Hannelore Cayre, Les doigts coupés

Une belle évo­ca­tion de la Préhistoire

Dans le Péri­gord, trois ouvriers creusent pour une pis­cine. Quand ils découvrent un sque­lette humain, le chef décide de faire venir un prêtre. Celui-ci est l’ami d’enfance d’Adrienne Céla­rié, une paléon­to­logue. Cette der­nière, enthou­sias­mée par la trou­vaille, fait tout ce qu’il faut pour obte­nir l’étude de cette grotte datant de l’Aurignacien, entre 43 000 et 35 000 ans avant notre ère.
Ce qu’elle va dévoi­ler ce soir, devant un aéro­page très fourni, est excep­tion­nel : un corps de femme, beau­coup plus ancien que celui de Wila­maya Pat­jxa, et un contexte incroya­ble­ment riche. L’intégralité de la grotte montre des cen­taines de pochoirs de mains mutilées.

Il y a 35 000 ans, Oli essaie de trou­ver le som­meil mal­gré les gémis­se­ments de Rava, sa sœur, sous les assauts du Cré­tin. Dans le clan, ils ne sont que deux familles. Elle sort de la hutte pour retrou­ver Wilma, une autre sœur, enceinte jusqu’à la gorge, qui s’est pro­po­sée pour la cor­vée de feu. Au loin, vers la grotte des femmes-ancêtres, elles aper­çoivent une lueur. La curio­sité d’Oli est éveillée. Elle va rendre visite à ces étranges indi­vi­dus qui ont la peau blanche et un com­por­te­ment bien dif­fé­rent.
Mais Oli n’admet pas la situa­tion de sou­mis­sion dans laquelle les hommes du clan placent les femmes. Elle veut chas­ser, s’estimant aussi capable que son jumeau, un débile. C’est la révolte et ses consé­quences pour Oli mais aussi pour le clan et les peuples qui par­courent les terres…

La roman­cière prend le parti, de plus en plus mis en lumière par des décou­vertes récentes, du rôle impor­tant des femmes dans les socié­tés de la Pré­his­toire. La pré­sen­ta­tion la plus fré­quente a été construite lors des nom­breuses décou­vertes de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Les scien­ti­fiques ont alors cal­qué pour le passé, une par­tie de la struc­ture sociale qu’ils avaient sous les yeux. Les dames, dans leur immense majo­rité, étaient des femmes au foyer, que cela leur plaise ou non. Or, des faits, des trou­vailles récentes montrent que la réa­lité devait être bien dif­fé­rente.
Avec Oli, qui reven­dique des droits, la roman­cière détaille cette période, le quo­ti­dien du clan, les ren­contre avec des Néan­der­tha­liens et son évo­lu­tion dif­fi­cile. Il lui faut se battre, dans tous les sens du terme, pour exis­ter, pour atteindre son but.

L’auteure ins­talle une intrigue proche de celle du roman noir avec une atmo­sphère qui se tend en fonc­tion d’événements qui dérapent. Autour de son héroïne par­ti­cu­liè­re­ment atta­chante dans sa volonté de vivre une vie conforme à ses désirs, elle ins­talle une tribu confite dans des tra­di­tions. Elle donne, de cette mini société, une vision proche de celle qui a cours, encore aujourd’hui, dans les cercles où règnent des patriarches.
Avec un humour féroce, elle raconte ce par­cours aty­pique don­nant une expli­ca­tion par­fai­te­ment cohé­rente à ces mains muti­lées. La sexua­lité fémi­nine est abor­dée sans rete­nue, telle qu’elle pou­vait être vécue dans un contexte de domi­nance. Elle cite la mes­qui­ne­rie qui règne dans le milieu de la paléon­to­lo­gie. Elle parle, sans ambages, des luttes féroces que se livrent uni­ver­si­taires, scien­ti­fiques, struc­tures cultu­relles pour s’approprier le béné­fice de décou­vertes dans le domaine. Ainsi pour Adrienne Céla­rié qui : “… a intri­gué comme une bête…”, “En tant qu’universitaire elle est arri­vée au bout de la course du rat ayant déjoué tous les pièges.

Un récit magni­fique qui se lit avec un grand inté­rêt pour les bases scien­ti­fiques avé­rées, ses qua­li­tés lit­té­raires, ses dia­logues pétillants et l’identification d’une femme qui se vou­lait libre, il y a de nom­breux millénaires.

serge per­raud

Han­ne­lore Cayre, Les doigts cou­pés, Métai­lié, coll. “Autres Hori­zons”, mars 2024, 192 p.- 18,00 €.

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies, Pôle noir / Thriller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>