Saul Steinberg, Exposition

Saul Stein­berg le sceptique

Pendant près de soixante ans, Saul Stein­berg a illus­tré les pages et les cou­ver­tures du New Yor­ker. L’exposition ras­semble une ving­taine de ses œuvres (aqua­relles, encres sur papier, col­lages) de 1953 à 1977. Elles per­mettent de retrou­ver l’impertinence gra­phique d’un créa­teur dont les des­sins furent aussi un miroir de la société.

Celui qui se pré­sen­tait comme « écri­vain qui des­sine », a inventé un art aux mul­tiples facettes. C’est un lan­gage en constante évo­lu­tion et qui sut tou­jours se déga­ger de la cari­ca­ture tra­di­tion­nelle. Et ce, dès ses pre­miers tra­vaux sous formes de compte-rendus sati­riques dans la revue ita­lienne Ber­toldo quand il étu­diait l’architecture à Milan.

Son pre­mier des­sin fut publié dans The New Yor­ker en 1941. Et très vite il devint un des artistes les plus appré­ciés aux Etats-Unis avant d’obtenir une recon­nais­sance mon­diale. Il sut décou­per et assem­bler per­son­nages et pay­sages selon une cal­li­gra­phie par­ti­cu­lière et par­fois très sub­tile. Paro­die et satire font bas­cu­ler les pos­tures comme les impos­tures afin de secouer les pré­ju­gés tout en ouvrant ses pro­po­si­tions à diverses interprétations.

D’où la force de telles oeuvres. Kafka n’en reste jamais loin.

jean-paul gavard-perret

Saul Stein­berg, Expo­si­tion, Gale­rie Maeght Paris, du 30 sep­tembre au 4 décembre 2021.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>