Tag Archives: Angélica Liddell

Una costilla sobre la mesa : Padre (Angélica Liddell)

Enche­vê­tre­ments sym­bo­liques Un chant espa­gnol de longue plainte. Un bran­card, recou­vert d’un drap (un lin­ceul). Autour, une jeune femme fait les cent pas. Sur fond noir, la repré­sen­ta­tion de deux mains gigan­tesques domine la scène, annon­çant un ques­tion­ne­ment méta­phy­sique. Ange­lica … Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Théâtre

Una costilla sobre la mesa : Madre (Angélica Liddell)

Incan­ta­tions éva­nes­centes Dans la pénombre, sur scène, des sil­houettes blanches émergent. Un chant de plainte reten­tit. Une adresse dis­serte à sa mère. Un pro­pos méta­phy­sique, qui cherche la pureté dans la souillure. Une inves­ti­ga­tion habi­tée, cher­chant la pro­fon­deur de racines inac­ces­sibles, … Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Théâtre

The Scarlet Letter (Angélica Liddell / Nathaniel Hawthorne)

Une jouis­sive bro­de­rie méta­phy­sique La scène s’ouvre sombre, solen­nelle. Un ado­les­cent avec un skate la tra­verse et s’approche d’une tête en pierre posée à terre, celle de Socrate, à laquelle il donne une acco­lade. Au moyen de tableaux ellip­tiques et sug­ges­tifs, on … Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Théâtre

Angélica Liddell, You Are My Destiny (Lo stupro di Lucrezia)

Une magni­fique explo­ra­tion de la souf­france, de la parenté étroite du déchu et du sacré Cela com­mence comme un brame, le long cri d’un cor modulé, presque étran­glé. Fait suite un témoi­gnage, sur le ton d’une confi­dence tra­gique, puis la scène … Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Théâtre