Entretien avec Samuel Rousseau (Un monde machine mis en abîme)

Lire notre chro­nique sur l’exposition Un monde machine mis en abîme

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?
Mon tra­vail, il peut être une véri­table obses­sion et me réveiller au milieu de la nuit.

Que sont deve­nus vos rêves d’enfant ?
Cer­tains sont deve­nus réa­lité, d’autres en voie de réa­li­sa­tion. Il est très impor­tant pour moi d’aller au bout de mes rêves, de ne jamais tuer l’enfant qui m’habite.

A quoi avez-vous renoncé ?
A l’anarchie, l’humanité n’est pas encore prête. J’ai ouvert un squat avec cette phi­lo­so­phie en tête, c’était un îlot où tout était pos­sible. En 10 ans nous avons recréé notre société, avec ses lois, sa jus­tice, ses puni­tions et ses enjeux de pou­voir… Après avoir visité plu­sieurs pays auto­ri­taires et riche de mes constats, je suis mal­gré ses tra­vers un défen­seur de la démo­cra­tie et conscient de sa fragilité.

D’où venez-vous ?
d’ailleurs…


Qu’avez-vous reçu en dot ?   

Des valeurs telles que l’amour, la tolé­rance, l’ouverture, … je suis né au début des années 70, j’ai hérité des uto­pies de ses années là. J’ai besoin de croire pour vivre et je ne pense pas que l’homme ne puisse se pas­ser d’espoir.

Un petit plai­sir — quo­ti­dien ou non ?
 ins­pi­rer, expirer.

Qu’est-ce qui vous dis­tingue des autres artistes ?  
Chaque artiste est unique et c’est ce qui fait un des inté­rêts de notre for­mi­dable époque, il n’y a plus vrai­ment de cou­rants mais un foi­son­ne­ment d’idées et de pro­po­si­tions. Cha­cun explore des ter­ri­toires qui lui sont propres et c’est ce qui fait la richesse de l’art contemporain.

Où tra­vaillez vous et com­ment ?
Sur cette pla­nète, je res­pire mon monde. C’est la vie qui m’inspire ainsi que la somme de mes voyages et expé­riences. Je pra­tique un art à dif­fé­rentes strates de lisi­bi­li­tés et à prises multiples. 

Quelles musiques écoutez-vous  en tra­vaillant ?
J’adore la musique et je ne peux pas m’en pas­ser, j’ai besoin d’elle. Ado­les­cent et jeune  homme, j’ai beau­coup écouté du Punk et des sons vio­lents comme le hard core. J’ai décou­vert la House et la techno au début des années 90 et j’ai plongé dedans pas­sant de la crête au smi­ley. Je suis devenu orga­ni­sa­teur de Rave party, après 3 ans de danse et de fête c’est la police par sa vio­lence qui m’a dégoûté de conti­nuer. Je suis donc très friand de sons élec­tro­niques, je conti­nue à pra­ti­quer le mix, bulle dans laquelle j’aime faire un break men­tal. La musique accom­pagne ma pra­tique artis­tique ; même si ce n’est pas évident elle est pré­sente dans mes réalisations.  

 Quel est le livre que vous aimez relire ?  
Demain les dau­phins de Miguel Ale­jando Prado, c’est une BD qui m’a récon­ci­lié avec l’humanité.

Quel film vous fait pleu­rer ?  
Je suis très sen­sible, n’importe quel navet avec des vio­lons et de grosses larmes coulent le long de mes joues.

Quand vous vous regar­dez dans un miroir qui voyez-vous ?
Cela dépend de l’instant, cela peut être beau comme abo­mi­nable mais cela reste juste mon visage…

A qui n’avez-vous jamais osé écrire ?
 Je n’ai jamais été à l’aise avec l’écriture, je suis dys­lexique et je fais beau­coup de fautes d’horographe (sic), entre­tient un com­plexe vis-à-vis de cette forme d’expression.Je suis beau­coup plus à l’aise à l’oral donc je lui pro­po­se­rais que l’on se ren­contre. Mais alors qui ??? La liste est tel­le­ment longue.

 Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ?
La ville est pré­sente dans mes recherches, sa com­plexité me fas­cine, elle pour moi source d’inspiration. Pour n’en citer que quelque une qui m’ont mar­qué : Istan­bul, New York, Mexico, Lima, Ang­kor, le Machu Pichu ou encore le petit vil­lage de Far­ge­belle en Ardèche. Je suis très sen­sible aux villes que je visite car je vis dans une cité qui est très laide. Pour le mythe cela sera évi­de­ment Babel.

Quels sont les artistes dont vous vous sen­tez le plus proche ?
Dif­fi­cile ques­tion car j’ai très peu d’artistes dans mon entou­rage, nos rela­tions sont com­plexes et mal­heu­reu­se­ment sou­vent la com­pé­ti­tion achar­née… Je fuis les rap­ports conflic­tuels et je déteste les batailles d’égo. Il est impor­tant pour nous d’avoir un égo fort car nous affron­tons le monde mais c’est un ani­mal sau­vage à qui il faut savoir col­ler une muse­lière.
Artis­ti­que­ment par­lant, des artistes comme Bill Viola ou Nam June Paik qui m’ont amené à la vidéo. Mais ce n’est qu’un véhi­cule parmi d’autres, pour moi peu importe la coquille c’est l’essence intrin­sèque qui compte. Des artistes comme Robert Filliou ou Michel Jour­niac sont donc aussi très impor­tants à mes yeux.   

Qu’aimeriez-vous rece­voir pour votre anni­ver­saire ?  
Je suis déjà sub­mergé d’objets, j’accorde une grande valeur au temps et aux indi­vi­dus. Un moment par­tagé avec des per­sonnes que j’aime et tou­jours un cadeau.

Que défendez-vous ? 
La LIBERTE, en tant qu’homme c’est un des piliers qui me consti­tue. En tant qu’artiste je m’en sens res­pon­sable, nous en sommes la repré­sen­ta­tion et la vivons. Ce n’est pas pour rien si nous sommes tou­jours des pre­miers à pas­ser au four sous un régime totalitaire. 

Que vous ins­pire la phrase de Lacan : “L’Amour c’est don­ner quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas”?
 Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ça. L’amour est une force et un pou­voir fan­tas­tique, il nous habite. C’est clair qu’il ne peut être accepté par quelqu’un qui le refuse.

Enfin que pensez-vous de celle de W. Allen : “La réponse est oui mais quelle était la ques­tion ?”  
W. Allen ne m’a jamais fait rire… Je pré­fère Terry Gilliam.

pro­pos recueillis par jean-paul gavard-perret pour lelitteraire.com en novembre 2012.

Leave a Comment

Filed under Entretiens, Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>