Ça ira (1) Fin de Louis (Joël Pommerat)

Un pro­pos d’une force sanglante

On se trouve plongé dans la salle du tiers état lors des états géné­raux de 1789. Il s’agit de jus­tice sociale, avec des mots bruts, qui des­sinent un che­min tâton­nant vers une inten­tion droite au milieu de la ruée qu’on entend sourdre ; on sent au fil des échanges tein­tés d’imminence que les risques pressent. Il s’agit de mon­trer la culture en ébul­li­tion, sous l’effet des peurs, des belles inten­tions, lors de la conjonc­tion des inten­tions et des défla­gra­tions. L’effervescence désor­don­née est figu­rée par des débats spon­ta­nés, un ton et une exci­ta­tion qui figurent, autant et mieux que les gron­de­ments venant de l’extérieur, l’urgence.

Les débats sont sou­vent inter­rom­pus, conjonc­tion de forces ver­bales comme prises de mou­ve­ments sto­chas­tiques. Joël Pom­me­rat montre les évé­ne­ments dans leur sur­ve­nance : com­ment ils sont conçus, com­ment ils sur­gissent des doutes, des conjonc­tions de cir­cons­tances. Il déclare volon­tiers faire du théâtre pour voir sur­gir les choses, deman­dant à ses acteurs d’agir en telle sorte qu’il s’agisse chaque soir de la pre­mière fois. Et il réussit.

Le spec­tacle mêle l’actualité et l’histoire. Les cos­tumes, actuels, neutres hor­mis celui du roi, faci­litent notre appro­pria­tion des dis­cours en pré­sence. Le conseil du roi est pré­senté comme une réunion de cabi­net. Le sou­li­gne­ment de la média­ti­sa­tion est propre à mon­trer une France encore si monar­chiste. Sont mon­trées avec per­fec­tion la ten­sion et la légi­ti­mité des posi­tions : le génial met­teur en scène  nous per­met de voir les choses en leur inti­mité, dans leur propre genèse. Ce qu’il avait fait avec les conflits fami­liaux (Cet enfant), les conflits amou­reux (La réuni­fi­ca­tion des deux Corées), éco­no­miques et sociaux (La fabu­leuse his­toire du com­merceMa chambre froide), il l’accomplit avec brio et effi­ca­cité en péné­trant les conflits sociaux les plus aigus, matrice de notre his­toire poli­tique.
Le pro­pos est d’une force san­glante. Les inter­ro­ga­tions pré­sen­tées sont tou­jours for­mu­lées en termes intem­po­rels, qui résonnent avec nos situa­tions d’incertaines assu­rances. La repré­sen­ta­tion, s’annonçant un peu fleuve, se déroule de façon fluide, sans la moindre lon­gueur. Son prin­ci­pal défaut est de nous don­ner envie de vivre la suite des évé­ne­ments, les drames qui s’amplifient.

chris­tophe gio­lito

Ça ira (1) Fin de Louis

Une créa­tion théâ­trale de Joël Pom­me­rat 

Avec :

Saa­dia Ben­taïeb, Agnès Ber­thon, Yan­nick Choi­rat, Éric Feld­man, Phi­lippe Fré­con, Yvain Juillard, Anthony Moreau, Ruth Olai­zola, Gérard Potier, Anne Rot­ger, David Sighi­celli, Maxime Tshi­bangu, Simon Ver­jans, Bog­dan Zamfir.

Scé­no­gra­phie et lumières Éric Soyer ; Cos­tumes et recherches visuelles Isa­belle Def­fin ; Son Fran­çois Ley­ma­rie, Gré­goire Ley­ma­rie ; Dra­ma­tur­gie Marion Bou­dier ; Col­la­bo­ra­tion artis­tique Marie Pie­mon­tese, Phi­lippe Car­bon­neaux ; Assis­tante à la mise en scène Lucia Trotta ; Conseiller his­to­ri­que­Guillaume Mazeau ; Direc­tion tech­nique Emma­nuel Abate ; Construc­tion des décors Tho­mas Ramon, Artom et les ate­liers de Nanterre-Amandiers ; Régie lumière Julien Cha­te­net, Gwen­dal Malard ; Régie son Gré­goire Ley­ma­rie ; Régie pla­teau Jean-Pierre Cos­tan­ziello, Mathieu Miron­net, Pierre-Yves Le Borgne ; Habilleuses Claire Lezer, Sie­grid Petit-Imbert, Lise Crétiaux.

 

Au théâtre Nanterre-Amandiers Centre dra­ma­tique natio­nal, 7 ave­nue Pablo-Picasso 92022 Nanterre

Du 4 au 29 novembre 2015, tous les jours à 19h30, sauf le dimanche à 15h30, relâche le lundi.

Durée 4h20 (pauses com­prises), Grande salle.

Spec­tacle créé le 16 sep­tembre 2015 au Manège-Mons, dans le cadre de Mons Capi­tale de la culture.

Les 3 et 4 décembre à L’Apostrophe (Cergy-Pontoise) ; les 10 et 11 décembre Le Vol­can (Le Havre).

Produc­tion Bon­lieu Scène natio­naleCentre Natio­nal des Arts d’OttawaEspace Mal­rauxFond d’Aide à la Créa­tion Mutua­li­sée du Val d’Oise — FACMFon­da­tion Mons 2015 Capi­tale euro­péenne de la CultureL’ApostropheLa Fila­tureLe Grand TLe Manège.monsLe Rive GaucheLe Vol­canLes Céles­tins, Théâtre de LyonLes Théâtres de la Ville de Luxem­bourgMC2:Mos­tra Inter­na­tio­nal de Tea­tro de Sao PauloNanterre-AmandiersThéâtre du NordThéâtre Natio­nal / BruxellesThéâtre Natio­nal Popu­laire.

Leave a Comment

Filed under Théâtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>