Steve Reich, Pulse, Quartet

La musique du silence

Steve Reich et Phi­lip Glass sont à la musique contem­po­raine et au mini­ma­lisme ce que les “Beatles” et les “Rol­ling Stones” furent à la musique pop. Dif­fi­cile de les dépar­ta­ger sinon selon des his­toires de goûts, de sen­si­bi­li­tés audi­tives et de sub­jec­tions affec­tives. Les deux res­tent les expé­ri­men­ta­teurs (avec John Adams et quelques autres) de dif­fé­rents types de boucles, varia­tions, séquen­çages. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Non classé

Davide Cantoni, 2 degrees + 111 and new burned drawings

Le monde tel qu’il devient

Né à Milan en 1965, et après des études d’art à Londres, Davide Can­toni vit et tra­vaille à New-York. Il a exposé dans le monde entier (en France au Musée d’Art Moderne de Saint-Étienne). L’artiste pré­sente en Ita­lie le cor­pus impor­tant  Lavoro 111  où il pro­pose la car­to­gra­phie des conflits du monde en 111 des­sins brû­lés accom­pa­gnés de sa propre étude sur les conflits qui ont embrasé notre pla­nète de 1900 à 2010. Cette car­to­gra­phie se veut « empa­thique » en mêlant objec­ti­vité et sen­si­bi­lité. S’y déploie la souf­france humaine à tra­vers conflits mili­taires, actes ter­ro­ristes, guerres civiles qui sont sys­té­ma­ti­que­ment pré­ci­sés avec dif­fé­rentes méthodes de repré­sen­ta­tion des scènes de vio­lence. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Echos d'Italie / Echi dell'Italia

Cendres Lavy, Palais de Tokyo

Le plai­sir

Cendres Lavy aime lever le rideau sur des images où la phi­lo­so­phie hédo­niste devient une acti­vité délic­tueuse et libre. L’art repré­sente le lieu du dépla­ce­ment, du trans­fert, du ren­ver­se­ment afin que la méta­phy­sique s’adresse aux sens et vice-versa sans souci des dogme et doxa. Comme le pré­cise l’artiste, son tra­vail est plus une ques­tion de vision que d’image. Néan­moins, cette der­nière est une invi­ta­tion à pen­ser un ver­tige sans dis­tance de cour­toi­sie. « Ce qui est mon­tré est l’évidence » dit la créa­trice. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Arts croisés / L'Oeil du litteraire.com, Erotisme

Colette Prévost, Livre d’Heures

A la recherche de la poé­sie pure

Cher­chant une poé­sie pure, Colette Pré­vost sait que pour l’atteindre il faut se prê­ter à toutes les formes. Les vers ne sont pas for­cé­ment sa clef. Pour l’ouvrir et la rete­nir, il faut par­fois la lais­ser cou­ler en ce qui res­semble à une nar­ra­tion et un récit. Mais l’auteure pro­fite de leurs fis­sures. Sans pour autant se perdre « dans les méandres d’une parole vaine ». La poé­tesse sait à la fois se fondre dans les sen­sa­tions mul­tiples et les res­ti­tuer dans la quête de la cha­leur et la caresse. Les deux se mêlent en de mul­tiples « sons » car il existe de la musique en toutes choses. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Poésie, Romans

Klester Cavalcanti, 492 — Confessions d’un tueur à gages

Un témoi­gnage glaçant 

Lorsque Kles­ter Caval­canti est cor­res­pon­dant du maga­zine Veja, en Ama­zo­nie, il réa­lise un repor­tage sur le tra­vail esclave, sur ces ouvriers asser­vis par les pro­prié­taires ter­riens, les facen­dei­ros. Ces der­niers n’hésitent pas à user de la force la plus bru­tale, allant jusqu’à payer des tueurs à gages pour for­cer les esclaves à res­ter en fai­sant assas­si­ner des proches. Vou­lant ren­con­trer l’un de ces tueurs, un poli­cier le met en contact avec Júlio San­tana. Conti­nue rea­ding

Leave a Comment

Filed under Essais / Documents / Biographies, Pôle noir / Thriller