Anna Jouy, L’Acide citronnier de la lune

La poé­sie ver­ti­cale d’Anna Jouy

Anna Jouy s’est sen­tie très long­temps en réso­nance avec le tra­vail de l’artiste nord amé­ri­cain Lalonde Gabriel et celui du peintre Odd Ner­drum. Les deux cultivent dans leur art une inquié­tude et une folie qui fas­cinent la créa­trice. Elle publie un livre majeur dont le mot essen­tiel serait le verbe dres­ser : « Dres­ser. C’est le mot que j’emploie cou­ram­ment, que je tra­vaille, que j’actionne ». Et la poé­tesse d’ajouter  : « Est-ce une inten­tion de ver­ti­ca­lité ? » Sans doute.
Par son livre, le lec­teur assiste une nou­velle fois à des « appa­ri­tions ». Tel Juar­roz, la poé­tesse rap­pelle que peu à peu nous avons dis­paru de la nuit mais que « il a fallu long­temps pour s’extraire. se his­ser hors du temps. peut-être renaître ». Afin d’y par­ve­nir elle cherche les « mots étran­gers, des mots insen­sés, des idiomes allo­gènes, éma­na­tions sans his­toire ». La Romande les anime dans sa poé­sie bien sûr mais aussi ses mises en scènes, des chan­sons et même des romans policiers.

Anna Jouy redes­sine l’espace, le dépouille de ses repères bien au-delà de ce qu’on nomme une poé­sie sur­réa­liste. Sor­tant du voile de la nuit, le songe affronte le réel, rejoint les vivants en créant la Pré­sence. Elle s’affirme en mul­tiples retouches et petites prises de lumière. S’y appri­voisent l’aveuglement, les terres du som­meil et les épaves noc­turnes. Entre deux mondes, l’artiste devient passe-muraille de la vie et de la mort, de la nuit et du jour. Le souffle crée un lan­gage riche et pro­fond qui n’a rien d’un délire en dépit de ses pos­tu­la­tions et ses pré-requis.
Vou­lant habi­ter le monde et son secret, l’artiste joue des illu­sions. Elles ne sont pas men­songes mais la seule voie pour atteindre la vérité à celle qui, comme cha­cun de nous, reste le jouet du temps et de sa fini­tude. Après Agrès, Acro­bates, son nou­veau livre pour­suit plus loin des sauts et des marches sur un fil « tendu comme un poing ». Le texte devient l’esquisse des ivresses de vie et de rêve face à « l’esprit mou des nuages ». En empa­thie avec le monde, dans  L’acide citron­nier de la lune  la poé­tesse l’affronte « l’œil sur le lisse bleu ciel, le lisse froid encore, la paroi ver­gla­cée du matin » .

Au lieu d’y glis­ser, elle s’accroche à la moindre aspé­rité pour rete­nir une ver­ti­ca­lité qui n’a rien d’une simple spi­ri­tua­lité. « Un peu de mort vive dans la che­mise j’essaie un rêve ajusté » écrit l’auteure, fidèle à l’aube qui ren­voie à son blog “Les mots sous l’aube. Ce mot est impor­tant. Il signi­fie le temps et l’espace de tran­si­tion qui impose le lever. Mais Ana Jouy va plus loin : elle ” lève le matin” afin de vivre ici même, ici bas des suites de résur­rec­tions suc­ces­sives.
Reven­di­quant son propre éton­ne­ment pour les gens, les choses et les secrets qu’ils recèlent, la poé­tesse pour­suit le désir de sou­le­ver tout ce qui se cache ou qu’on lui cache. Pour autant, elle ne cherche pas à enva­hir ou pos­sé­der l’autre. Elle demeure celle qui — renon­çant à l’appartenance et l’apparentement — tente de pro­fé­rer par ses texte des his­toires (et bien plus) de « par­faite sem­blance ». Dans ce but, elle cultive les papillons dans sa poi­trine, l’araignée dans sa tête au moment où, en sor­tant, ils passent à l’envers du décor, à tra­vers les rideaux, que l’auteure a « noués d’une corde de coton et d’une étoile ».

Le poème crée ainsi ce qu’elle nomme une « log­gia spec­ta­cu­laire. sur son bal­con ». Il n’est pas fait d’étincelles mais « du retard du son quand il nous vient à l’œil ». Et ce, à tra­vers sa tes­si­ture. En sur­git sa « trace dans l’air ». Elle la dis­tingue de tous les autres poètes, et conti­nue à pan­ser sa bles­sure d’amour.

jean-paul gavard-perret

Anna Jouy,  L’Acide citron­nier de la lune, Edi­tions Alcyone, coll. Surya,  Saintes, 2016 — 16,00 €.

1 Comment

Filed under Poésie

One Response to Anna Jouy, L’Acide citronnier de la lune

  1. anna jouy

    tou­chée… de cette lec­ture qui me “donne à voir” l’attention que vous por­tez à mon par­cours. vous poin­tez de la plume mes thèmes, quelques obses­sions , les bles­sures oui aussi et le besoin d’accrocher le regard un peu plus haut que le sol.

    grand merci
    anna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>