Maria Desmée, De quelle nuit

Cela n’a jamais été et jamais ne sera, car cela est

Pour Maria Des­mée, l’absence est une pré­sence. Non cer­nable, indé­fi­nie, elle rend incon­so­lable. Elle entraîne néan­moins l’auteure vers une sim­pli­cité d’expression pour la dire. Mais plus encore, en un pas au-delà. Elle se tient au plus bas — à savoir dans l’intimité d’une per­ma­nente inter­ro­ga­tion sur le fon­da­men­tal. Il  se déve­loppe ici en une dua­lité entre le fini et l’infini, l’être et le n’être pas, le dehors et le dedans “quand les murs s’effritent / Pour s’ajuster au corps / Comme une cami­sole”.
L’auteure parle tou­jours des “choses” impor­tantes et qui peuvent se pas­ser, pour les expli­quer, de la démence uni­ver­si­taire. Proche d’un Mau­rice Blan­chot, elle ramène à qui nous assiste de sa solitude.

D’où cette voix sans voix qui appelle encore, qui inter­roge le silence. Maria Des­mée sait que l’autre — qui est aussi l’autre par­tie d’elle-même — sait ou vou­lut croire qui — quoique ne l’entendant  plus — l’entendait encore. Il s’agit de main­te­nir l’absence (puisqu’une autre solu­tion n’est pas pro­mise) en l’écrivant mais comme devan­cée d’une réécri­ture qui réin­vente l’instant “pré­sen­te­ment pré­sent / Même dans l’absence”.
Res­tent les frag­ments qui sont là pour l’accueillir en écho à la phrase de Par­mé­nide “cela n’a jamais été et jamais ne sera, car cela est”.

Et c’est ce qui — for­cé­ment — libère de la trop longue parole. Les mots retiennent la vie tout en res­tant “des signes contre l’oubli”.

jean-paul gavard-perret

Maria Des­mée, De quelle nuit, édi­tions Henry, coll. La main aux poètes, Mon­treuil sur mer, 2019, 94 p. — 8,00 €.

Leave a Comment

Filed under Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>