Julien Gracq, Terres du couchant

D’entre les ombres

Il existe des pas­sages fas­ci­nants dans le récit resté inédit de Gracq : « Chaque sai­son ame­nait ses fruits et ses plai­sirs, et la Terre du Cou­chant n’était pas avare. Les vices dans le gou­ver­ne­ment du Royaume étaient si vieux, et leurs méfaits si capri­cieux dans leur enche­vê­tre­ment qu’ils finis­saient par par­ti­ci­per des hauts et des bas qui donnent sa variété à tout spec­tacle natu­rel : si on for­mait le vœu par­fois de les voir « s’arranger », c’était de la même lèvre pieuse dont on sou­haite que le temps « s’arrange » après la grêle ou la gelée ». Se retrouve là ce qui fit le suc­cès du Rivage des Syrtes. Ecrit à la même époque, ce récit est le fruit d’un pro­jet pour­sui­vit pen­dant trois étés puis aban­donné tout en conser­vant quelques pages qui devien­dront La Route. Cette fic­tion inédite se situe à une époque indis­cer­nable. Sans doute celui d’un Age bar­bare et en un royaume en décom­po­si­tion que cer­tains volon­taires tentent de tirer de la léthar­gie.
Le nar­ra­teur per­met d’assister à leur voyage puis à leur vie dans une ville assié­gée « murée pour le néant » et à ce titre au bord du gouffre. Néan­moins, tout l’art de Gracq tient à la magie de des­crip­tion où le regard — comme le pay­sage — se perd dans « un rêve de neige flotté sur un aveu­glant regard bleu, les linges gla­cés, glo­rieux, éblouis » d’une mon­tagne énig­ma­tique. Il y a là du Buz­zati mais un Buz­zatti qui quit­te­rait l’aventure humaine pour celle du pay­sage. Cela peut être trop. Ou trop peu. Mais non sans charme.
Au sein du chaos la vie est même par­fois « douillette et confor­table » comme « dans une mai­son dont on s’est rési­gné à condam­ner les pièces d’apparat ». Le texte n’en manque pas. Mais le lec­teur en reste spec­ta­teur fas­ciné — ou non — dans la demi-teinte et à la dou­ceur des ombres. La quête ou l’errance s’y perdent en long ruban per­fide dans son luxe d’images. Gracq les brasse avec délice jusqu’à nous enfon­cer dans un ima­gi­naire qui pour­rait faire de ce « roman » celui que les Sur­réa­listes n’ont jamais osé écrire.

jean-paul gavard-perret

Julien Gracq, Terres du cou­chant, post­face de Bern­hild Boie, édi­tions Corti, Paris, 2014.

1 Comment

Filed under Poésie, Romans

One Response to Julien Gracq, Terres du couchant

  1. Marisa Aparicio

    Es que il existe en espagnol?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>