Echos d’Italie

La Stampa Cultura

Il det­ta­glio del David pas­sato inos­ser­vato per 500 anni che porta Miche­lan­gelo nel futuro

06 gen­naio 2020

C’è un det­ta­glio nel David di Miche­lan­gelo sfug­gito a 500 anni di osser­va­zioni e che conferma il genio del grande scul­tore, pit­tore, archi­tetto e poeta ita­liano, in grado col suo ‘occhio cli­nico’ di anti­ci­pare la scienza.  Se in molte scul­ture, e nella fisio­lo­gia quo­ti­diana delle per­sone, la vena giu­gu­lare dalla parte super­iore del busto attra­verso il collo non è visi­bile, infatti, nel capo­la­voro del Rinas­ci­mento esposto a Firenze è chia­ra­mente “dis­tesa” e in rilievo sopra la cla­vi­cola di David.  Come acca­drebbe in ogni gio­vane in salute che si trova ad un livello di ecci­ta­zione per­ché deve affron­tare un avver­sa­rio poten­zial­mente letale — in questo caso, Golia.  Un par­ti­co­lare che indica come lo spi­rito di osser­va­zione abbia por­tato Miche­lan­gelo a scol­pire qual­cosa che poi sarebbe stato des­critto nel det­ta­glio 100 anni dopo, cioè la mec­ca­nica del sis­tema circolatorio.

A rile­varlo e’ un arti­colo di Daniel Gelf­man, del Marian Uni­ver­sity Col­lege of Osteo­pa­thic Medi­cine di India­na­po­lis, su Jama Car­dio­logy. Il medico ame­ri­cano che ha visto la sta­tua quest’anno durante una visita in Ita­lia e’ stato il primo a notare il det­ta­glio.  La dis­ten­sione della vena giu­gu­lare secondo quanto spiega l’esperto può veri­fi­carsi anche con pro­ble­ma­tiche come “ele­vate pres­sioni intra­car­diache e pos­si­bili dis­fun­zioni car­diache”, ma il David è gio­vane e in ottime condi­zioni fisiche. Solo in un altro contesto — uno stato di ecci­ta­zione tem­po­ra­nea — si dis­tingue bene. “Miche­lan­gelo, come alcuni dei suoi contem­po­ra­nei — scrive Gelf­man — aveva una for­ma­zione ana­to­mica.  Mi sono reso conto che deve aver notato una dis­ten­sione venosa giu­gu­lare tem­po­ra­nea in sog­getti sani che sono ecci­tati”. “All’epoca della crea­zione del David — osserva — nel 1504, l’anatomista e medico William Har­vey non aveva ancora  des­critto la vera mec­ca­nica del sis­tema cir­co­la­to­rio. Ciò non avvenne fino al 1628″. Anche nel Mosè vi è lo stesso par­ti­co­lare ana­to­mico, mentre la vena giu­gu­lare di Gesù nella Pietà non è dis­tesa o visi­bile  (anche in questo caso ana­to­mi­ca­mente cor­retta nel contesto).

Per i car­dio­logi uno dei mes­saggi impor­tanti che arri­vano da questo arti­colo è che anche i medici devono avere spi­rito di osser­va­zione quando visi­tano i loro pazienti.  Nell’era odierna delle scan­sioni e degli esami del sangue ad alta tec­no­lo­gia, spiega Mar­cin Kowalski, dello Sta­ten Island Uni­ver­sity Hos­pi­tal, “mi stu­pisce sempre quando gli stu­denti di medi­cina sono in grado di diag­nos­ti­care  le malat­tie con la sem­plice osser­va­zione. Spero che l’arte dell’esame fisico non scom­paia dal reper­to­rio dei nos­tri gio­vani medici”.

—-
tra­duc­tion :

Le détail de David passé inaperçu pen­dant 500 ans qui pro­pulse Michel-Ange dans l’avenir

06 jan­vier 2020

C’est un détail dans le David de Michel-Ange échappé à 500 ans d’observations et qui confirme le génie du grand sculp­teur, peintre, archi­tecte et poète ita­lien, capable par son ‘oeil cli­nique’ d’anticiper la science. Si dans beau­coup de sculp­tures, et dans la phy­sio­lo­gie quo­ti­dienne des indi­vi­dus, la veine jugu­laire du haut du torse à tra­vers le cou n’est pas visible, en revanche, dans le chef-d’œuvre de la Renais­sance exposé à Flo­rence elle est clai­re­ment “dis­ten­due” et en relief au-dessus de la cla­vi­cule de David. Comme ce serait le cas pour tout jeune en bonne santé qui se trouve à un niveau d’excitation parce qu’il doit faire face à un adver­saire poten­tiel­le­ment mor­tel — dans ce cas, Goliath. Un détail qui indique com­ment l’esprit d’observation a conduit Michel-Ange à sculp­ter quelque chose qui n’aura ensuite été décrit en détail que 100 ans plus tard, c’est-à-dire la méca­nique du sys­tème circulatoire.

C’est ce que révèle un article de Daniel Gelf­man, du Marian Uni­ver­sity Col­lege de Méde­cine ostéo­pa­thique d’Indianapolis, Dans JAMA car­dio­logy [JAMA Car­dio­logy est une revue médi­cale men­suelle à comité de lec­ture cou­vrant  la car­dio­lo­gie. Elle a été créé en 2016 et est publiée par l’American Medi­cal Asso­cia­tion –ndt]. Le méde­cin amé­ri­cain qui a vu la sta­tue cette année lors d’une visite en Ita­lie a été le pre­mier à remar­quer le détail. La tur­ges­cence de la veine jugu­laire, comme l’explique l’expert, peut éga­le­ment se pro­duire avec des pro­blèmes  tels que “des pres­sions intra­car­diaques éle­vées et d’éventuels dys­fonc­tion­ne­ments car­diaques”, mais notre David est jeune et en très bonne condi­tion physique.

La dis­ten­sion vei­neuse se dis­tingue bien seule­ment dans un autre contexte -  soit un état d’excitation tem­po­raire. “Michel-Ange, comme cer­tains de ses contem­po­rains — écrit Gelf­man — avait une for­ma­tion ana­to­mique. Je me suis rendu compte qu’il avait dû remar­quer une dis­ten­sion vei­neuse jugu­laire tem­po­raire chez des sujets en bonne santé et qui sont exci­tés”. “À l’époque de la créa­tion de David — observe-t-il — en 1504, l’anatomiste et méde­cin William Har­vey n’avait pas encore décrit la véri­table méca­nique du sys­tème cir­cu­la­toire. Cela ne s’est pro­duit qu’en 1628″. Même dans Moïse il y a le même détail ana­to­mique, tan­dis que la veine jugu­laire de Jésus dans La Piéta n’est pas dis­ten­due ou visible (ce qui est ici aussi ana­to­mi­que­ment cor­rect dans le contexte).  [La Pietà est une sta­tue en marbre de Michel-Ange de la basi­lique Saint-Pierre du Vati­can à Rome, repré­sen­tant le thème biblique de la « Vierge Marie dou­lou­reuse », tenant sur ses genoux le corps du Christ des­cendu de la Croix avant sa Mise au tom­beau, sa Résur­rec­tion et son Ascen­sion — ndt].

Pour les car­dio­logues, l’un des mes­sages impor­tants qui vient de cet article est que même les méde­cins doivent avoir l’esprit d’observation quand ils visitent leurs patients.  Dans l’ère actuelle des scan­ners et des tests san­guins de haute tech­no­lo­gie, explique Mar­cin Kowalski du Centre hos­pi­ta­lier uni­ver­si­taire à Sta­ten Island [État de New York — ndt], “me sur­prend tou­jours com­ment les étu­diants en méde­cine sont en mesure de diag­nos­ti­quer les mala­dies avec la simple obser­va­tion. J’espère que l’art de l’examen phy­sique ne dis­pa­raî­tra pas du réper­toire de nos jeunes médecins”.

fre­de­ric grolleau

lire l’article en italien

One Response to Echos d’Italie

  1. Sophie

    J’adore Berg­man, un style unique et une force incroyable dans l’expérience. J’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>