La réponse des Hommes (Tiphaine Raffier)

© Simon Gosselin

Une déli­cieuse fable aux ver­tus d’édification

Un mur. Gris. Des portes. Quelques bruits. Une alarme reten­tit. Les don­nées sont pré­sen­tées froi­de­ment, lais­sant pré­sa­ger une fra­gi­li­sa­tion du nar­ra­tif.
On assiste d’abord à un rite de pas­sage, quelque chose comme un sacri­fice dou­lou­reux, durant lequel une femme est “enflo­rée” de force. Nous sui­vons la thé­ra­pie de la géné­reuse huma­ni­taire inca­pable de prendre en charge son nour­ris­son ; l’unité de “mater­no­lo­gie” regorge de bons sen­ti­ments pour ten­ter de recons­ti­tuer une trame intime propre à faire émer­ger la bien­veillance maternelle.

Il s’agit aussi, au cours de tableaux suc­ces­sifs, de mon­ter une scène d’échange de cadeaux, qui est uti­li­sée par l’un des par­ti­ci­pants pour enfouir un secret pesant, de décrire les efforts de trai­te­ments de pédo­philes assez sévè­re­ment atteints. Peu importe le nombre de situa­tions ; à tra­vers des his­toires simples, qui exhibent les per­son­nages en posi­tion d’inconfort inté­rieur qui les a conduits à une forme de claus­tra­tion, nous avons affaire à un sens pro­fond de la souf­france intime partagée.

Les injonc­tions qui consti­tuent des élé­ments de misé­ri­corde sont pro­je­tées comme inter­mèdes ou comme légendes en fond de scène. Le spec­tacle consiste en une gale­rie de por­traits atta­chants en même temps qu’en une revue de condi­tions de trai­te­ment en milieu fermé. Un conte contem­po­rain à voca­tion d’édification, riche de la plu­ra­lité de ses signi­fi­ca­tions. Tiphaine Raf­fier des­sine une jolie épo­pée à voca­tion éthique, de façon semi-narrative, pour nous pla­cer face à des dilemmes moraux, tels que celui du soi­gnant qui doit choi­sir qui béné­fi­ciera d’une médi­ca­tion qui n’est pas dis­po­nible pour tous.
Une déli­cieuse fable qui est aussi une énigme dont on pressent qu’elle ne sera pas réso­lue. Un mes­sage entouré de tri­angles se ren­contre à cha­cun des moments de la repré­sen­ta­tion. Son sens ne fait pas l’objet d’une expli­ci­ta­tion pré­cise à terme. Ulti­me­ment, on com­prend que l’exploration des thé­ra­pies ren­voie à l’insuffisance de nos pal­lia­tifs et recon­duit à nos propres interrogations.

chris­tophe giolito

 

La réponse des Hommes

texte et mise en scène Tiphaine Raffier

avec Sha­rif Andoura, Sal­va­tore Cataldo, Éric Chal­lier, Teddy Chawa, Fran­çois Godart, Camille Lucas, Édith Mérieau, Judith Moris­seau, Cathe­rine Mor­lot, Adrien Rouyard,
et les musi­ciens de l’ensemble Miroirs Éten­dus : Guy-Loup Bois­neau, Émile Car­lioz, Clo­tilde Lacroix, Flore Merlin

Assis­ta­nat et dra­ma­tur­gie Lucas Samain ; com­po­si­tion Oth­man Louati ; cho­ré­gra­phies Pep Gar­rigues et Sal­va­tore Cataldo ; scé­no­gra­phie Hélène Jour­dan ; cos­tumes Caro­line Taver­nier assis­tée de Salomé Van­den­driessche ; créa­tion vidéo Pierre Mar­tin Oriol ; cadreur Raphaël Oriol ; créa­tion lumière Kelig Le Bars ; créa­tion son Hugo Hamman.

Régie son Hugo Ham­man et Mar­tin Hen­nart ; régie lumière Chris­tophe Fou­gou ; régie vidéo Pierre Hubert ; régie géné­rale Oli­vier Floury ; régie pla­teau Pierre Frenkel.

Au Théâtre de l’Odéon — Ate­liers Ber­thier 1, rue André Sua­rès, 75017 Paris. 01 44 85 40 40 https://www.theatre-odeon.eu/fr/saison-2023–2024/spectacles-2023–2024/la-reponse-des-hommes-23–24

Du 9 au 20 jan­vier 2024, du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h, durée 3h20 (avec entracte) Reprise (spec­tacle créé à Avi­gnon le 16 juillet 2020).

Mon­tage de pro­duc­tion Sabrina Fuchs ; coor­di­na­trice et char­gée de pro­duc­tion Juliette Cham­baud ;
admi­nis­tra­trice Char­lotte Pesle Beal ; direc­trice des pro­duc­tions et du déve­lop­pe­ment Chris­tine Tiana ; pro­duc­tion La femme cou­pée en deux, La Criée – Théâtre natio­nal de Mar­seille; pro­duc­tion musi­cale Miroirs Éten­dus. Copro­duc­tion Extra­Pôle Provence-Alpes-Côte d’Azur, Fes­ti­val d’Avignon, Châteauvallon-Liberté – scène natio­nale, Odéon-Théâtre de l’Europe, Théâtre de Lorient–centre dra­ma­tique natio­nal, Théâtre du Nord – centre dra­ma­tique natio­nal Lille-Tourcoing, Théâtre natio­nal popu­laire de Villeurbanne,Théâtre Olym­pia – centre dra­ma­tique natio­nal de Tours, La Rose des vents – scène natio­nale Lille Métro­pole Vil­le­neuve d’Ascq, Théâtre Gérard Phi­lipe – centre dra­ma­tique natio­nal de Saint-Denis, Le Quartz – scène natio­nale de Brest, Scène natio­nale 61, Le Phé­nix – scène natio­nale de Valenciennes-Pôle euro­péen de créa­tion, Le Préau – centre dra­ma­tique natio­nal de Vire-Normandie ; avec le sou­tien de la direc­tion régio­nale des affaires cultu­relles Hauts-de-France, la région Hauts-de-France, la ville de Lille, la direc­tion géné­rale de la créa­tion artis­tique, le Grand Sud-Lille ; avec la par­ti­ci­pa­tion artis­tique du Jeune théâtre natio­nal et le dis­po­si­tif d’insertion de l’École du Nord – sou­tenu par la région Hauts-de-France et le minis­tère de la culture.

La com­pa­gnie La femme cou­pée en deux béné­fi­cie du sou­tien du minis­tère de la culture / direc­tion régio­nale des affaires cultu­relles Hauts-de-France, au titre de l’aide aux com­pa­gnies conven­tion­nées et est sou­te­nue par la région Hauts-de-France.

La réponse des Hommes est publié aux édi­tions L’avant-scène théâtre.

Leave a Comment

Filed under Chapeau bas, Théâtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>