J.M.W. Turner

Un film exem­plaire et hau­te­ment recommandable

Les docu­men­taires consa­crés aux peintres pèchent sou­vent par leur côté trop savant (jar­gon­nant) ou, au contraire, tombent dans l’anecdotique par crainte d’ennuyer le spec­ta­teur. On est d’autant plus ravi de décou­vrir le film exem­plaire d’Alain Jau­bert sur Tur­ner, où l’aspect bio­gra­phique et l’étude d’une œuvre se conjuguent avec bonheur.

J.M.W. Tur­ner (1775–1851) fut l’un des pro­diges qui font la gloire de la pein­ture anglaise. Son par­cours est aussi excep­tion­nel que son talent, et le docu­men­taire met en valeur ses étapes mar­quantes : l’enfance du sur­doué, dont le père bar­bier a eu l’intelligence de l’aider à faire connaître ses des­sins ; les voyages à tra­vers l’Angleterre qu’il a entre­pris à 16 ans pour renou­ve­ler ses sujets ; l’élection pré­coce à l’Académie royale de pein­ture ; le choix d’ouvrir sa propre gale­rie pour pou­voir expo­ser ses œuvres nova­trices qui n’auraient pas trouvé place ailleurs… Plu­sieurs spé­cia­listes évoquent les tech­niques, les démarches créa­tives et les divers aspects de la pein­ture de Tur­ner, d’une manière très ins­truc­tive et lim­pide. L’alternance entre pein­tures fil­mées et images de lieux réels ne paraît jamais gra­tuite ni conven­tion­nelle, quoique la forme du film soit on ne peut plus classique.

En recons­ti­tuant le par­cours de l’homme et de l’artiste, Jau­bert par­vient à nous en don­ner une idée très vivante, mal­gré le peu de ren­sei­gne­ments dont on dis­pose sur l’histoire pri­vée de Tur­ner. Son œuvre - où l’on peut voir non seule­ment l’origine de l’impressionnisme, mais aussi la nais­sance de l’abstraction lyrique - est mise en pers­pec­tive d’une manière par­ti­cu­liè­re­ment réus­sie, le dis­cours cri­tique venant expli­ci­ter ce que le spec­ta­teur a déjà pu remar­quer dans les tableaux fil­més. On appré­cie aussi le choix de mon­trer toute la variété sty­lis­tique de l’artiste, plu­tôt que sa seule veine nova­trice : à obser­ver ses œuvres les plus proches de la tra­di­tion, on trouve encore plus remar­quable le moder­nisme avant la lettre qui lui vaut sa place actuelle dans l’histoire de l’art.

C’est là un film hau­te­ment recom­man­dable et vrai­ment tout public : les connais­seurs n’en res­te­ront pas déçus, tan­dis que les pro­fanes pour­raient y trou­ver de quoi deve­nir ama­teurs d’art.

agathe de lastyns

Alain Jau­bert, J.M.W. Tur­nerDVD région 2 for­mat PAL — 52 mn — Arte Edi­tions, mars 2010, 20,00 €.

Leave a Comment

Filed under DVD / Cinéma, Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>