Sarah Fisthole, Elégie organique (Alchimie corpsmique) (exposition)

Au seuil de l’autre

Pour Sarah Fis­thole, il existe diverses formes de ciels : gouffres, trous, cou­leurs sem­blables à celle du sang — même dans ses des­sins en noir et blanc. La mons­truo­sité se condense ou s’ouvre de façon à être inflam­mable.
La com­bus­tion prend l’aspect d’une flamme, de torches mou­vantes ou d’étoiles filantes. Les astres deviennent les sup­plé­tifs de cer­tains désastres.

Saisir la res­sem­blance n’est donc pas dupli­quer du sem­blable mais rejoindre Blake pour com­plé­ter la horde de ses lut­teuses, cat­cheurs ivres, vic­times et bour­reaux afin d’atteindre ce que Pas­cal nomme dans ses Pen­sées la “dis­pro­por­tion de l’homme” mais selon une nou­velle donne.

Le des­sin suf­fit à rete­nir la dou­leur d’un cœur, la viva­cité meur­trie d’un corps.
Tout joue ici sur la mort (qui est une irrup­tion exté­rieure) et l’infini en pas­sant de la chi­mère au réel — et vice-versa.

La fas­ci­na­tion qu’exerce la dra­ma­tur­gie de Sarah Fis­thole mêle la vue et le tou­cher là où tout est empreint de risques vio­lents et d’équilibres sub­tils. C’est comme si la mort n’était que l’angoisse et la peur de la vérité.
Le men­songe appa­raît comme l’impersonnelle réplique aux assauts du ciel, le pro­vi­den­tiel atout de notre ardeur de vivre.

Le vivier glo­bal des choses, qui prend par­fois le nom de “zal” pour en signa­ler l’âme au détri­ment des appa­rences, tombe en ané­mie. Reste le bal des maudit(e)s.
L’artiste fait de nous des som­nam­bules qui par­courent le temps et se trouvent au seuil de l’autre, du pro­chain, du sem­blable, bref du monstre qui va et mord, sacri­fie jusqu’au sein de ses alliances.

L’amour est coupé de l’amour par la lumière qui le brûle. Les amants dévo­reurs dévo­rant tournent sur eux-mêmes à l’image de la Terre.
Elle et eux se vou­draient centre de l’univers mais ne sont que son revers.

jean-paul gavard-perret

Sarah Fis­thole, Elé­gie orga­nique (Alchi­mie corps­mique), Fan­zi­no­thèque de Poi­tiers, du 1er avril au 31 mai 2022.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Erotisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>