Teju Cole, Golden Apple of the Sun

Mélo­die visuelle

Teju Cole est un écri­vain, cri­tique de pho­to­gra­phie du New York Times Maga­zine, his­to­rien de l’art et pho­to­graphe.
“J’aime l’idée d’Italo Cal­vino dans Villes invi­sibles. Il sug­gère qu’il n’y a en fait qu’une seule grande ville conti­nue qui ne com­mence pas ou ne se ter­mine pas” écrit le créateur.

Et au sein de la ville et dans les moindres détails du réel, Cole cherche des tex­tures les moins évi­dentes : signes, mar­quages, assem­blages des choses qui se cachent à la vue de tous dans chaque ter­ri­toire urbain ou paysage.

L’artiste révèle ses par­ti­cu­la­ri­tés sub­tiles qui ne sont pas écrites dans les guides. Seule une obser­va­tion directe peut les révé­ler.
La façon dont les objets varient dans la gamme des teintes  donne une mélo­die visuelle à tout ce que le pho­to­graphe découvre et sur lequel il porte un regard particulier.

jean-paul gavard-perret

Teju Cole, Gol­den Apple of the Sun, Mack, Londres, 2021.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>