Vivian Maier — Entre ses mains (exposition)

Sans y tou­cher : une cer­taine dureté

Il existe tou­jours dans les por­traits et les pay­sages de Vivian Maier une dureté impli­cite et une forme de dis­tance. La pho­to­graphe est tou­jours raide en ses prises mais cela n’empêche en rien une poé­sie. Plus que sur le visage, c’est sur la “visa­géité” (Beckett) que doivent por­ter ses por­traits. Et cela est bien dif­fé­rent puisque, sou­dain, le pre­mier n’est plus for­cé­ment au centre de l’image. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Echos d'Italie / Echi dell'Italia

Cecil B, NiepceBook n°12

Concen­tra­tion et ouver­ture du champ

Porteuse d’une esthé­tique impres­sion­niste autant qu’expressionniste, réa­liste que poé­tique, Cecil B ne tran­sige pas, ne cherche pas à com­plaire et refuse tout exo­tisme. De la nudité elle capte l’ombre et la lumière à la déro­bée. Les images ne sont pas de simples gar­diennes de reliques.
Certes, des foudres de Dieu, la pho­to­graphe ne redoute pas le ton­nerre. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Erotisme

Esther Gil & Laurent Paturaud, Mata Hari

L’énigme sub­siste ?

Le 15 octobre 1917, à la for­te­resse de Vin­cennes, Mar­ga­reth Zelle Macleod, dite Mata Hari, est fusillée. Elle est accu­sée d’espionnage au pro­fit de l’Allemagne. Elle refuse qu’on lui bande les yeux et s’interroge sur le fait que les exé­cu­tions se fassent à l’aube : “Au moment où l’espoir res­sur­git à l’horizon avec les pre­mières lueurs du jour.Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Bande dessinée

Hemley Boum, Les jours viennent et passent

De la com­plexité humaine

Dans ses por­traits de trois femmes noires, Hem­ley Boum ne tran­sige pas, ne cherche pas à com­plaire et refuse tout exo­tisme. Elle crée une chro­nique du temps, prend le monde tel qu’il est mais en cher­chant pour­tant une lumière pour venir cas­ser ce qui fut dans cer­taine période de l’Histoire récente de l’Afrique et des exils qu’ils sus­citent dans le conti­nent ou au-delà. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Romans

Merwan, Mécanique céleste

Après l’effondrement des socié­tés occidentales…

Merwan invente un monde post-apocalyptique où les humains qui ont sur­vécu à la catas­trophe nucléaire ont recréé des ter­ri­toires auto­nomes. Sur cha­cun, ils ont recons­truit des liens sociaux, des règles de vie en com­mu­nauté. Cepen­dant, les hommes n’ont pas perdu pour autant le goût de la pos­ses­sion et de la domi­na­tion. Il ima­gine une forêt de Fon­tai­ne­bleau iso­lée par des inon­da­tions gigan­tesques et une popu­la­tion qui sur­vit grâce à la culture du riz, seule céréale pou­vant pous­ser sur des terres inon­dées. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Bande dessinée, Beaux livres