Rodolphe, La Maison Dieu — Intégrale

Des Super-héros à la française !

Ils sont neuf, dotés sou­dai­ne­ment de pou­voirs incroyables, ter­ri­fiants. En quelques mois, ces neuf minables sont deve­nus des génies ou des stars. Com­ment ces évo­lu­tions spec­ta­cu­laires sont-elles pos­sibles ? Qui sont-ils et que vont-ils faire ?
Un obs­cur pro­fes­seur d’un col­lège d’enseignement tech­nique est devenu rapi­de­ment un pres­ti­gieux musi­cien et chef d’orchestre adulé des foules. Com­ment expli­quer que, mal­gré une qua­ran­taine bien son­née, il paraisse aussi jeune ? Pour­quoi cherche-t-il à effa­cer toute trace de sa vie anté­rieure ? Il est fils unique, ses parents sont morts, il étrangle son ex-épouse. C’est, son for­fait accom­pli, en ren­trant dans son châ­teau, qu’il est rejoint par Phi­lippe Baron, un ancien ami devenu cham­pion olym­pique. Il raconte qu’il se sen­tait sur­veillé. Puis, il a été enlevé par de mys­té­rieux indi­vi­dus. Il a pu s’échapper et il est en fuite.
Et la bande des neufs s’amenuise. Les ser­vices secrets les traquent et viennent de tuer Robert. Les sur­vi­vants sont déci­dés à défendre leur vie par tous les moyens…

Rodolphe mène, avec maî­trise, un récit étrange avec des indi­vi­dus de diverses ori­gines deve­nus des sur­hommes. Au fil des albums, il dévoile adroi­te­ment les élé­ments de réponse sur l’origine des pou­voirs des neufs et le secret de Mai­son Dieu. Il en résulte une intrigue ori­gi­nale basée sur une idée pour­tant lar­ge­ment répan­due. En effet, qui n’a pas rêvé, un jour, de dis­po­ser des capa­ci­tés, des pou­voirs lui per­met­tant d’accéder à ses désirs les plus chers ?
Le scé­na­riste mul­ti­plie des péri­pé­ties attrac­tives, aidé en cela par les excep­tion­nelles qua­li­tés qu’il a attri­buées à ses per­son­nages. Mais, il uti­lise la réa­lité pour nour­rir son action, pre­nant, par exemple, une situa­tion bien connue qui se dérou­lait sur La Roche de Solu­tré dans les années 80. Il y mêle, en forme de clin d’œil, la manière d’arrêter une traque uti­li­sée dans X-men 2. La chute finale n’est-elle pas un hom­mage à Magritte, au couple Jean Carmet-Louis de Funès ?Cepen­dant Rodolphe, qui aurait pu exploi­ter encore plus loin les capa­ci­tés excep­tion­nelles des neufs, a su gar­der une réserve face aux pou­voirs de ses per­son­nages et res­ter dans une his­toire qui devient, dès lors, plus plausible.

Le des­sin et les cou­leurs réa­listes, magni­fi­que­ment trai­tés par Natha­lie Berr, servent l’intrigue en bana­li­sant le côté science-fiction, l’aspect super héros, lais­sant paraître l’humanité des per­son­nages. Elle ancre dans le tan­gible, une his­toire qui, sinon, relè­ve­rait plus du comics.
La pré­sen­ta­tion de La Mai­son dieuen inté­grale rend cette série encore plus attrac­tive, dynamique.

serge per­raud

Rodolphe (scé­na­rio), Natha­lie Berr (des­sin et cou­leurs), <i>La Mai­son Dieu : Intégrale</i>, Glé­nat, coll. « Les Inté­grales », sep­tembre 2012, 232 p. – 20,00 €.

Leave a Comment

Filed under Bande dessinée, Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>