Dom Juan ( Molière / Macha Makeïeff)

 

© Juliette Parisot 

Dom Juan déjoué

Des portes bat­tantes donnent lieu à un bal­let pro­vo­qué par les per­sonnes qui vont et viennent de part et d’autre de la cloi­son qui déli­mite le pla­teau. La tirade du tabac est hachée, au point de ten­ter d’en chan­ger quelque mot ; le ton de l’interprétation qui s’annonce est donné : fidèle et libre, c’est-à-dire irré­vé­ren­cieux.
Les cos­tumes sont assez flo­ris­sants ; le décor est fixe mais il est animé en creux par des espaces d’échange ou de pas­sage : accès, fenêtres, alcôve. Le jeu et les danses sont allègres, consti­tuant un véri­table bal­let au son du cla­ve­cin. La com­pli­cité avec Sga­na­relle est valo­ri­sée au point de sup­por­ter l’organisation du pro­pos comme un axe struc­tu­rant. Mais ce sont les femmes, habi­tuel­le­ment estom­pées devant l’ogre de désir, qui imposent leur figure baroque et déroutante.

Les per­son­nages ne sont pas explo­rés dans l’intériorité de leur carac­tère : ils sont tout entiers dévo­lus aux rap­ports qu’ils entre­tiennent avec les autres. Un côté déli­bé­ré­ment bouf­fon et pré­cieux estompe l’aspect exis­ten­tiel et dra­ma­tique de la pièce ; on a changé d’époque, tro­qué la vigueur de l’esprit pour l’effusion des sens.
Une recherche esthé­tique qui se meut fré­quem­ment en cho­ré­gra­phie d’allure impro­vi­sée, avec quel­que­fois des airs de sin­ge­rie. Acculé, Dom Juan ter­mine désem­paré, vidé, devenu l’objet de son sort iné­luc­table. Sa chute en lui-même est orches­trée dans une atmo­sphère fantastique.

Une repré­sen­ta­tion géné­reuse et enjouée, ori­gi­nale dans une dyna­mique qui valo­rise les femmes et la sen­si­bi­lité : notre temps revi­site ses mythes, quitte à les des­ti­tuer de leur puissance.

chris­tophe giolito 

Dom Juan

d e M o l i è r e

Mise en scène, décor, cos­tumes Macha Makeïeff

 Avec : Xavier Gal­lais (Dom Juan) ; Vincent Win­te­rhal­ter (Sga­na­relle) ; Irina Solano (Elvire, le spectre) ; Pas­cal Ter­ni­sien (Dom Luis, Mon­sieur Dimanche) ; Jeanne-Marie Lévy (une liber­tine, musi­cienne) Xave­rine Lefebvre (Char­lotte, une liber­tine, le com­man­deur) ; Kha­dija Kouyaté (Mathu­rine, une liber­tine) ; Joa­quim Fossi (Dom Alfonse, Pier­rot) ; Anthony Mou­dir (Dom Car­los, Gusman)

Lumière Jean Bel­lo­rini, assisté d’Olivier Tis­seyre ; son Sébas­tien Trouvé, assisté de Jéré­mie Tison ; maquillages, per­ruques Cécile Kret­sch­mar ; mou­ve­ment Guillaume Siard ; toile peinte Félix Des­champs Mak ; assis­tante à la mise en scène Lucile Lacaze ; assis­tante à la scé­no­gra­phie Nina Cou­lais ; assis­tante aux cos­tumes Laura Gar­nier ; assis­tante aux acces­soires Marine Mar­tin ; régie géné­rale André Néri ; régie pla­teau Marine Helm­lin­ger ; machi­niste acces­soi­riste Jeanne Doi­reau ; sta­giaire tech­nique Joa­min Vas­seur ; sta­giaire Pavillon Bosio Louise Cha­te­lain ; coor­di­na­tion géné­rale et pro­duc­tion Mathieu Gerin ; admi­nis­tra­tion Pau­line Ran­chin ;
dif­fu­sion Pas­cale Boeglin-Rodier ; construc­tion des décors et confec­tion des cos­tumes ate­liers du TNP ; construc­tion des acces­soires DTMS Machi­niste Construc­teur du Lycée pro­fes­sion­nel Jules Verne – Sartrouville.

Au théâtre de l’Odéon-Théâtre de l’Europe, Place de l’Odéon 75006 Paris, 01 44 85 40 40

du 23 avril au 19 mai 2024, du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 15h. Durée 2h30.

Relâches les lun­dis et le mer­credi 1er mai ; repré­sen­ta­tions sur­ti­trées en anglais les 27 avril et 4, 11, 18 mai ; repré­sen­ta­tion sur­ti­trée en fran­çais le 3 mai ; repré­sen­ta­tions avec audio­des­crip­tion les jeudi 16 et dimanche 19 mai. Créa­tion mars 2024.

Stage de jeu pour per­sonnes enten­dantes et sourdes / mal­en­ten­dantes Samedi 4 et dimanche 5 mai – Odéon Théâtre de l’Europe.

Don­jua­nisme et séduc­tion à l’ère post-‘Me Too’ Sémi­naire contre­points en écho au spec­tacle
Mer­credi 15 mai à 18h – Odéon Théâtre de l’Europe.

Ren­contre avec Macha Makeïeff et l’équipe artis­tique Dimanche 28 avril à l’issue de la repré­sen­ta­tion –Odéon Théâtre de l’Europe.

Copro­duc­tion com­pa­gnie Made­Moi­selle – Macha Makeïeff, Théâtre natio­nal popu­laire –Vil­leur­banne, Châteauvallon-Liberté – scène natio­nale de Tou­lon, Théâtre natio­nal de Nice, Le Quai — CDN Angers Pays de la Loire, Grand Théâtre de Provence

Avec le sou­tien du Dis­po­si­tif d’Insertion de l’ÉCOLE DU NORD, financé par le minis­tère de la Culture et la Région Hauts-de-France ; du dis­po­si­tif d’insertion pro­fes­sion­nelle de l’ENSATT ; de Arsud ; du Pavillon Bosio, École supé­rieure d’arts plas­tiques de Monaco. La com­pa­gnie Made­Moi­selle est sou­te­nue par le minis­tère de la culture.

Leave a Comment

Filed under Non classé, Théâtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>