’auteur. Des curio­si­tés qui exercent une sorte de fas­ci­na­tion mor­bide sur le lec­teur. Les affaires qui ont mar­qué l’histoire res­sur­gissent, bien réelles, avec les visages de cri­mi­nels de légende — Lan­dru, Petiot — et les plon­gées au cœur d’enquêtes cap­ti­vantes — la bande à Bon­not, Sta­visky, la Cagoule, Ben Barka, Mar­ko­vic -, des pre­mières bri­gades à la nais­sance de la police scientifique.

 

Dans une deuxième par­tie, Can­cès évoque sa car­rière, appor­tant une foule de détails pas­sion­nant sur les cou­lisses de son métier. Comme dans un polar, il raconte les cri­mi­nels qu’il a arrê­tés — Guy Georges, Thierry Pau­lin — les assas­si­nats réso­lus — le Baron Empain, de Bro­glie — et les atten­tats trai­tés — ceux du RER en 1995, les Irlan­dais de Vin­cennes… Un ouvrage magni­fi­que­ment illus­tré et par­fai­te­ment docu­menté, une perle que l’on aura plai­sir à feuille­ter ou a offrir.

 

Deux excel­lents livres — avec un coup de cœur pour l’Histoire du 36 illus­trée de Claude Can­cès — qui per­mettent de par­cou­rir un siècle d’histoires et d’Histoire.

a. de lastyns

 

   
 

Thierry Levêque, Bou­le­vard du crime : Vie quo­ti­dienne et secrète du Palais de jus­tice de Paris, Jacob-Duvernet, sep­tembre 2011, 284 p.- 20,00 €
Claude Can­cès et Charles Diaz, His­toire du 36 illus­trée, pré­face de Michel Gau­din, Jacob-Duvernet, octobre 2011, 224 p.- 29,95 €

 
     

 

 

 

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies, Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>