Echos d’Italie

Il Mes­sa­gero

Dome­nica 6 Set­tembre 2020

Mar­cello Gep­petti, ecco il libro sul foto­grafo della Dolce Vita

Ha immor­ta­lato il mito della Dolce Vita negli anni ‘60, con gli scatti di Anita Ekberg e dei “bacio dello scan­dalo” tra Liz Tay­lor e Richard Bur­ton,  ma negli anni ‘70 Mar­cello Gep­petti si trova anche all’Idroscalo di Ostia, dove è stato rin­ve­nuto il corpo senza vita di PIer Paolo Paso­lini  e 4 anni dopo in via Cae­tani, il giorno del ritro­va­mento del cada­vere di Aldo Moro.

A rac­con­tare la sto­ria di uno dei re dei papa­razzi romani è Vit­to­rio Morelli con il libro Foto­re­por­ter. Mar­cello Gep­petti da via Veneto agli anni di piombo (edi­zioni All Around).  Mac­china foto­gra­fica al collo a cavallo della Vespa ad inse­guire le star del cinema, Gep­petti faceva parte di quel gruppo di foto­grafi d’assalto romani che Fede­rico Fel­lini ha conse­gnato alla sto­ria nel suo film.
Nel 1960 riprende Anita Ekberg che si difende dai foto­grafi nel 1960 armata di arco e frecce davanti alla sua villa romana. Nel 1961 ferma su pel­li­cola Audrey Hep­burn in una panet­te­ria romana ; nel giu­gno del 1962 a Ischia riprende il bacio tra Tay­lor e Bur­ton con il suo teleo­biet­tivo Novo­flex da 400mm rad­dop­piato e mon­tato sulla Nikon F.
Tutti “colpi” messi a segno da un gio­vane foto­re­por­ter arri­vato da Rieti all’inizio degli anni Cin­quanta e che aveva mosso i suoi primi passi nella pro­fes­sione iniziando da fat­to­rino in un gior­nale della Capitale.  […]

—-
tra­duc­tion :

Dimanche 6 sep­tembre 2020

Mar­cello Gep­petti, voici le livre sur le pho­to­graphe de la Dolce Vita

Il a immor­ta­lisé le mythe de la Dolce Vita dans les années 60, avec les cli­chés d’Anita Ekberg et du “bai­ser du scan­dale” entre Liz Tay­lor et Richard Bur­ton, Mais dans les années 70 Mar­cello Gep­petti se trouve aussi au quar­tier popu­laire l’Idroscalo d’Ostie, où a été retrouvé le corps sans vie de Pier Paolo Paso­lini et 4 ans plus tard, rue Cae­tani, le jour où le corps d’Aldo Moro a été retrouvé.

Vit­to­rio Morelli, avec le livre Pho­to­jour­na­liste. Mar­cello Gep­petti, de la via Veneto aux années de plomb, raconte ainsi l’histoire d’un des rois des papa­razzi romains. Appa­reil photo au cou et à che­val sur une Vespa pour­sui­vant les stars du cinéma, Gep­petti fai­sait par­tie de ce groupe de papa­razzi romains que Fede­rico Fel­lini a livré à l’histoire dans son film.
En 1960, il reprend en photo Anita Ekberg qui se défend des pho­to­graphes, armée d’arc et de flèches, devant sa villa romaine. En 1961, il fixe sur pel­li­cule Audrey Hep­burn dans une bou­lan­ge­rie romaine ; en juin 1962, à Ischia, il reprend le bai­ser entre Tay­lor et Bur­ton avec son télé­ob­jec­tif Novo­flex 400mm dou­blé et monté sur le Nikon F.

Tous ces “coups” mis au point par un jeune pho­to­jour­na­liste arrivé de Rieti au début des années cin­quante et qui avait fait ses pre­miers pas dans la pro­fes­sion en com­men­çant par être cour­sier dans un jour­nal de la Capitale. […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien9

One Response to Echos d’Italie

  1. Sophie

    J’adore Berg­man, un style unique et une force incroyable dans l’expérience. J’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>