Richard Meier, peu importe l’aplomb

Vers ce qui reste

A force de pous­sées nébu­leuses, poètes et artistes croient atteindre un ciel rêvé. Ils oublient la butée où tout finit par arri­ver.
Néan­moins, tout en refu­sant des aspects pure­ment cli­niques, Meier s’élève en faux face à ce qu’oublient les pri­me­sau­tiers. Conti­nue rea­ding

1 Comment

Filed under Chapeau bas, Inclassables, Poésie

Ettore Molinario, Dialogues 6

L’Art nou­veau de l’autodétermination

Moli­na­rio pré­sente le nou­veau et sixième dip­tyque de sa Col­lec­tion “C.E.M.” A savoir, un dia­logue entre deux femmes dont l’une écrit son des­tin, l’autre pas à tra­vers deux pho­to­gra­phies qui marquent la tran­si­tion entre le XIXe et le XXe siècle.
L’une est ano­nyme et vient de l’Algérie de la fin du XIX siècle, l’autre de R. Moreau à l’orée du siècle sui­vant. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Echos d'Italie / Echi dell'Italia, Erotisme

Paul Doherty, L’Écorcheur de Londres

Une solide his­toire dans l’Histoire 

Ce roman s’inscrit dans la série Frère Athel­stan qui met en scène ce domi­ni­cain au ser­vice de Sir John Crans­ton, coro­ner prin­ci­pal de la cité de Londres.
Cette série, com­men­cée en 1991, compte vingt tomes avec le pré­sent titre. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Pôle noir / Thriller

Jean-Charles Vegliante, Fragments de la chasse au trésor

Explo­ra­tion

Tra­vaillez, pre­nez de la peine :
C’est le fonds qui manque le moins.
Un riche Labou­reur, sen­tant sa mort pro­chaine,
Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
Que nous ont laissé nos parents.
Un tré­sor est caché dedans.

Jean de La Fontaine

Le livre de Jean-Charles Vegliante (for­mat poche 15,1 x 10,7 cm) se déploie en un récit d’exploration fait de bri­sures, de brèches, de sou­ve­nirs, pas­sage de l’homme mûr à la prime enfance, livre accom­pa­gné de quelques pho­to­gra­phies — dont l’une détaille des jambes fou­lant aux pieds la queue cou­verte d’écailles du dra­gon, de Satan, du ten­ta­teur, de la Bête par exemple. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Non classé

Collectif, Maux des mots, revue Folazil

Les tré­fonds et l’horizon de tout ce qui nous trame

Toute la lit­té­ra­ture des cents der­nières années est bor­née par deux for­te­resses.
D’un côté, celle où le silence a pu pour la pre­mière fois se dire grâce au mono­logue de Molly Bloom chez Joyce et aux didas­ca­lies de Beckett. De l’autre, celle où le cri que n’osa pas Kafka éructa grâce aux glos­so­la­lies d’Artaud et dans un degré moindre chez Nova­rina. Conti­nue rea­ding

2 Comments

Filed under Inclassables, Poésie