Solmaz Sharif, Douanes

Qui ?

Solmaz Sha­rif illustre et défend une poé­sie poli­tique, et pour cause.  : “J’ai long­temps aimé ce que l’on porte en soi.” écrit-elle même. Mais elle en a payé le prix.  Et il arrive qu’elle se  sou­cie peu d’un deve­nir  trans­formé en sel — le cas échéant. La poète exa­mine de la sorte douanes et fron­tières d’un ter­ri­toire à un autre qui com­mandent la mémoire au pré­sent et  l’identité à l’exil.

 

Seule face à ses ori­gines per­dues, irrat­tra­pables, elle inter­roge ses racines ira­niennes, ses sou­ve­nirs ima­gi­nés au sein de son Occi­dent où elle est ailleurs : mais Sol­maz Shi­raz devient native en Cali­for­nie d’adoption où elle vit. Si bien que, dans cet état, elle a “appris à être”. Consi­dé­rée par­fois comme une bar­bare, elle s’est habi­tuée à de mul­ti­tudes images des regards dont cer­tains se nour­rissent : l’œil noir des camé­ras de sur­veillance, le regard d’un amant ou d’un poli­cier sur son corps nu.

Du Moyen Orient à l’Amérique, dans ses poèmes, elle fait la part entre les émo­tions et l’identité. C’est à la fois périlleux et intel­li­gent pour se connaître. Bref, c’est « perdre même la perte » là où peu à peu existent des pos­si­bi­li­tés de per­mis­sion incon­nues, inédites.
Sol­maz Sha­rif rejoint en consé­quence suf­fi­sam­ment le régime du phé­no­mé­nal qui dépas­sait ses propres condi­tion­ne­ments et en tenant compte des par­ti­tions qui régissent sa nou­velle iden­tité où peuvent se jouer non seule­ment le passé mais le libre pou­voir de l’imagination créatrice.

jean-paul gavard-perret

Sol­maz Sha­rif, Douanes, tra­duit de l’anglais (États-Unis) par Raluca Maria Hanea & Fran­çois Heus­bourg, Edi­tions Unes, 2023, 104 p. — 19,00 €.

 

Leave a Comment

Filed under Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>