Anthony Trollope, Un amour de jeunesse/Le Château du prince de Polignac

On gagne tou­jours à (re)découvrir Trollope

Ces deux nou­velles de Trol­lope, édi­tées cha­cune sous l’aspect d’un joli livre de poche, réservent au lec­teur plu­sieurs sur­prises. La pre­mière : le roman­cier fameux pour ses vastes fresques sur l’Angleterre vic­to­rienne raconte, ici, des his­toires situées en France. La seconde : net­te­ment moins sati­rique que d’habitude, sur­tout dans Un amour de jeu­nesse, son écri­ture peut faire pen­ser à celle de Mau­pas­sant. La troi­sième : les nou­velles révèlent un Trol­lope porté sur l’émouvant, plu­tôt que féroce comme on était accou­tumé de le croire.

En tant que nou­vel­liste, l’auteur pro­cède habi­le­ment par petites touches, par allu­sions et en lais­sant des lacunes dans le récit, pour nar­rer deux his­toires d’amour bien dif­fé­rentes l’une de l’autre. Un amour d’adolescence (dont l’éditeur aurait mieux fait de conser­ver le titre ori­gi­nal, La mère Bauche) se déroule dans un petit hôtel de Vernet-les-Bains, dont la patronne a été assez géné­reuse pour éle­ver une orphe­line comme sa propre enfant, mais trouve into­lé­rable la pers­pec­tive de la voir épou­ser son fils pré­féré. Mme Bauche déploie donc des efforts, avec l’aide de son ami, le Capi­taine Cam­pan, pour éloi­gner Adolphe de la belle Marie. Les stra­ta­gèmes des aînés réus­si­ront en par­tie, tout en révé­lant pro­gres­si­ve­ment le fond de cha­cun des quatre per­son­nages prin­ci­paux — c’est jus­te­ment la part psy­cho­lo­gique du récit qui per­met à Trol­lope de mon­trer toute sa finesse nar­ra­tive, avec une éco­no­mie de moyens admirable.

Le Châ­teau du prince de Poli­gnac nous trans­porte à Puy-en-Velay, où une sédui­sante veuve anglaise a mis en pen­sion sa fille aînée. La mère s’y attarde, avec sa cadette, car elle s’y trouve mieux qu’en Angle­terre, ce qui per­met à un cer­tain M. Lacor­daire, qui a tout l’air d’un gent­le­man, de la cour­ti­ser de moins en moins dis­crè­te­ment. Dans cette nou­velle, les moments cocasses sont plus nom­breux, mais mal­gré cela, la veuve hési­tante et son sou­pi­rant appa­raissent sur­tout comme deux êtres tou­chants, y com­pris parce qu’ils ne sont plus jeunes, et qu’ils sont conscients de cou­rir cha­cun sa der­nière chance de s’attirer un par­te­naire aimant.

On n’en dira pas davan­tage sur le contenu des textes, crai­gnant de pri­ver le lec­teur des effets de sur­prise propres à le tenir en haleine jusqu’au bout de ces deux récits. Ils méritent d’être décou­verts, que vous ayez déjà lu des œuvres de Trol­lope ou que vous igno­riez tout de ce grand roman­cier. La tra­duc­tion de Béa­trice Vierne est par­faite : à la fois juste et dis­crète, si bien que pour un peu, on croi­rait la ver­sion fran­çaise sor­tie de la plume de l’auteur.

agathe de lastyns

 

     
 

Anthony Trol­lope, Un amour de jeu­nesse, tra­duit de l’anglais par Béa­trice Vierne, coll. “Car­nets”, L’Herne, octobre 2011, 73 p.- 9,50 €
Anthony Trol­lope, Le Châ­teau du prince de Poli­gnac, tra­duit de l’anglais par Béa­trice Vierne, coll. “Car­nets”, L’Herne, octobre 2011, 55 p.- 9,50 €

 

Leave a Comment

Filed under Non classé, Romans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>