Fredrik Skagen, Black-out

Une perte de mémoire spon­ta­née fait de Stei­nar Blix un espion en recon­ver­sion. Ses anciens ou nou­veaux amis veulent alors l’aider.

Gordon Bell est un ancien agent secret de retour en Angle­terre après des années de ser­vice sur le conti­nent. Gor­don Bell est un splen­dide quin­qua­gé­naire, divorcé, pia­niste de jazz émé­rite et ama­teur de lit­té­ra­ture. Mais Gor­don Bell est sur­tout quelqu’un qui a perdu sa mémoire et que sa femme recherche acti­ve­ment. Car cet homme est un tra­duc­teur de romans poli­ciers nor­vé­gien qui a été accusé puis blan­chi du meurtre d’une écri­vain au talent nais­sant et avec qui il a eu une aven­ture d’un jour. Gor­don Bell s’appelle en réa­lité Stei­nar Blix.
Cette fausse iden­tité, il se la crée ins­tinc­ti­ve­ment alors qu’il se trouve dans un cime­tière à l’enterrement d’un cer­tain Jas­par, ancien des ser­vices secrets de Sa Majesté. Et Gor­don Bell/Steinar Blix, au charme irré­sis­tible et à la chance indé­niable, va fuir sans cesse sa véri­table iden­tité jusqu’à ce qu’il ne le puisse plus. En effet, il va ren­con­trer des hommes qui vont l’aider dans sa fuite, et qui vont deve­nir des amis comme James qui va lui louer une chambre au rez-de-chaussée d’une impri­me­rie. James fait par­tie de cette congré­ga­tion d’anciens agents secrets qui ne peut se dépa­touiller de ses vieilles habi­tudes et de ses anciens amis. James pro­cure de faux pas­se­ports à qui en a besoin. Et en plus, James est nor­vé­gien, comme Stei­nar. Il s’appelle en réa­lité Mor­ten. Et sans le savoir, il va per­mettre à Stei­nar d’accepter tout ce que son cer­veau refoule.

Pendant ce temps, sa femme, qui reste per­sua­dée de son inno­cence, va mobi­li­ser ciel et terre pour le retrou­ver. Mais sur­tout, elle va devoir com­po­ser avec un tei­gneux jour­na­liste nor­vé­gien qui vient s’installer dans son hôtel lon­do­nien et qui lui apprend qu’un autre Nor­vé­gien se trouve dans la capi­tale anglaise, l’ancien petit ami jaloux de l’écrivain assas­si­née ! Elle va trou­ver sou­tien auprès de son beau-père et d’une com­mis­saire de police effi­cace. Une course contre la montre, contre la mort ?, débute. Car com­ment expli­quer la pré­sence de tous ces acteurs d’un drame inex­pli­qué autre­ment ? Mais une inter­ro­ga­tion demeure : quel est l’élément qui a déclen­ché cette perte de mémoire sou­daine de Stei­nar dans ce pub où il atten­dait que sa femme revienne après l’achat d’un châle ?

Avec ce roman, Fre­drik Ska­gen nous aide à mieux com­prendre ce qu’est la mémoire dans la peau. Chaque rémi­nis­cence de son passé amène à Stei­nar des pico­te­ments au bout des doigts. Chaque fait, chaque mot lui pro­curent exac­te­ment la même sen­sa­tion. De la peau d’une femme au tou­cher d’un livre. Les édi­tions Gaïa — Black-out est d’abord paru dans la col­lec­tion « Gaïa polar » — nous avaient habi­tués à de petites perles nor­diques avec des auteurs comme Gun­nar Staa­le­sen au charme clas­sique ou Jo Nesbø et son homme « chauve-souris ».
Fre­drik Ska­gen, à la patro­ny­mie plus qu’intéressante — car il a beau­coup de points com­mun avec Fre­dric Brown : l’humour, le goût pour les situa­tions assez far­fe­lues -, nous pro­pose, avec Black-out un jon­glage aty­pique qui per­met de dépas­ser une énigme des plus conven­tion­nelles. Un homme com­pose avec deux vies dont une qu’il se façonne impul­si­ve­ment. Et cet homme, qui veut se fondre dans la foule n’y arri­vera pas du fait même de ses trop grandes facul­tés intrin­sèques. Car il est brillant et facile, et qu’ainsi, il ne peut qu’attirer l’attention. D’autant qu’il est aussi très sédui­sant. Il y a beau­coup de John Le Carré en Stei­nar Blix, et pas seule­ment parce qu’il l’a tra­duit. En quelque sorte, Stei­nar est l’espion qui venait du Blixard !

julien védrenne

   
 

Fre­drik Ska­gen, Black-out (tra­duit du nor­vé­gien par Jean-Baptiste Cour­saud), 10–18 (coll. “Domaine étran­ger” n° 3867), jan­vier 2006, 344 p. — 8,50 €.

Leave a Comment

Filed under Non classé, Pôle noir / Thriller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>