Echos d’Italie

Il Sole 24 ore/cultura

Pita­gora, l’arte e la poe­tica dei numeri

di Pier­gior­gio Odi­freddi
19 giu­gno 2019


Ele­menti di cal­colo tras­cen­den­tale
. «1240 Foresta dei numeri primi» di Tobia Ravà. L’artista segue il per­corso della lin­gua ebraica che viene chia­mato ghe­ma­tria ovvero la cor­ris­pon­denza tra let­tera e numero delle parole ebraiche  che fanno del testo biblico anche un testo matematico

La leg­genda narra che Pita­gora si sta­bilì a Cro­tone verso il 530 prima della nos­tra era, e morì a Meta­ponto verso il 500. Ma la sua scuola conti­nuò a pros­pe­rare nei din­torni per più di un secolo, gra­zie a Ippaso di Meta­ponto,  Filo­loao di Cro­tone e Archita di Taranto. E poi­ché Matera cos­ti­tuisce il bari­cen­tro ideale della zona di influenza di quella che fu la più antica e più impor­tante scuola di pen­siero dell’antichità,  è natu­rale che una parte delle cele­bra­zioni di Matera 2019 siano dedi­cate alla mate­ma­tica, in gene­rale, e ai numeri, in particolare.

Il nucleo dell’insegnamento di Pita­gora era infatti cos­ti­tuito dall’aritmetica, e veniva sin­te­tiz­zato nel motto «tutto è numero». Ma i numeri non dove­vano ser­vire sol­tanto a fini scien­ti­fici, bensì anche, e inas­pet­ta­ta­mente,  a fini artis­tici: per Pita­gora, infatti, la scienza e l’umanesimo erano due facce di una stessa meda­glia. Per questo il pro­getto mate­ma­tico di Matera 2019 si inti­tola La poe­tica dei numeri primi,  a sot­to­li­neare il duplice aspetto della poe­sia della mate­ma­tica, e della razio­na­lità della poesia.

Questo pro­getto, che si aprirà il 21 giu­gno e durerà fino al 30 novembre, è imper­niato attorno a una serie di cinque mostre di arte e mate­ma­tica, a par­tire da due per­so­nali di Ugo Nes­polo e Tobia Ravà:  due pit­tori che hanno da sempre usato i numeri come lin­guag­gio del pro­prio lavoro, e i cui qua­dri sono intrisi di cifre colo­rate, usate dai due artisti in due maniere contrap­poste.
In Num­bers Nes­polo dipinge astrat­ta­mente i numeri, facen­doli diven­tare i veri sog­getti dei suoi qua­dri. Negli Ele­menti di cal­colo tras­cen­den­tale Ravà li usa invece come un velo gra­fico per rico­prire inter­amente le sue tele figu­ra­tive,  spesso dedi­cate a pae­saggi vene­ziani, e li cal­cola esat­ta­mente in base agli anti­chi princìpi della cosid­detta ghe­ma­tria ebraica.

La terza mos­tra è una per­so­nale dell’artista-scienziato Aldo Spiz­zi­chino, scom­parso due anni fa: un fisico che ha dedi­cato metà della pro­pria vita alla ricerca nei campi dell’astrofisica e della fisica cos­mica,  e l’altra metà alla pro­du­zione di ori­gi­nali opere di arte digi­tale. Le opere di Com­pu­ter Art sono cos­truite inter­amente al cal­co­la­tore, e rap­pre­sen­tano soprat­tutto oni­rici oggetti di natura geo­me­trica:  in super­fi­cie i numeri sem­brano non appa­rire, ma inter­ven­gono sot­to­trac­cia nel lin­guag­gio digi­tale dei com­pu­ter e dei pro­grammi, che usa un alfa­beto bina­rio basato sui numeri 0 e 1.

Le due mostre rima­nenti offrono altret­tanti per­corsi didat­tici legati alla mate­ma­tica. Numeri nel tempo, curata dai mate­ma­tici Clau­dio Bar­tocci e Luigi Cival­leri, svela fin dal titolo il pro­prio approc­cio sto­rico,  e rac­conta lo svi­luppo del concetto di numero dai tempi di Pita­gora ad oggi. Riem­pire il vuoto è invece curata dall’ingegner Fede­rico Giu­di­cean­drea, il mas­simo col­le­zio­nista ita­liano, oltre che uno dei mag­giori mon­diali,  di opere del cele­ber­rimo gra­fico Mau­rits Escher: attra­verso una scelta di lavori di questo artista, oltre che di altri contem­po­ra­nei, l’esibizione mos­tra come si è evo­luta l’arte del rico­pri­mento del piano mediante tas­selli, com­posti come in un puzzle. […]


tra­duc­tion :

Pytha­gore, l’art et la poé­sie des nombres

Pier­gior­gio Odi­freddi
19 juin 2019

(Élé­ments de cal­cul trans­cen­dan­tal. « 1240 Forêt des nombres pre­miers » de Tobia Ravà. L’artiste suit le che­min de la langue hébraïque qu’on appelle gué­ma­trie (ou géma­trie ), soit la cor­res­pon­dance entre la lettre et le nombre des mots hébreux qui font du texte biblique aussi un texte mathématique.)

La légende raconte que Pytha­gore s’installa à Cro­tone vers 530 avant notre ère, et qu’il est mort à Méta­ponte vers 500. Mais son école a conti­nué à pros­pé­rer dans les envi­rons pen­dant plus d’un siècle, grâce à Hip­pase de Méta­ponte, Phi­lo­laos de Cro­tone et Archy­tas de Tarente. Et comme Matera consti­tue le centre de gra­vité idéal de la zone d’influence de ce qui fut la plus ancienne et la plus impor­tante école de pen­sée de l’antiquité, il est natu­rel qu’une par­tie des célé­bra­tions de Matera 2019 soit consa­crée aux mathé­ma­tiques en géné­ral, et aux nombres en particulier.

Le noyau de l’enseignement de Pytha­gore était en effet consti­tué par l’arithmétique, et était résumé dans la devise « tout est nombre ». Mais les chiffres ne devaient pas seule­ment ser­vir à des fins scien­ti­fiques, mais aussi,  et de façon inat­ten­due, à des fins artis­tiques : pour Pytha­gore, en effet, la science et l’humanisme étaient deux faces d’une même médaille. C’est pour­quoi le pro­jet mathé­ma­tique de Matera 2019 s’intitule “La poé­tique des nombres pre­miers”, afin de sou­li­gner le double aspect de la poé­sie des mathé­ma­tiques et de la ratio­na­lité de la poésie.

Ce pro­jet, qui s’ouvrira le 21 juin et durera jusqu’au 30 novembre, est cen­tré autour d’une série de cinq expo­si­tions d’art et de mathé­ma­tiques, et repose sur deux per­sonnes, Ugo Nes­polo et Tobia Ravà : deux peintres qui ont depuis tou­jours uti­lisé les chiffres comme lan­gage de leur tra­vail, et dont les tableaux sont impré­gnés de chiffres colo­rés, uti­li­sés par les deux artistes de deux manières oppo­sées.
Dans “Num­bers” Nes­polo peint abs­trai­te­ment les nombres, les ren­dant les vrais sujets de ses tableaux. Dans “Elé­ments de cal­cul trans­cen­dan­tal”, Ravà les uti­lise comme un voile gra­phique pour recou­vrir entiè­re­ment ses toiles figu­ra­tives,  sou­vent dédiées aux pay­sages véni­tiens, et les cal­cule exac­te­ment selon les prin­cipes anciens de la gué­ma­trie juive.
La troi­sième expo­si­tion est une expo­si­tion per­son­nelle de l’artiste-scientifique Aldo Spiz­zi­chino, dis­paru il y a deux ans : un phy­si­cien qui a consa­cré la moi­tié de sa vie à la recherche dans les domaines de l’astrophysique et de la phy­sique cos­mique,  et l’autre moi­tié à la pro­duc­tion d’œuvres d’art numé­riques ori­gi­nales. Les œuvres de “Com­pu­ter Art” sont construites entiè­re­ment à l’ordinateur, et repré­sentent sur­tout des objets oni­riques de nature géo­mé­trique :  en sur­face, les chiffres ne semblent pas appa­raître, mais ils inter­viennent de manière sou­ter­raine dans le lan­gage numé­rique des ordi­na­teurs et des pro­grammes, qui uti­lise un alpha­bet binaire basé sur les nombres 0 et 1.

Les deux autres expo­si­tions offrent autant de par­cours péda­go­giques liés aux mathé­ma­tiques. “Nombres dans le temps”, créé par les mathé­ma­ti­ciens Clau­dio Bar­tocci et Luigi Cival­leri, dévoile dès le titre son approche his­to­rique, et raconte le déve­lop­pe­ment du concept de nombre depuis l’époque de Pytha­gore jusqu’à aujourd’hui.
“Rem­plir le vide” est par contre pro­posé par l’ingénieur Fede­rico Giu­di­cean­drea, le plus grand col­lec­tion­neur ita­lien, en plus de l’un des plus grands mon­diaux, des œuvres du célèbre gra­phiste M.C. Escher : à tra­vers un choix de tra­vaux de cet artiste, ainsi que d’autres contem­po­rains, l’exposition montre com­ment l’art du revê­te­ment des toits a évo­lué au moyen de tuiles dis­po­sées comme dans un puzzle. […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

One Response to Echos d’Italie

  1. Sophie

    J’adore Berg­man, un style unique et une force incroyable dans l’expérience. J’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>