Etienne Paulin,

L’au-delà du Là

Les poèmes mini­ma­listes d’Etienne Pau­lin pos­sèdent une puis­sance sourde.  C’est un peu comme le regard sur une boite vide   pour voir ce que, para­doxa­le­ment, elles cachent.
Bref, ces poèmes dis­crets hantent obstinément.

Et il convient de savoir si nous pour­rions tenir dans ce “là” ou, à l’inverse, si nous pour­rions le rem­plir entre désar­roi, attente, sur­prise, et inquié­tude. Le poète les fait par­ta­ger. Car dans ce “vide” s’inscrit pos­si­ble­ment un nombre d’or.
Cette hypo­thèse per­met au lec­teur de reve­nir encore et tou­jours au peu qu’il est. Là où il semble bien que les jours soient sinon sai­gnés du moins lais­sés à blanc.

Ce “Là” est donc l’ici même d’une empreinte dans une géo­lo­gie de ce qui fait et défait le corps en son rap­port à lui-même, à l’autre et au monde. “Là” où jus­te­ment une exis­tence défec­tive, décep­tive (a priori) et livide résiste.
Et ce, mal­gré une ori­gine per­due qui ‚de toute façon, ne console jamais de ce qui a été vécu ou le sera si peu. Ou si mal.

Mais un espoir persiste.

Jean-Paul Gavard-Perret

Etienne Pau­lin,, Gal­li­mard, col­lec­tion Blanche, 2019.

1 Comment

Filed under Poésie

One Response to Etienne Paulin,

  1. Kamal Zerdoumi

    La sim­pli­cité pos­sède un carac­tère inépui­sable. Comme le mur­mure que reven­dique Bre­ton, cette source de toute poé­sie. Dans ses poèmes, Étienne Pau­lin se confesse au réel qui en échange lui révèle ses évi­dences secrètes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>