Laurette Massant, Viersus

Les voya­geuses égarées

Laurette Mas­sant crée des pas­sages. Pas for­cé­ment par la porte offi­cielle de l’art. Car, en ouvrant, elle écarte. Par où ça passe et ne passe pas, en un mou­ve­ment qui ser­pente vers une nudité du désir dans la musique amu­sée des formes. Elle ne montre rien du risque, pas plus que du vide. La lumière asperge les sur­faces qui ne cessent de jouer. Dépla­ce­ment. L’‘image s’efface, revient. L’oeil par­court des lignes, tranche, jux­ta­pose, glisse. Masses et sur­faces ouvrent l’écart. Jusqu’à deve­nir centre dans la tri­an­gu­la­tion Vénus, Vierge, Marie-Madeleine. Les « modèles » créent des inter­stices dans la pénombre où cha­cun se retrouve un jour — du moins on l’espère — dans la volonté de par­cou­rir le temps à l’ombre des femmes géné­riques.
En ce traité d’éducation lubrique plus que reli­gieux, le regar­deur est pris : il faut se lais­ser absor­ber par l’image qui remonte l’histoire de La femme. Frac­tures, frag­men­ta­tion, glis­se­ment, qu’importe. Il y a des allées, des absences et des pas. Lieu seule­ment lieu. Ou corps seule­ment corps. Les figures qui ne se portent pas que jointes, les lieux res­te­ront étran­gers. Les ronces ne voient plus le jour et tombent en mémoire de nuit. Et qu’importe si on n’est rien, à per­sonne. Mais on n’est pas plus de la mélan­co­lie tri­co­tée par les mâles. Per­sonne n’est rien ni au jour ni à la nuit.

Reste l’être l’humain. Du moins de fémi­nine engeance. Sen­ti­nelle éga­rée. Ten­ta­trice en réci­pro­cité. Figure nue, sans voix parmi les voix. Le désir est leur dérive. Que deman­der de plus. L’éros qui trop sou­vent est perçu comme menace devient émo­tion, et regard.
Nous ne savons s’il y aura d’autres pas­sages. C’est là que Lau­rette Mas­sant fait vivre, cir­cu­ler les images. Cha­cune est une danse. Appe­lons cela don­ner l’espace au temps, don­ner place à l’instant

jean-paul gavard-perret

Lau­rette Mas­sant, Vier­sus, VDK-JFK Gal­lery, Bruxelles, 17 novembre — 4 décembre 2016.

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>