Aga Lesiewicz, Regarde-moi

Cyber sur­veillance

Kris est pho­to­graphe pro­fes­sion­nelle. Elle tra­vaillait aupa­ra­vant sur des scènes de crime pour la police lon­do­nienne, mais elle a cessé son acti­vité pour agir en tant que free-lance. Elle vit avec Anton, un artiste réputé de street-art. Un jour elle reçoit sur son ordi­na­teur per­son­nel un e-mail appelé ‘expo­si­tion 1’, met­tant en scène une scène de crime sur laquelle elle a fait des cli­chés des années aupa­ra­vant. Rien de trop angois­sant a priori, si ce n’est qu’aucun expé­di­teur n’est iden­ti­fiable.
Un second e-mail puis un troi­sième suivent, plus mena­çants et déran­geants : ils la montrent dans son appar­te­ment fai­sant l’amour avec son petit ami, et ce der­nier dans une situa­tion com­pro­met­tante. Kris com­mence à s’inquiéter sérieu­se­ment, sur­tout que son prin­ci­pal employeur en a reçu une copie, et qu’elle perd ainsi une source de reve­nus impor­tante. Qui la har­cèle ainsi ? Qui veut détruire sa vie ? Et jusqu’où cette per­sonne est-elle prête à aller ?…

Second roman d’Aga Lesie­wicz, Regarde-moi est une vraie réus­site de sus­pense. A chaque cha­pitre la ten­sion monte d’un cran et la para­noïa qui guette l’héroïne devient conta­gieuse. Tout comme elle, on en vient à dou­ter de cha­cun et le peu d’indices récol­tés pen­dant son enquête per­son­nelle ne nous aide pas beau­coup. Le lec­teur se sent autant affecté que Kris par ces intru­sions à répé­ti­tion dans sa vie pri­vée. Un cyber-harcèlement qui est une chose redou­tée par la plu­part d’entre nous qui pas­sons tant de temps sur nos ordi­na­teurs, tablettes ou télé­phones.
Ici pas ques­tion de faire confiance à la police, l’héroïne mène ses inves­ti­ga­tions seule, quitte à perdre sa santé men­tale, ou pire sa vie ! Ses recherches nous entraînent dans un uni­vers d’artistes, assez loin de la vie quo­ti­dienne des busi­ness­men lon­do­niens, et des cli­chés tou­ris­tiques. On découvre une capi­tale bri­tan­nique en per­pé­tuelle évo­lu­tion et au pre­mier rang de la vie culturelle.

L’auteure qui a long­temps tra­vaillé pour la radio, la télé­vi­sion met en place un sus­pense très pre­nant, oppres­sant, qui fonc­tionne aussi bien que dans A perdre haleine. Le dénoue­ment est à la hau­teur des attentes, même si une des pistes sui­vies en amont se révé­lera la bonne pour les plus futés.
Il ne fait aucun doute qu’Aga Lesie­wicz est en bonne voie pour s’imposer comme auteure incon­tour­nable de la nou­velle lit­té­ra­ture britannique !

franck bous­sard

Aga Lesie­wicz, Regarde-moi, Bel­fond Noir, juin 2018, 384 p. – 21,00 €.

Leave a Comment

Filed under Pôle noir / Thriller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>