Echos d’Italie

Corriere della Sera - Spettacoli

A 18 anni dall’uscita di «Memento», ecco 10 cose che forse non sapete del film di Chris­to­pher Nolan
Il 16 marzo del 2001 esce negli Stati Uniti la pel­li­cola con Guy Pearce. Rea­liz­zata con un basso bud­get, diventa presto un cult

di Fran­cesco Tor­tora
16 marzo 2019 |

Il 16 marzo del 2001 esce negli Stati Uniti «Memento», secondo film del regista Chris­to­pher Nolan che ha come pro­ta­go­nista un ispi­rato Guy Pearce.  L’attore aus­tra­liano inter­preta Leo­nard, un inves­ti­ga­tore assi­cu­ra­tivo che soffre di un dis­turbo alla memo­ria per i fatti recenti (dimen­tica quello che ha fatto pochi minuti prima).  Il trauma è stato cau­sato da un’aggressione subita in casa: due uomini armati hanno stu­prato e ucciso sua moglie.  Nell’agguato Leo­nard uccide uno dei due assas­sini, poi s’improvvisa detec­tive e cerca il killer soprav­vis­suto.  Per non dimen­ti­care le vicende per­so­nali più impor­tanti, si tatua sul corpo le infor­ma­zioni essen­ziali e con l’aiuto di una Pola­roid 690 immor­tala le per­sone che conosce e che potreb­bero por­tarlo sulle tracce dell’assassino.  Allo stesso tempo non si fida di nes­suno per­ché chiunque potrebbe appro­fit­tare del suo disturbo.

L’originale thril­ler, che è rac­con­tato a ritroso (dalla scena finale a quella iniziale) affin­ché lo spet­ta­tore viva la mede­sima condi­zione di amne­sia del pro­ta­go­nista, diventa presto un cult.  Rea­liz­zato in appena 25 giorni di riprese con un bud­get di soli 9 milioni di dol­lari, ne gua­da­gna quasi 40 e ottiene anche due can­di­da­ture ai premi Oscar 2002 per la migliore sce­neg­gia­tura ori­gi­nale e il miglior mon­tag­gio.  Consi­de­rato uno dei migliori noir di inizio secolo, «Memento» è una rifles­sione sulla fra­gi­lità della memo­ria e dell’identità. A dis­tanza di 18 anni, ecco 10 cose che forse non sapete del film.

Dvd in ordine cro­no­lo­gico
Uno dei punti di forza del film è che la sto­ria è rac­con­tata a ritroso. Dopo l’uscita della pel­li­cola è stato pub­bli­cato un Dvd in edi­zione limi­tata che ripro­pone le scene nell’esatto ordine cro­no­lo­gico degli eventi.  Quando Jona­than Nolan, autore del rac­conto ori­gi­nale “Memento Mori” da cui è tratta la sce­neg­gia­tura, pro­pose al fra­tello Chris­to­pher di girare il film “cro­no­lo­gi­ca­mente al contra­rio”,  quest’ultimo boc­ciò il sug­ge­ri­mento defi­nen­dolo “stu­pido”. Più tardi si ricre­dette e seguì il consiglio.

Dis­turbo reale
Il dis­turbo spe­ri­men­tato da Leo­nard nel film esiste nella realtà e si chiama «amne­sia ante­ro­grada», l’incapacità di for­mare nuovi ricordi dopo il dan­neg­gia­mento dell’ippocampo.

Realtà e fin­zione
L’attore Ste­phen Tobo­lowsky, che nel film inter­preta Sammy (il cliente di Leo­nard affetto dal suo stesso dis­turbo della memo­ria), ha spe­ri­men­tato per­so­nal­mente l’amnesia per un per­iodo della pro­pria vita dopo un inter­vento chi­rur­gico.  Durante l’audizione per la parte, l’attore ha convinto il regista che nes­sun altro avrebbe potuto inter­pre­tare meglio di lui il per­so­nag­gio “smemorato”.

Dieta dras­tica
Pochi mesi prima di girare il film, Guy Pearce pesava 104 kg. L’attore si è sot­to­posto a una dieta dras­tica per sfog­giare il fisico asciutto del pro­ta­go­nista ed ha perso oltre 25 kg.

Star di Hol­ly­wood e basso bud­get
La prima scelta di Chris­to­pher Nolan per il ruolo del pro­ta­go­nista era Alec Bald­win. Più tardi furono consi­de­rate anche star di Hol­ly­wood del cali­bro di Brad Pitt, Aaron Eck­hart, Char­lie Sheen e Tho­mas Jane.  Alla fine però il regista optò per Guy Pearce, attore di talento, ma meno noto, in modo da dis­tri­buire il basso bud­get in modo più uni­forme.  Per il ruolo fem­mi­nile prin­ci­pale, invece, Nolan scelse Carrie-Anne Moss che l’anno prima aveva inter­pre­tato il per­so­nag­gio di Tri­nity nel film “Matrix” dei fra­telli Wachowski.  Secondo il regista, le scene con Carrie-Anne Moss sono state girate in appena otto giorni e l’attrice ha contri­buito tan­tis­simo al suc­cesso del film.

La dedica alla moglie e a Marla Sin­ger di «Fight Club»
Il nego­zio di tatuaggi fre­quen­tato da Leo­nard «Emma’s Tat­too Par­lor» richiama il nome della moglie del regista, Emma Tho­mas.  Ma le cita­zioni non finis­cono qui: il numero di tele­fono di Teddy (il detec­tive amico di Leo­nard inter­pre­tato da Joe Pan­to­liano) è lo stesso (555‑0134) di Marla Sin­ger nel film «Fight Club» di David Fin­cher, uscito nel 1999.

La can­zone dei Radio­head
Nei titoli di coda del film era pre­vista la celebre can­zone «Para­noid Android» dei Radio­head. Tut­ta­via Chris­to­pher Nolan alla fine ha deciso che i diritti d’autore neces­sari per usare questa hit sareb­bero stai troppo cos­tosi e ha rinun­ciato.
[…]

—-
tra­duc­tion :

18 ans après la sor­tie de Mémento, voilà 10 choses que vous ne savez peut-être pas sur le film de Chris­to­pher Nolan 
Le 16 mars de 2001 le film avec Guy Pearce sort aux États-Unis. Réa­li­sée avec un petit bud­get, il devient bien­tôt culte

par Fran­cesco Tor­tora
le 16 marzs 2019

Le 16 mars de 2001 sort aux États-Unis Mémento, second film du met­teur en scène Chris­to­pher Nolan qui a comme per­son­nage prin­ci­pal un ins­piré Guy Pearce. L’acteur aus­tra­lien inter­prète Léo­nard, un enquê­teur d’assurance qui souffre d’un trouble de la mémoire immé­diate (il oublie tout ce qu’il a fait quelques minutes avant). Le trau­ma­tisme a été causé par une agres­sion sur­ve­nue dans son domi­cile : deux hommes armés ont violé et tué sa femme. Dans le guet-apens Léo­nard tue un des deux assas­sins, puis s’improvise détec­tive et recherche le tueur qui a sur­vécu. Pour ne pas oublier les évé­ne­ments per­son­nels les plus impor­tants, il se tatoue sur le corps les ren­sei­gne­ments essen­tiels et avec l’aide d’un Pola­roid 690 immor­ta­lise les gens qu’il connaît et qui pour­raient le mettre  sur les traces de l’assassin. Dans le même temps, il ne peut se fier à per­sonne parce que n’importe qui pour­rait pro­fi­ter de son trouble mnésique.

Le thril­ler, ori­gi­nal, qui est raconté à recu­lons, de la scène finale à celle ini­tiale, pour que le spec­ta­teur vive dans les mêmes condi­tions d’amnésie que le pro­ta­go­niste, devient bien­tôt culte. Réa­lisé en moins de 25 jours de tour­nage avec un bud­get de seule­ment 9 mil­lions de dol­lars, il en gagne presque 40 et il obtient aussi deux nomi­na­tions aux Oscar de 2002 pour le meilleur scé­na­rio ori­gi­nal et le meilleur mon­tage.
Consi­déré comme un des meilleurs polars du début du siècle, Mémento est une réflexion sur la fra­gi­lité de la mémoire et de l’identité.

18 ans après la sor­tie de Mémento, voilà 10 choses que vous ne savez peut-être pas sur le film.

DVD dans l’ordre chro­no­lo­gique
Un des points forts du film est que l’histoire est racon­tée à l’envers. Après la sor­tie du film un Dvd a été publié en édi­tion limi­tée qui pro­pose les scènes dans l’exact ordre chro­no­lo­gique des évé­ne­ments. Quand Jona­than Nolan, auteur du récit ori­gi­nal “Mémento Mori” duquel est tiré le scé­na­rio, pro­pose à son frère Chris­to­pher de tour­ner le film “chro­no­lo­gi­que­ment” au l’envers, ce der­nier rejeta la sug­ges­tion en la consi­dé­rant comme “stu­pide.” Mais plus tard il chan­gea d’avis et sui­vit le conseil.

Patho­lo­gie réelle
Le trouble expé­ri­menté par Léo­nard dans le film existe réel­le­ment et s’appelle “amné­sie anté­ro­grade”, l’incapacité de for­mer de nou­veaux sou­ve­nirs après des dom­mages cau­sés à l’hippocampe.

Réa­lité et fic­tion
L’acteur Ste­phen Tobo­lowsky, qui dans le film inter­prète Sammy (le client de Léo­nard affecté du même trouble de la mémoire) a per­son­nel­le­ment expé­ri­menté cette amné­sie pen­dant une période de sa propre vie après une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale. Pen­dant l’audition pour le rôle, l’acteur a convaincu le met­teur en scène que per­sonne ne sau­rait mieux que lui inter­pré­ter ce per­son­nage “oublieux.”

Diète dras­tique
Peu de mois avant de tour­ner le film, Guy Pearce pesait 104 kgs. L’acteur s’est sou­mis à un régime dra­co­nien pour affi­cher le phy­sique sec du pro­ta­go­niste et il a perdu plus de 25 kgs.

Stars d’hollywood et petit bud­get
Le pre­mier choix de Chris­to­pher Nolan pour le rôle du héros était Alec Bald­win. Plus tard furent aussi envi­sa­gées des stars d’Hollywood du calibre de Brad Pitt, Aaron Eck­hart, Char­lie Sheen et Tho­mas Jane.  À la fin cepen­dant, le met­teur en scène opta pour Guy Pearce, acteur de talent mais moins connu, de façon à dis­tri­buer son petit bud­get de manière plus uni­forme. Pour le rôle fémi­nin prin­ci­pal, Nolan choi­sit en revanche Carrie-Anne Moss qui l’année pré­cé­dente avait inter­prété le per­son­nage de Tri­nity dans le film Matrix des frères Wachowski. Selon le met­teur en scène, les scènes avec Carrie-Anne Moss ont été tour­nées en moins de huit jours et l’actrice a beau­coup contri­bué au suc­cès du film.

La dédi­cace à sa femme et à la Marla Sin­ger de Fight Club
Le maga­sin de tatouages fré­quenté par Léo­nard, “Emma’s Tat­too Par­lor”, rap­pelle le nom de la femme du met­teur en scène, Emma Tho­mas. Mais les réfé­rences ne s’arrêtent pas là : le numéro de télé­phone de Teddy, le détec­tive ami de Léo­nard inter­prété par Joe Pan­to­liano, est le même, 555‑0134, que celui de Marla Sin­ger dans le film Fight Club de David Fin­cher, sorti en 1999.

La chan­son de Radio­head
La chan­son célèbre de Radio­head, “Para­noid Android”, était pré­vue au géné­rique du film. Tou­te­fois, Chris­to­pher Nolan a estimé à la fin que les droits d’auteur néces­saires pour uti­li­ser cet hit seraient beau­coup trop éle­vés et il y a renoncé.
[…]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

One Response to Echos d’Italie

  1. Sophie

    J’adore Berg­man, un style unique et une force incroyable dans l’expérience. J’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>