Marie-Laure Dagoit, essuie-toi

Apprêt d’amour ou les larmes d’éros

Marie-Laure Dagoit sait que ça finit tou­jours de la même façon. Alors plu­tôt que d’embêter le regar­deur et le lec­teur par des consi­dé­ra­tions psy­cho­lo­giques, elle pare au plus pressé. Avec autant de pré­ci­sion (pen­dant) que de dou­ceur (après). Elle sait que quand deux per­sonnes se ren­contrent et sont venues pour “ça” (voir plus haut), le rituel est sen­si­ble­ment tou­jours le même.
L’auteure et artiste pré­sente la carte et les acces­soires d’une telle entre­prise. En maî­tresse de céré­mo­nie, elle se tient à l’orée de la petite mort — ce qui à n’en pas dou­ter ne fait pas d’elle une cri­mi­nelle. Il est vrai qu’elle est sou­ve­raine dans l’art d’écrire et de scé­na­ri­ser les débauches. Elle en module les mou­ve­ments qui engendrent cer­taines larmes blanches d’éros juste avant que se ter­mine sou­vent le moment des “je t’aime”.

Bref, elle fait — avec induc­tion iro­nique — le tour de la ques­tion : délices infi­nis, vidange ou mort calme, der­nier souffle et finis­sage impec­cable qui efface les gouttes. La place est aussi nette qu’elle le fut au début. L’ensemble fait pay­sage. Avant comme apprêt.

jean-paul gavard-perret

Marie-Laure Dagoit, essuie-toi, Mai­son Dagoit, Rouen, 2018 - 35,00 €.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Erotisme, Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>