Nathalie Guiot et all., Traversée

Béance des possibles

Ishtar est mai­son d’édition nou­vel­le­ment créée à la sor­tie du confi­ne­ment par Natha­lie Guiot, créa­trice de la Fon­da­tion Tha­lie.
Elle publie Tra­ver­sée afin  d’illustrer com­ment s’est effec­tué le confi­ne­ment pour une série d’écrivaines et d’artistes, le tout avec “avec un lot de fan­tasmes et de ren­contres improbables.”

Par exemple, Auré­lie Gra­vas pro­pose un dia­logue intem­pes­tif entre un pot de fleurs et une nature morte et, “plus méta­pho­rique et intime”, Bar­bara Polla raconte  une expé­di­tion en soli­taire à deux, sur un navire appelé “Mai­son de Verre”.
Et c’est le début d’une his­toire d’amour qui ne connaî­tra pas de fin.

Ce qui importe pour chaque créa­trice est la manière de mon­ter divers dis­po­si­tifs non pro­gram­ma­tifs où la vie avance et conti­nue à par­tir de ce moment très par­ti­cu­lier du confi­ne­ment.
Il existe là un appel à une autre exis­tence ou à la chan­ger afin de retrou­ver de nou­veaux ter­ri­toires essen­tiels que nous avions per­dus en cours de vie ou négligés.

Mots et images res­sur­gissent au moment où le quo­ti­dien récla­mait un retour de l’expérience dans laquelle la vie devient — contrainte et for­cée — plus un poten­tiel qu’un acquis. Les créa­trices s’engouffrent dans la béance des pos­sibles loin de toutes cris­pa­tions ou pour s’en défaire.
Est mis à por­tée d’existence ce qui, en ce moment par­ti­cu­lier, main­tient à priori la dis­tance ou l’interdit.

Tout repart là où la vie rede­vient à nu sans condi­tions ni sys­tèmes mais en par­faite liberté. Cha­cune des inter­ve­nantes prouve sa pré­sence au monde lorsqu’elle est confron­tée à une situa­tion qui implique de faire un grand débar­ras.
Cha­cune laisse libre cours à de grands déploie­ments et fait l’essai de quelque chose dont elle ne connaît pas la teneur.

Cela casse les incer­ti­tudes et rem­plit un vide pré­cur­seur à ce que serait une vie plus essen­tielle que celle qui, jusque là, était réglée et banalisée.

jean-paul gavard-perret

Natha­lie Guiot et all., Tra­ver­sée, Edi­tion Ish­tar, Bruxelles, 2020, 144 p. — 30,00 €.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Espaces ouverts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>