Viola Ardone legge Andrea Marcolongo (De arte gymnastica. Da Maratona ad Atene con le ali ai piedi, 2022) / Viola Ardone lit Andrea Marcolongo (“Courir. De Marathon à Athènes avec des ailes aux pieds”, 2022).

Tutto­li­bri – La Stampa | 2 aprile 2022

Invece che alle­narsi da run­ner qua­lunque, meglio fare come Filip­pide a Maratona

Andrea Mar­co­longo rivela per­ché (e come) ha las­ciato la scri­va­nia per la strada, “fati­cando” come i Greci. Una pas­sione nata a Parigi, col­ti­vata con un moti­va­tone d’eccezione e il più antico manuale di sport.

Io, per­so­nal­mente, corro solo se inse­guita. Non così Andrea Mar­co­longo, la quale ci confessa che dopo anni di vita seden­ta­ria dedita esclu­si­va­mente all’allenamento della mate­ria gri­gia, ha deciso di intra­pren­dere una cosa nuova. Un’impresa tita­nica, a dire il vero, para­go­na­bile sol­tanto a quella di aprire per la prima volta a 14 anni il pon­de­roso voca­bo­la­rio di greco. Tra quelle righe scritte fitte fitte nacque un tempo il suo amore per le lingue clas­siche. Tra le strade di Parigi – dove risiede ormai da alcuni anni – è nato invece il suo amore per la corsa. E tra le pagine di questo libro di sor­pren­dente ori­gi­na­lità può comin­ciare, forse, anche il nos­tro. Che siate eredi di Achille piè veloce o esseri mito­lo­gici metà uomo metà divano, non importa: questo è il libro per voi. Per­ché il nuovo lavoro di Mar­co­longo, De arte gym­nas­tica, potrebbe chia­marsi anche «mara­tona per prin­ci­pianti», ovvero come pas­sare dalla scri­va­nia alla pia­nura di Atene con l’aiuto di Filos­trato. E di Mura­kami, naturalmente.

marcolongo20221-foto-Francesca-Mantovani-©-Gallimard-200x300

In questa sorta di «auto­bio­gra­fia della corsa», la stu­diosa di let­tere antiche ci parla di sé – ma in fondo di noi – rac­con­tando come ogni giorno abbia sos­te­nuto un corpo a corpo, è il caso di dire, con se stessa per com­piere quel sem­plice movi­mento di las­ciare la scri­va­nia, chiu­dersi la porta di casa alle spalle e uscire in strada per cor­rere per­lo­meno un chi­lo­me­tro. E poi un chi­lo­me­tro in più, e poi un altro e un altro ancora. E mentre l’asfalto diven­tava sempre più docile sotto le suole di gomma, mentre la cor­sasi tras­for­mava da dovere in abi­tu­dine si face­vano strada in lei due idee, due pro­getti ambi­ziosi e paral­leli: scri­vere un libro che par­lasse della corsa e pre­pa­rare la mara­tona di Atene. Che per alcuni versi sono la stessa cosa. Scri­vere un libro signi­fica imbar­carsi in un’impresa che affas­cina e impau­risce, un impe­gno cos­tante a cui ogni giorno aggiun­gere qual­cosa, senza avere mai la cer­tezza di arri­vare in fondo. Pro­prio come la mara­tona: 41,8 km di corsa tra la cit­ta­dina di Mara­tona e la mitica capi­tale della cultura greca. E lì nel 490 a.C. che il primo mara­to­neta della sto­ria, Filip­pide (o Fidip­pide, a seconda delle ver­sioni) stra­mazzò al suolo dopo aver per­corso quella dis­tanza senza mai fer­marsi al solo scopo di por­tare ai suoi concit­ta­dini la noti­zia dell’esito dello scon­tro tra ate­niesi e per­siani. Giunto in città gli restò il fiato per pro­nun­ciare solo una parola: nenì­ka­men, ovvero abbiamo vinto. Che è la stessa parola che viene in mente a me – e forse a tanti scrit­tori – quando riesco ad arri­vare in fondo a una sto­ria. Nenì­ka­men: ce l’ho fatta, ho tagliato il tra­guardo, non ho abban­do­nato la gara. Ed è questa la vera sfida di ogni iscritto alla mara­tona: non cer­ta­mente vin­cerla, ma giun­gere quan­to­meno ad attra­ver­sare la linea del tra­guardo entro il tempo massimo. […]

—-
tra­duc­tion :

Plu­tôt que de s’entraîner comme n’importe quel cou­reur, il vaut mieux faire comme Phi­lip­pi­dès à Marathon

Andrea Mar­co­longo révèle pour­quoi (et com­ment) elle a quitté le bureau pour  la rue, afin de se “fati­guer” comme les Grecs. Une pas­sion née à Paris, culti­vée avec une moti­va­tion d’exception et grâce au plus ancien manuel de sport.

Per­son­nel­le­ment, je ne cours que si je suis pour­sui­vie. Pas comme Andrea Mar­co­longo, qui nous avoue qu’après des années de vie séden­taire consa­crée exclu­si­ve­ment à l’entraînement de la matière grise, elle a décidé d’entreprendre une chose nou­velle. Une entre­prise tita­nesque, à vrai dire, com­pa­rable seule­ment à celle d’ouvrir pour la pre­mière fois à 14 ans un livre impo­sant dédié au voca­bu­laire grec. Entre ces lignes denses et bien écrites, son amour pour les langues clas­siques est né. De la même manière est né son amour de la course  dans les rues de Paris — où elle réside depuis quelques années. Et l’originalité peut com­men­cer dans les pages de ce livre sur­pre­nant, qui est, peut-être aussi, le nôtre. Que vous soyez l’héritier d’Achille pied rapide ou un être mytho­lo­gique mi-homme mi-canapé, peu importe : le livre est fait pour vous. Parce que le nou­veau tra­vail de Mar­co­longo, De l’art gym­nas­tique, pour­rait s’appeler aussi « mara­thon pour débu­tants », c’est-à-dire com­ment pas­ser du bureau à la plaine d’Athènes avec l’aide de Phi­los­trate. Et de Mura­kami, bien sûr.

Dans cette sorte d’« auto­bio­gra­phie de la course », la cher­cheuse ès lettres anciennes nous parle d’elle — mais au fond de nous — ‚racon­tant com­ment chaque jour elle a sou­tenu un corps-à-corps, c’est le cas de le dire, avec elle-même pour accom­plir ce simple mou­ve­ment de quit­ter le bureau, lais­ser la porte de sa mai­son der­rière elle et sor­tir dans la rue pour cou­rir au moins un kilo­mètre. Et puis un kilo­mètre de plus, puis un autre et un autre encore. Et tan­dis que l’asphalte deve­nait de plus en plus docile sous ses semelles en caou­tchouc, tan­dis que la course à pied trans­for­mait le devoir en habi­tude, deux idées, deux pro­jets ambi­tieux et paral­lèles se sont impo­sés : écrire un livre qui parle de la course et pré­pa­rer le mara­thon d’Athènes. Presque la même chose à cer­tains égards. Écrire un livre signi­fie en effet se lan­cer dans une entre­prise qui fas­cine et effraie, un enga­ge­ment constant auquel chaque jour ajoute quelque chose, sans jamais avoir la cer­ti­tude d’aller jusqu’au bout. Tout comme le mara­thon : 41,8 km de course entre la ville de Mara­thon et la capi­tale mythique de la culture grecque.

C’est là, en 490 av. J.-C., que le pre­mier mara­tho­nien de l’histoire, Phi­lip­pi­dès (ou Phi­dip­pi­dès, selon les ver­sions) tomba épuisé au sol après avoir par­couru cette dis­tance sans jamais s’arrêter dans le seul but d’apporter à ses conci­toyens la nou­velle de l’issue de l’affrontement entre Athé­niens et Perses. Arrivé en ville, il lui resta le souffle pour pro­non­cer un seul mot : nenì­ka­men, ou nous avons vaincu. C’est le même mot qui me vient à l’esprit — et peut-être à tant d’écrivains — quand j’arrive au bout d’une his­toire. J’ai fran­chi la ligne d’arrivée, je n’ai pas aban­donné la course. Et c’est le véri­table défi de chaque ins­crit au mara­thon : cer­tai­ne­ment ne pas le gagner, mais arri­ver au moins à fran­chir la ligne d’arrivée dans le temps imparti. […]

fré­dé­ric grolleau

source et lire la suite en ita­lien :
https://www.laterza.it/2022/04/06/marcolongo-de-arte-gymnastica-correre-come-i-greci/

Leave a Comment

Filed under Echos d'Italie / Echi dell'Italia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>