La Gifle (série/roman de Christos Tsiolkas)

Une gifle retentissante

Cette mini­sé­rie aus­tra­lienne, adap­tée du roman épo­nyme de Chris­tos Tsiol­kas (paru chez Bel­fond et déjà recensé ici) raconte en huit épi­sodes les consé­quences d’une gifle don­née lors du bar­be­cue orga­nisé chez lui pour les qua­rante ans d’Hector. Fidèle au livre, la série garde le prin­cipe du nar­ra­teur dif­fé­rent pour chaque chapitre/épisode, pous­sant même jusqu’à faire inter­ve­nir des réa­li­sa­teurs dif­fé­rents aussi. Ce qui d’ailleurs ne nuit en rien ni à l’unité de l’histoire, ni à celle de l’image.
Dans la ban­lieue de Mel­bourne, Hec­tor, le nar­ra­teur du pre­mier épi­sode et fil conduc­teur de la série, fête son anni­ver­saire entouré de ses amis et de sa famille. Alors que la fête bat son plein, entre dis­cus­sions ani­mées, conver­sa­tions inter­dites et jeux d’enfants ter­ribles, le cou­sin d’Hector, Harry, assène à l’incontrôlable Hugo la fameuse gifle qui va déclen­cher une cas­cade de réac­tions et d’événements inat­ten­dus. Entre les amies qui se déchirent, la famille qui se délite, les couples qui se détruisent, les ran­cœurs explosent, les espoirs s’éteignent, les incom­pré­hen­sions se déchaînent.

Voir la bande-annonce ici

Cette série de huit épi­sodes de 52 minutes a le don d’accrocher le spec­ta­teur, sans doute plus encore que le livre l’avait pas­sionné. Car les acteurs, Jona­than Lapla­gia (Hec­tor), Alex Dimi­triades (Harry), Sophie Lowe (Connie), Melissa George (Rosie) et Sophie Oko­nedo (Aisha) notam­ment sont excel­lents, dans les forces et les fai­blesses de leurs per­son­nages, leurs inter­ro­ga­tions, leur mes­qui­ne­rie et leur bonté. Rien n’est ni noir ni blanc, dans cette his­toire. Pas plus Harry, le mari bru­tal mais cou­sin fidèle ; que Rosie, la mère hys­té­rique qui allaite encore son enfant de quatre ans ou son mari Gary, artiste mau­dit et alcoo­lique ; ou encore Aisha, femme dure et débor­dée d’Hector le volage, qui main­tient à la force du poi­gnet la cohé­sion de leur couple envers et contre tout.
Bref, la com­plexité des per­son­nages fait une bonne par­tie de l’intérêt de la série, peut-être encore plus que dans le livre tant les acteurs apportent de pro­fon­deur à leur per­son­nage. Ajou­tez à cela le poids de la famille, grecque, des tra­di­tions et des ori­gines, et vous aurez un mélange fort regar­dable. Une réus­site, donc, que cette mini­sé­rie dont on ne saura que regret­ter qu’elle ne soit pas plus longue tant elle est addic­tive. Der­nier point posi­tif, et pas des moindres, la bande ori­gi­nale d’excellente qualité.

agathe de lastyns

La Gifle, cof­fret 3 DVD, Mont­par­nasse Vidéo, sep­tembre 2013, 3x52 minutes — 25,00 €

Leave a Comment

Filed under DVD / Cinéma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>