Riz sèche

Je reprends quelques mots usi­tés, je cherche à les recon­naître même les plus simples et appli­qués aux démarches cou­rantes.
Ma bouche les pro­nonce avec hésitation.

Ils remontent à un parent d’avant la pen­sée, d’avant la parole, à la source du passé, aux falaises émer­geant de la brume au-dessus du réel et du temps au-dessus de l’herbe mouillée.
Ce n’est pas un pay­sage mais du somnambulisme.

C’est le monde tel qu’il fut. De la race des pères et des mers. D’Eve en taille de guêpe et d’Adam d’avant sa chute et que tout finisse comme lui. Sa com­pagne n’y fut pour rien. Le seul cou­pable, c’est lui.

jean-paul gavard-perret

Photo Katia Gherung

1 Comment

Filed under Inclassables

One Response to Riz sèche

  1. Villeneuve

    JPGP a tou­jours ” les mots pour le dire ” ( Marie Cardinal ) .

Répondre à Villeneuve Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>