Nicole Trope, La Famille d’en face

Un sus­pense psy­cho­lo­gique dans les règles de l’art

Les édi­tions Boo­kou­ture, après s’être lan­cées à la conquête des mar­chés anglais, alle­mands, espa­gnols…, débarquent en France avec, parmi leurs pre­mières publi­ca­tions, deux sus­penses psy­cho­lo­giques de Nicole Trope. Force est de recon­naître que le contrat est rempli.

Comme sou­vent dans ce genre de roman, on se trouve dans une rue cos­sue appa­rem­ment sans his­toire. Pour­tant, en cette jour­née cani­cu­laire dont La Famille d’en face va nous faire le récit, une mai­son demeure étran­ge­ment close, alors même que les enfants auraient dû par­tir à l’école et les adultes vaquer à leurs occu­pa­tions habi­tuelles. Cette porte qui ne veut pas s’ouvrir et ces télé­phones obs­ti­né­ment silen­cieux ne manquent pas de sus­ci­ter l’intérêt, la curio­sité, voire l’inquiétude d’une voi­sine vigi­lante, pour ne pas dire intru­sive, et d’un livreur écon­duit contre toute attente.
On suit en paral­lèle ce qui se passe à l’intérieur de la mai­son et l’on tourne fré­né­ti­que­ment les pages pour savoir com­ment la situa­tion va se dénouer, sans soup­çon­ner à quel point on est, ce fai­sant, très habi­le­ment piégé par l’auteure.

La pro­messe du genre est tenue jusqu’au bout : le lec­teur, qui ouvre un sus­pense psy­cho­lo­gique pour être titillé à chaque cha­pitre par un nou­veau mys­tère et veut de la sur­prise, mais ame­née et jus­ti­fiée de façon plau­sible, n’est pas déçu. Une lit­té­ra­ture de pure dis­trac­tion certes, mais qui aborde mine de rien les pro­blé­ma­tiques d’actualité très lourdes que sont les vio­lences intra­fa­mi­liales. L’astucieuse mani­pu­la­tion du lec­teur fonc­tionne d’autant mieux que le der­nier twist est aussi inat­tendu que bien amené car invi­tant le lec­teur à s’interroger sur les pré­ju­gés et pré­sup­po­sés qui l’ont aveu­glé.
Une excel­lente lec­ture d’été, qui donne envie de se jeter sur La Mère au foyer, le deuxième opus de Nicole Trope publié par Bookouture.

agathe de lastyns

Nicole Trope, La Famille d’en face, tra­duit de l’anglais (Aus­tra­lie) par Laurent Bury, Boo­kou­ture, avril 2024, 280 p. – 9,99 €

Leave a Comment

Filed under Pôle noir / Thriller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>