Zoé Gruni la contorsionniste : entretien avec l’artiste (Segunda pele : híbrido, memória, reciclagem )

Les images de Zoé Gruni créent une forme de « van­da­lisme » concerté à tra­vers ses mul­tiples hyp­noses fomen­tées. Contre l’empâtement des images média­tiques sur­gissent une volte-face et une ins­pi­ra­tion oppo­sée à leur pro­duc­tion machi­nale. Le chanvre par exemple lui offre des res­sources infi­nies. Il épouse la forme d’un corps, jusqu’à deve­nir une vraie per­son­na­lité, par­fois recon­nais­sable (évêque, guer­rier, épouse, juge…). Zoé Gruni crée des per­son­nages inter­chan­geables qui ont besoin de se racon­ter par des moyens et des lan­gages dif­fé­rents. Ces œuvres sont deve­nues pro­gres­si­ve­ment de véri­tables spec­tacles. Sur­git un ver­tige plas­tique jouant sur des sys­tèmes de per­mu­ta­tions et d’orientations impré­vues. Comique sou­vent, l’œuvre est auda­cieuse. Elle accom­plit des miracles optiques en tis­sant tout un réseau de cor­res­pon­dances. Lequel libère des renais­sances car le seul devoir de la créa­trice reste de rêver la réalité.

Zoè Gruni, Segunda pele : híbrido, memó­ria, reci­cla­gem, Escola de Artes Visuais, Rio de Janeiro, du 7 mars au 27 juin 2017

 Entretien :

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?
La curio­sité. (La curiosità).

Que sont deve­nus vos rêves d’enfant ?
Depuis l’enfance je rêvais de voya­ger, de deve­nir une artiste et une contor­sion­niste et je n’ai jamais oublier de rêver… (Da bam­bina sognavo di viag­giare, diven­tare un’artista e una contor­sio­nista e non ho mai smesso di sognare…)

A quoi avez-vous renoncé ?
A deve­nir une contor­sion­niste. Car je ne suis plus aussi agile qu’avant… (A diven­tare una contor­sio­nista, pur­troppo non sono più sno­data come una volta…

D’où venez-vous ?
Europe – Ita­lie – Tos­cane – Pis­toia. (Europa — Ita­lia — Tos­cana – Pistoia)

A qui n’avez-vous jamais osé écrire ?
J’ai tou­jours écrit lorsque je n’osais pas par­ler. (Ho sempre scritto quando non ho osato par­lare).

A quoi avez vous renoncé pour votre tra­vail ?
A la sta­bi­lité éco­no­mique et à un peu d’ennui sain… (Alla sta­bi­lità eco­no­mica e a un po’ di sana noia…)

Qu’est-ce qui vous dis­tingue des autres artistes ?
Tout ??? Dans le fond comme chaque artiste et même comme tout indi­vidu. ( Tutto??? infondo ogni artista è innanzi tutto un individuo…)

Où et com­ment travaillez-vous ?
Je construis mes images afin de fon­der ma propre mémoire à tra­vers des élé­ments de l’imaginaire col­lec­tif à tra­vers un pro­ces­sus mul­ti­dis­ci­pli­naire com­posé de plu­sieurs phases : pro­jet, tra­vail manuel, per­for­mance et enfin docu­men­ta­tion pho­to­gra­phique et vidéo. ( Cos­truisco le mie imma­gini cer­cando di fon­dere la mia memo­ria per­so­nale con ele­menti dell’immaginario col­let­tivo, attra­verso un pro­cesso mul­ti­dis­ci­pli­nare com­posto da diverse fasi: pro­get­ta­zione, lavoro manuale, azione per­for­ma­tiva e infine docu­men­ta­zione foto­gra­fica e video).

Quelle musique écoutez-vous en tra­vaillant ?
Pen­dant la phase de pro­jet j’ai besoin de silence pour aider la concen­tra­tion mais au moment où je passe au tra­vail pra­tique j’écoute de la musique rock. ( Durante la fase pro­get­tuale del lavoro ho biso­gno di silen­zio per aiu­tare la concen­tra­zione ma nel momento in cui passo al lavoro pra­tico ascolto musica rock.)

Quel livre aimeriez-vous relire ?
« Le pré­sent liquide » de Zyg­munt Bau­man ( « Paura liquida » di Zyg­munt Bauman.)

Qui voyez-vous lorsque vous vous regar­dez dans votre miroir ?
Par­fois une gamine, par­fois une vieille femme, cela dépend de l’humeur… (A volte una bam­bina, altre volte una vec­chia; dipende dall’umore…).

Quelles sont les tâches ména­gères qui vous pèsent le plus ?
Toutes, elles abîment mes mains qui le sont déjà suf­fi­sam­ment ! (Tutti, uso le mani già abbastanza!)

Quels sont les artistes dont vous vous sen­tez la plus proche ?
Louise Bour­geois et Franz West ont été mes grands points de réfé­rence. Une ren­contre humaine très importe fut celle de Carol Rama lors de ma thèse à l’Académie des Beaux Arts. Dans le pano­rama contem­po­rain, je me sens par­ti­cu­liè­re­ment proche du tra­vail de Bar­lin De Bruy­ckere. (Louise Bour­geois e Franz West sono stati per me grandi punti di rife­ri­mento. Un incon­tro umano molto impor­tante è stato quello con Carol Rama, in occa­sione della mia tesi di lau­rea presso l’Accademia di Belle Arti. Nel pano­rama contem­po­ra­neo mi sento par­ti­co­lar­mente vicina al lavoro di Ber­linde De Bruyckere).

Que vou­driez rece­voir pour votre anni­ver­saire ?
Le petit sac à main de Mary Pop­pins où toutes mes œuvres pour­raient ren­trer sans avoir besoin de recou­rir à FedEx ! (La borsa di Mary Pop­pins dove tutte le mie opere pos­sano entrare senza biso­gno di ricor­rere a FedEx!)

Que défendez-vous ?
La dignité, le res­pect et la liberté de choi­sir sa propre exis­tence. (La dignità, il ris­petto e la libertà di sce­gliere della pro­pria esistenza).

Que vous ins­pire la phrase de Lacan : “L’Amour c’est don­ner quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas”?
Cela me convainc du conti­nuer à tra­vailler sur l’identité et sur le sens de « faute », j’espère tout dou­ce­ment com­prendre quelque chose de plus au sujet de ce grand thème. (Mi convince di conti­nuare a lavo­rare sull’identità e sul signi­fi­cante “fallo”, spe­rando piano piano di capire qual­cosa in più di questo grande tema…)

Enfin que pensez-vous de celle de W. Allen : “La réponse est oui mais quelle était la ques­tion ?“
Sim­pli­cité et auto-ironie, ce qui est le plus dif­fi­cile et fon­da­men­tal. (Sem­pli­cità e autoi­ro­nia, ciò di più dif­fi­cile e fondamental.)

Entre­tien et pré­sen­ta­tion réa­li­sés par jean-paul gavard-perret pour lelitteraire.com, le 6 février 2017.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Echos d'Italie / Echi dell'Italia, Entretiens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>