Jean-Philippe Toussaint, La disparition du paysage

De sa fenêtre

Aux formes et cou­leurs sen­suelles du monde font écho dans ce soli­loque la dis­pa­ri­tion du pay­sage. Le locu­teur vic­time pro­vi­soi­re­ment han­di­ca­pée d’un atten­tat à Ostende devient l’inverse du héros incarné par James Ste­wart dans un film célèbre de Hit­ch­cock.
A mesure que des tra­vaux avancent sur le casino d’en face, la vue de sa fenêtre se bouche. L’ombre enva­hit et étend son « incom­pos­sible ». Celui-ci cache un monde sup­posé pos­sible et qui n’offre aux êtres que la vio­lence et la mort. Mais néan­moins sans pro­vo­quer une dis­pa­ri­tion totale.

A cause d’elle, la rai­son et la logique prennent le large. Nul bazar de la bien­fai­sance ration­nelle et pas plus de rêve.
Le réel se décale et la ména­ge­rie men­tale tout autant.

L’humour tente de sau­ver, en sa  grande fête sans fin, ce qui peut l’être. Car l’homme a besoin de voir, de croire voir, d’entrevoir. Au besoin il écar­tèle le besoin de croire.
Et ici, les héri­tiers d’Aristote et des Sco­las­tiques d’un côté, de Pas­cal ou Leib­niz de l’autre, en prennent impli­ci­te­ment pour leur grade. Pour leurs preuves déter­mi­nantes qui sont ici réduites à des naïvetés.

En fidèle héri­tier de Beckett, Tous­saint renou­velle les visions de “l’école du regard” par effet d’effacement. Il reste le radi­cal scep­tique et drôle qui avec malice et sans pro­vo­ca­tion vio­lente ino­cule les virus du doute dans une œuvre aussi roma­nesque que théâ­trale.
Les deux res­tent plus fan­tas­ma­go­ries que fan­tômes et gardent une indis­cu­table actualité.

jean-paul gavard-perret

Jean-Philippe Tous­saint, La dis­pa­ri­tion du pay­sage, édi­tions de minuit, Paris, 2021, 48p. — 6, 80 €.

Leave a Comment

Filed under Théâtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>