Bernard Noël, Fred Deux

Faire dévier le corps

Tout en reve­nant aux choses du quo­ti­dien — car notre réa­lité est faite de ce qui nous est proche -, Fred Deux invente les hori­zons loin­tains  tels des len­de­mains qui chantent. Rien d’autre que ces miroirs aux alouettes car l’artiste ne s’est jamais limité aux appa­rences.
Sans tom­ber pour autant dans l’invraisemblance. Il avait d’autres visions à attiser. 

La trans­fu­sion s’inscrit selon des organes étranges, des entrailles de cer­veau en une concen­tra­tion de gris et de lumière. L’angoisse peut s’étendre. Et Noël y reste sen­sible.
Comme à la jouis­sance que le des­sin déchaîne et comme à ce qui fait résis­tance au corps. Il ne s’agit pas d’exposer sa dépouille mais sa disponibilité.

L’artiste le par­court par mor­ceaux qui dis­tendent son éten­due. Il se sent lui-même — lorsqu’il des­sine — en des­cente et remon­tée « en pre­nant appui sur mes crayon crayons-béquilles ».
Il se retrouve ainsi aux deux bouts « tra­jet de la mine aigui­sée à la mine brisée ».

Le poète évoque com­ment Fred Deux ne cesse de faire dévier le corps en divers types de coupes et de trans­for­ma­tions là où le gris creuse, demande sa part : il est là, comme l’écrit l’artiste, pour « révé­ler et ame­ner à dire : ça y est ».
Et Noël de pré­ci­ser : “l’aspect orga­nique est une consé­quence, et non pas, comme il semble d’abord, le résul­tat d’un choix thé­ma­tique ; ce n’est d’ailleurs pas un thème, mais le lan­gage sus­cité par une nécessité.”

jean-paul gavard-perret

Ber­nard Noël, Fred Deux, Illus­tra­tions de l’artiste, Fata Mor­gana, Font­froide le Haut, 2021, 104 p.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Essais / Documents / Biographies, Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>