Pascal Dandois, Histoires Urticantes

Apoca­lypso

Les His­toires Urti­cantes de Pas­cal Dan­dois manquent trop sou­vent de piquants parce que l’humour potache, lorsqu’il en est ques­tion, est lourd et télé­phoné.
C’est du Gro­land paro­dié. Cela entrave la marche de l’ensemble vers l’apocalypse.
En témoignent à titre d’exemples les noms des per­son­nages : Edouard Killa­dure, Domi­nique Strosse-Conne, Test Q , etc. Si bien que l’humour sou­vent déses­péré perd sa force d’offense en étant rem­placé par un rire benêt par rap­port aux femmes qui payent ici le prix fort eu égard à leur chair et à leur morale.

Tou­te­fois, tout n’est pas mau­vais dans ce texte cochon. Loin des imbro­glios de lamenti, l’auteur prouve que la dou­leur ne suf­fit jamais à des nou­velles où le roman­tisme se trans­forme en dévo­ra­tion.
Le roman à la rose devient rose thon à là où il n’est plus pos­sible d’espérer la moindre reconstruction.

Le pur­pu­rin y est rem­placé par le pure purin pour la fête à noeuds(noeuds) et pour faire rire ceux qui, bûche­rons de la plai­san­te­rie, appré­cient l’humour de der­rière les fagots.

jean-paul gavard_perret

Pas­cal Dan­dois, His­toires Urti­cantes, Edtions Douro, Paris, avril 2022, 72 p. — 16,00 €.

Leave a Comment

Filed under Nouvelles, On jette !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>