Maria Postu, Les enfants de la fleur de chardon

D’entre les la®mes, l’innocence

Puisque les enfants sont de la fleur de char­don, la poé­sie en prose ou en vers devient dou­lou­reuse  et « pan­sive ». Maria Postu en délivre,  pour gué­rir de tout, une errance rare mais aussi son som­maire de l’existence. Par­fois, dans la robe qu’elle revêt — celle de l’humilité plus que l’humanité -, la poète sait que sa cou­leur est rouge.
Elle rap­pelle des morts poli­tiques annon­cées en son propre pays. Reste son voyage où elle porte son sac de ce qu’elle a subi. Mais, vers l’existence, entre conju­gai­son et conju­ra­tion de son enfance jusqu’à aujourd’hui, cette ren­contre de ce qu’elle a appris et ce, par son écri­ture ailée et puis­sante,  pro­li­fère ou dis­pa­raît. Bref, le monde est vivant mais l’aube reste par­fois plus morte que vivante.

Une telle explo­ra­tion entre contes adja­cents et réflexions pro­fondes mêle bio­gra­phie et “can­tos” épous­tou­flants. Maria Postu cher­cher à assom­mer les ténèbres dès sa mère dont elle entend encore ce qu’elle nomme « la face cachée du conteur », mais qui la rend vivante voire jusqu’à extra­po­ler une forme cos­mique rêvée même si, ici, « la rose rem­place la lune ». Elle sait que l’univers annonce le crépuscule.

De telles visions demeurent impres­sion­nantes pour celle qui refuse d’appartenir à l’ombre, même si l’on a voulu écra­ser ses mots et la chair des foules enva­hies dans une nou­velle forme de « Metro­po­lis » et ses clo­portes. Maria Postu a peu à peu com­pris, d’abord dans la demi-conscience de l’enfance puis le réveil qui l’a subli­mée.
Dans ce livre, tout avance. A l’ex-nihilo répond une féconde pré­sence révol­tée qu’il fal­lut d’abord tenir et exis­ter. L’auteure a dû lut­ter, par­fois de manière ter­rible en des poèmes en prose aux évo­ca­tions aba­sour­dies par la per­fec­tion de son écri­ture. Elle met à mal le chaos du monde. Celle qui se sen­tait hon­teuse, quasi “alié­née” par les dan­gers, décrit ce qu’elle a vécu et  qui elle est devenue.

Chacun est saisi dans ce qui tient de son tra­gique puis de son ouver­ture. C’est sans doute le mixage du conte et du vécu. Il  donne une ori­gi­na­lité confon­dante et géniale par la grâce de l’acuité visuelle et nar­ra­tive (mais poé­tique) du lan­gage impré­gné de nos­tal­gie. Moins béat que lucide afin d’un muris­se­ment, est dis­tillé et ins­tillé ce « mani­feste pour l’innocence » que les deux tra­duc­trices sou­lignent. Tout com­mence de l’enfance puis est sublimé dans ce registre d’une incan­ta­tion où le lyrisme se refuse aux pro­so­po­pées afin de mettre à nu le nerf de ce qui fut et de ce qui est méta­mor­phosé de la nuit du monde à la lumière de l’être.

jean-paul gavard-perret

Maria Postu, Les enfants de la fleur de char­don, Tra­duc­tion du rou­main par Oana Calen & Ama­lia Achard, Édi­tions Constel­la­tions, Brive-la-Gaillarde, avril 2024, 85 p. — 14,00 €.

Leave a Comment

Filed under Chapeau bas, Romans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>