Comment se ment

(Que font les mots ?)

Lamour tend à élu­der le moins pos­sible la ques­tion du “moi” de mais. À l’entendre, ce serait un haut souci de la langue-mère qui ne cesse de tordre, de tor­tu­rer et de for­cer, le sur­li­gnant, là où est son inadé­qua­tion. Néan­moins, l’amour cerne quelque chose de juste en sa propre expé­rience de l’autre et de soi en une sorte d’en deçà ou d’au-delà de la langue close vers les délices d’une régres­sion ou des exaltations.

La bataille est rude. Il fait écran au corps et ses assi­gna­tions. Son souci est celui du détail dans la trame nar­ra­tive de qui songe. Mais nul ne peut faire que les mots s’emportent tant l’amour est abs­trait dès son état nais­sant. Les mots res­tent un brouillon pré­ci­sant son esquisse. Sans plus et pas moins, l’amour appelle à lui une éner­gie ver­bale, sorte de patron pour confec­tion­ner son propre cos­tume. Mais c’est une fugue. La mère le reprend pour que les bons fils offrent, sans les user, ces fré­quen­ta­tions assi­dues déci­sives de sen­sua­lité et de sen­si­bi­lité optique.

Les mots remuent ce fond et un rêve équi­valent donne le champ à la nuit sexuelle tac­tile, odo­rant, immé­diate, natu­relle, mais non figu­ra­tive d’un échan­tillon pour faire dégra­fer ce qui doit se com­mettre avec solen­nité dans un cas­te­let à réou­vrir dans son indé­ci­sion ou fonc­tion géné­ra­tion­nelle.
Mais à l’inverse des injonc­tions pro­gram­ma­tiques d’une machine à laver, en amour ils deviennent maté­riaux dans la fic­tion com­po­sée sans for­cé­ment une tra­jec­toire chro­no­lo­gique. Faudrait-il rap­por­ter à cette volonté de luci­dité méca­nique un dis­cours aléa­toire, sur­tout quand il réserve un contrat de fidélité ?

jean-paul gavard-perret

Photo : Brassaï

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Inclassables

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>