Stefan Palk, Cognitum

Holo­causte numérique ?

En mêlant dans un polar mus­clé tous les ingré­dients clas­siques d’un Page-turner enlevé (un jeu sexuel-virtuel par casque inter­posé qui dégé­nère à Paris, une sec­tion entière de mili­taires aguer­ris mas­sa­crée sans coup férir et sans rai­son en Afrique, des dji­ha­diste syriens se livrant aux pires expé­riences en vue d’une guerre dévas­ta­trice d’un nou­veau genre),  Ste­fan Palk réus­sit son pari : ten­ter d’apposer un recul réflexif quant au tout-technologique qui nous enva­hit chaque jour davan­tage et mon­trer que la réa­lité aug­men­tée cor­res­pond bien sou­vent, sur­tout dans l’esprit (si l’on ose dire)  de mul­ti­na­tio­nales sans foi ni loi – ici Viva­lia qui pro­meut de manière révo­lu­tion­naire la mise en ligne d’un mil­liard de cer­veaux humains — à une réduc­tion de la sub­jec­ti­vité au risque de son alié­na­tion totale.
Le futur que dépeint le roman­cier, bien appuyé sur des lieux tan­gibles et des per­son­nages à la psy­cho­lo­gie fouillée (notam­ment  la capi­taine des forces spé­ciales, Maxime Barelli, et le lieu­te­nant  bor­der­line de la Police Judi­ciaire Yann Braque, pour les deux pro­ta­go­nistes cen­traux dont l’on suit au fil de pages les péré­gri­na­tions et les péri­pé­ties), n’est pas si éloi­gné que cela de notre société ayant célé­bré le règne du trans­hu­ma­nisme et de la trans­cen­dance humaine ren­due pos­sible grâce à l’intelligence arti­fi­cielle repe­sant à nou­veaux frais l’huma­nité 2.0 

Certes, les sciences du cer­veau qui sont pré­sen­tées ici de manière très détaillée (et fort docu­men­tée) relèvent d’une dimen­sion cari­ca­tu­rale mais celle-ci est au ser­vice de l’intrigue du roman : dès lors que  la science peut être dévoyée par le ter­ro­risme pour exal­ter ou inhi­ber les com­bat­tants en pré­sence et que des acci­dents sans pré­cé­dents s’enchaînent et portent atteinte de manière létale au cer­veau – récep­tacle ser­vant à sto­cker des mil­liards de don­nées -, le constat pro­posé fait froid dans le dos. Si l’on n’a pas attendu l’auteur pour se sen­si­bi­li­ser au mythe de l‘apprenti-sorcier high tech, reste que ce Cogni­tum  qui annonce tout à la fois une irré­ver­sible épi­dé­mie tech­no­lo­gique et un véri­table « l’holocauste numé­rique » est ter­ri­ble­ment efficace.

Une chose est sûre : une fois le livre reposé, le lec­teur ne regar­dera plus du même oeil les nano­ro­bots cen­sés sti­mu­ler le cer­veau humain.

fre­de­ric grolleau

Ste­fan Palk, Cogni­tum, Édi­tions Phi­lippe Rey noir, octobre 2016, 336 p . –19, 00 €.

Leave a Comment

Filed under Pôle noir / Thriller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>