Philippe Limon, Phallus

La ques­tion du coït et de la famille

Philippe Limon nous met en pré­sence d’un nou­veau Gré­goire Samsa. Mais l’auteur veut échap­per à la malé­dic­tion du héros de Kafka comme de son auteur lorsqu’il écri­vit : “Est-ce qu’ils (mes parents) me cou­che­ront aussi dans la tombe, à l’issue d’une vie que leur sol­li­ci­tude aura ren­due heu­reuse ?” (Jour­nal, Mai 1914). Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Romans

Hubert & Gaëlle Hersent, Le Boiseleur — t.01 : “Les mains d’Illian”

Un conte social et sociétal 

Sous cou­vert de fic­tion, sous le masque de contes, il est per­mis, il est pos­sible de dis­til­ler des idées rebelles, de blâ­mer des agis­se­ments de socié­tés, de dénon­cer des injus­tices plus ou moins criantes. Et Hubert appré­cie ces contes qui lui offrent l’occasion d’égratigner nos atti­tudes mou­ton­nières, de moquer les tra­vers de nos com­mu­nau­tés. Il aime ces exer­cices d’écriture qui lui per­mettent, à par­tir d’une idée bizarre, déca­lée, d’en tirer toutes les pos­si­bi­li­tés, aussi sau­gre­nues soient-elles. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Bande dessinée

Revue d’histoire maritime , n° 25 : « Le navire à la mer » (dir. Olivier Chaline & Sylviane Llinares)

Comme un navire qui s’éveille / Au vent du matin, / Mon âme rêveuse appa­reille / Pour un ciel lointain.

LRevue d’histoire mari­time paraît deux fois l’an, au prin­temps et à l’automne : depuis vingt ans, elle met en lumière la recherche des his­to­riens du monde entier sur l’histoire des rela­tions que les hommes ont entre­te­nues, siècle après siècle, avec les mers et les océans.
Elle est d’une rare élé­gance, par­ti­cu­liè­re­ment agréable à lire et à mani­pu­ler. Chaque numéro com­prend un dos­sier thé­ma­tique. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under En d'autres temps / En marge, Espaces ouverts, Essais / Documents / Biographies

Valéry Zabdyr, L’exquise sensation du rejet

Vies sans crédits

La déré­lic­tion est un sen­ti­ment quelque peu maso­chiste. Mais elle per­met d’entretenir avec soi et les autres une sorte de man­sué­tude quand rien ne va. D’où l’aspect par­ti­cu­lier de ce roman de for­ma­tion. Il res­semble quant à l’approche du monde et de la vie à L’Amérique de Kafka.
Zab­dyr comme son aîné y traite par l’ironie et la farce ce qui ne prête pas for­cé­ment à rire. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Romans

Jacques Réda & Philippe Hélénon, Charcuterie(s)

Copains comme cochons

Selon Jacques Reda, “La répu­ta­tion du mot n’est pas fameuse.” Le mot que le poète évoque est celui de “Char­cu­te­rie” et, ajoute-t-il,  on lui a pré­féré celui de bou­che­rie pour qua­li­fier le des­tin mal­heu­reux des poi­lus de la Marne et autres rivières deve­nues — en des époques révo­lues (mais pour com­bien de temps ) — rouge sang. Conti­nue rea­ding

1 Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Poésie