Les grandes erreurs de la Seconde Guerre mondiale, Jean Lopez & Olivier Wieviorka (dir.)

Nul n’est infaillible

Le cœur de l’action poli­tique se situe dans la déci­sion, et dans le pro­ces­sus qui y mène. Cela vaut aussi en temps de guerre. Avec des consé­quences à chaque fois impré­vi­sibles, les hommes ne connais­sant pas la fin de leur his­toire.
Comme tout grand évè­ne­ment his­to­rique, la Seconde Guerre mon­diale est jalon­née d’erreurs faites aussi bien par Hit­ler que Chur­chill, Game­lin que Mus­so­lini et bien d’autres.

L’équipe d’historiens ras­sem­blée autour de Jean Lopez et d’Olivier Wie­viorka offre un pano­rama des vingt erreurs qui ont le plus affecté le cours de la Seconde Guerre mon­diale. Il en res­sort que l’erreur repose soit sur un manque d’informations glo­bales, soit sur le poids de l’idéologie, véri­table prisme défor­mant, soit sur la per­son­na­lité du diri­geant, soit sur les trois en même temps !
Bien sûr, Hit­ler est un cas d’école, lui qui concentre tous les pou­voirs et ordonne aux pan­zers de ralen­tir devant Dun­kerque, se dés­in­té­resse du Moyen-Orient, s’acharne à prendre Stalingrad.

Mais que dire aussi de Mus­so­lini, sinon qu’il jette son pays dans un conflit pour lequel il n’est pas pré­paré, notam­ment dans une cam­pagne de Grèce faite en dépit du bon sens ? Cela étant, la déci­sion funeste pèse de tout de son poids aussi du côté allié, de l’appeasement aux bom­bar­de­ments stra­té­giques sur les villes alle­mandes.
Même le débar­que­ment en Afrique du nord est placé dans la caté­go­rie des erreurs pour avoir détourné les moyens alliés d’une libé­ra­tion de l’Europe.

Plusieurs des fautes recen­sées dans cet ouvrage de qua­lité, clair et bien agencé, ont coûté des vies, ont peut-être pro­longé la guerre (pen­sons au prin­cipe de la capi­tu­la­tion sans condi­tions).
Pour­tant, elles nous rap­pellent l’extrême dif­fi­culté de la prise de déci­sion poli­tique ou mili­taire, construite à par­tir d’éléments par­cel­laires (seul l’historien maî­trise la glo­ba­lité d’une ques­tion, et encore… !), dans le contexte d’une situa­tion des plus com­plexes, en tout cas éprou­vante, et sur laquelle jouent à fond autant la rage d’avoir rai­son du diri­geant que le poids de sa res­pon­sa­bi­lité devant son peuple et l’histoire.

feuille­ter le livre

fre­de­ric le moal

Les grandes erreurs de la Seconde Guerre mon­diale, Jean Lopez & Oli­vier Wie­viorka (dir.), Perrin/Guerres et His­toire, sep­tembre 2020, 312 p. — 20,00 €.

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>