Foto / Industria 2019, Tecnosfera / Technosphere : L’humanité et l’environnement bâti (exposition)

La tech­no­sphère dans l’imaginaire collectif

Foto / Indus­tria est la pre­mière bien­nale au monde consa­crée à la pho­to­gra­phie liée à l’industrie et au tra­vail. Conçue par la fon­da­tion MAST (Mani­fat­tura di Arti, Fon­da­tion et tech­no­lo­gie), elle a été créé en 2013, sous la direc­tion artis­tique de Fran­çois Hèbel. Fran­cesco Zanot est le com­mis­saire de cette nou­velle édi­tion com­po­sée de onze expo­si­tions dans le centre-ville de Bologne.
Ce spec­tacle mul­ti­mé­dia docu­mente l’impact de l’homme sur la pla­nète à tra­vers les pho­to­gra­phies d’Edward Bur­tynsky, les films de Jen­ni­fer Baich­wal et Nicho­las De Pen­cier et une série d’installations de réa­lité augmentée.

Mais il y a plus encore. Armin Linke s’intéresse aux recherches sous-marines et aux effets du chan­ge­ment cli­ma­tique selon des pers­pec­tives sociale, scien­ti­fique et eth­no­gra­phique. David Claer­bout offre une réplique numé­rique du stade olym­pique de Ber­lin et sa dégra­da­tion pro­gres­sive, Ste­pha­nie Syjuco joue aussi avec le temps et les époques en fai­sant réfé­rence à un film tourné peu avant le trem­ble­ment de Terre qui a détruit San Fran­cisco en 1906.
Délio Jasse étu­die la capi­tale de l’Angola, sa crois­sance rapide et sa perte de sens”. Mat­thieu Gaf­sou illustre l’enjeu du trans­hu­ma­nisme et la dis­so­lu­tion des fron­tière de la nature humaine. Yosuke Ban­daj ras­semble 70 images d’objets trou­vés dans la rue pour créer des sculp­tures scan­nées et trans­for­mées en totems de notre civilisation.

Ces expo­si­tion prouvent  le rôle majeur de la pho­to­gra­phie dans l’intervention de l’humain sur le monde et le déve­lop­pe­ment durable. Le tout non sans rap­pels de créa­teurs plus anciens. Les pho­tos d’Albert Renger-Patzsch montre la Ruhr comme arché­type de l’industrie des années 30 celles d’André Ker­tész illustre la rela­tion homme-machine.
L’exposition dédiée à Lisetta Carmi traite de son repor­tage social engagé, cen­tré sur les usines et le port de Gênes.

La «tech­no­sphère» est donc pré­sen­tée et ana­ly­sées selon bien des angles. Ils pré­cisent com­ment la pho­to­gra­phie façonne, his­to­rise et actua­lise l’imaginaire col­lec­tif. Elle est donc un outil indis­pen­sable afin de sou­li­gner com­ment l’homme trans­foirme le monde ou le détruit.

Jean-Paul Gavard-Perret

Foto / Indus­tria 2019, Tec­nos­fera / Tech­nos­phere : L’humanité et l’environnement bâti, 4ème bien­nale de la pho­to­gra­phie sur l’industrie et le tra­vail, Bologne, du 24 octobre au 24 novembre 2019.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Echos d'Italie / Echi dell'Italia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>