Marie-Françoise Prost-Manillier, L’ombre de nos pas, l’ombre de nos ombres (exposition)

L’ombre et la lumière

Marie-Françoise Prost-Manillier pro­pose un uni­vers aussi réel qu’étrange à tra­vers la pro­fon­deur de ses champs pho­to­gra­phiques et leurs décou­pages.
La vie est sai­sie par sur­prise selon de sub­tiles modalités.

Les cadrages inté­rio­risent en quelque sorte les choses vues où se dis­tingue l’invisible sous nos yeux. Une incan­des­cence par­ti­cu­lière voit le jour par le noir et blanc.
L’existence est sai­sie entre fan­tas­ma­go­rie et réel qui semblent se superposer.

Il y a là des confi­dences et des indis­cré­tions par un étrange jeu de dis­tance opéré par cer­tains déca­lages et détails.
Ils déplacent ce qui rend habi­tuel­le­ment les signes convergents.

Les per­son­nages res­tent ano­nymes mais existe une per­cée qui engage vers d’autres dimen­sions. Des jambes peuvent deve­nir les piliers d’un temple, le sol exhibe moins des frac­tures que des che­ve­lures — au besoin mouillées dans des flaques de lumière.
De tels “démem­bre­ments” à l’allure offen­sive créent un ordre là où la pho­to­graphe balaye des zones que l’on prend — et bien à tort — pour amorphes.

Tout s’entrechoque, s’affronte et se défie entre la lumière et l’ombre.

jean-paul gavard-perret

Marie-Françoise Prost-Manillier, L’ombre de nos pas, l’ombre de nos ombres, Gale­rie le 116art, Lyon, juin 2020.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>