Tag Archives: Maurice Renoma

Maurice Renoma, Maurice Renoma fait son cinéma (exposition)

Présence silen­cieuse qui se dérobe Les coups de cœur pas­sa­gers n’étreignent pas seule­ment une ombre quand Mau­rice Renoma s’en empare. Il y tient par­fois ses assises pho­to­gra­phiques en modi­fiant au besoin le réel, son man­teau, sa nudité, ses effluves par le … Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Maurice Renoma, Série Noire

Cadavres exquis Mau­rice Renoma montre le monde tel qu’il est. Ou plu­tôt tel qu’il est donné à voir. Ne res­tent que les dik­tats de la dés­in­for­ma­tion en continu. Et le pho­to­graphe en rajoute une couche. On est par­tout et nulle part. … Conti­nue rea­ding

1 Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Erotisme, Pôle noir / Thriller

Maurice Renoma & Benoît Rajau, Billard-Costard (exposition)

L’imper­cep­tible mou­ve­ment qui déplace les lignes A la fameuse injonc­tion de la chan­son de Bahung : « A quoi sert la queue si on n’a pas les boules ?», Renoma et Rajau donnent une belle  réponse. Leurs pho­to­gra­phies révèlent l’essence, la qua­lité … Conti­nue rea­ding

1 Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Maurice Renoma, Cuba ! (exposition)

Renoma : Cuba Si ! Pour Renoma les por­traits et les pay­sages dans les rues de La Havane dési­gnent non une appar­te­nance à un genre mais créent une poé­sie du réel et une forme spé­ci­fique du vivant. La pre­mière n’est pas lit­té­raire … Conti­nue rea­ding

1 Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com

Maurice Renoma, Maurice Renoma investit le National Hotel de Miami Beach

Miami vice et vertu Mau­rice Renoma est aussi grand pho­to­graphe que met­teur en espace. Des femmes plus par­ti­cu­liè­re­ment. Entre l’eau des pis­cines (pri­vées) et les salons (de luxe), les gra­ciles prennent non des pauses : elles sont par­ache­vées avec humour. A la tri­lo­gie … Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Chapeau bas