L’actu

 Une fable fan­tasque aux réso­nances poli­tiques et métaphysiques

Ça com­mence dans le hall, par une alarme, qui rap­pelle l’urgence, par des invec­tives du public, qui pro­fèrent une auto­cé­lé­bra­tion du spec­tacle. La publi­cité et la pro­pa­gande poli­tique sont d’emblée tour­nées en déri­sion. Lorsqu’on entre dans la salle, la musique à fond, les cos­tumes ridi­cules des comé­diens, les invi­ta­tions à par­ti­ci­per faites au public consti­tuent une ambiance fes­tive sur­char­gée d’imprécations, d’ironie, de cari­ca­tures, de cris et de danses.
Le spec­tacle cultive son côté fou­traque : orga­ni­sa­tion obs­cène d’un jeu télé­visé, réqui­si­toire contre Mon­santo, CNN en direct, sur fond de tableaux du Cara­vage. Le pro­pos, déclamé en per­ma­nence, mêle his­toire fami­liale et géo­po­li­tique inter­na­tio­nale. On assiste à une explo­sion démons­tra­tive qui figure une théo­go­nie apo­ca­lyp­tique. Une fable fan­tasque aux réso­nances poli­tiques et métaphysiques.

L’auteur réin­ves­tit les grands mythes fon­da­teurs : Marie, Œdipe, le bouc émis­saire. A son habi­tude, Vincent Macaigne mobi­lise force moyens d’exhibition jusqu’à satu­rer la scène d’effets spec­ta­cu­laires. La seconde par­tie met en scène un show pré­si­den­tiel. Le spec­tacle du monde d’après n’est que spec­tacle. L’auto-ironie ne cesse de dis­qua­li­fier le pro­pos adressé au public, au risque d’obérer l’efficacité de la repré­sen­ta­tion, qui confine à l’autodénégation. Cette sur­dé­ter­mi­na­tion s’avère effi­cace lorsqu’elle se donne un objet cir­cons­crit ; las, le thème de la pièce est la société pré­ci­sé­ment du spec­tacle, en quoi on se répand le plus sou­vent dans l’indétermination.
C’est une suc­ces­sion d’injonctions qui ne par­viennent pas, mal­gré qu’on en ait, à sus­ci­ter l’adhésion du public. Certes, le n’importe quoi qui se mani­feste n’est qu’une dénon­cia­tion de l’inanité ambiante. Mais on doute que la seule actua­li­sa­tion du ras-le-bol conduise fina­le­ment à l’action, que la lour­deur d’un pro­cédé consti­tue l’ultime invite à la légèreté.

chris­tophe gio­lito

Je suis un pays

Ecri­ture, mise en scène, concep­tion visuelle et scé­no­gra­phique Vincent Macaigne

 

Pho­tos Wavian et Mathilda Olmi

Avec : Sha­rif Andoura, Tho­mas Blan­chard, Can­dice Bou­chet, Thi­baut Evrard, Pau­line Lorillard, Hedi Zada, et en alter­nance : Made­leine Andoura, Lila Pou­let Beren­feld, Nina Béros

Scé­no­gra­phie Julien Peis­sel ; Acces­soires Lucie Bas­clet, Com­po­si­tion musi­cale Nova Mate­ria (Caro­line Chas­poul, Eduardo Hen­ri­quez) ; Cos­tumes Camille Aït Allouache ; Sta­giaire costumes

Estelle Deniaud ; Col­la­bo­ra­tion lumière Mat­thieu Wil­mart ; Sta­giaire lumière Edith Bigaro ; Col­la­bo­ra­tion son Char­lotte Constant ; Col­la­bo­ra­tion vidéo Oli­vier Vul­liamy ; Construc­tion des décors Ate­liers du Théâtre Vidy-Lausanne ; Assis­tant mise en scène Salou Sadras ; Admi­nis­tra­tion com­pa­gnie « Friche 22.66 »,Alter­ma­chine, Camille Hakim­Ha­shemi, Eli­sa­beth Le Coënt.

Au théâtre Nanterre-Amandiers, Centre Dra­ma­tique Natio­nal, 7 ave­nue Pablo-Picasso,

92022 Nan­terre Cedex

Les mer­cre­dis, jeu­dis, ven­dre­dis, à 19h30, le samedi à 18h30, le dimanche à 15h30 ; durée esti­mée 3h35, Grande salle, décon­seillé aux femmes enceintes et aux per­sonnes épileptiques.

Du 25 novembre au 8 décembre 2017, créa­tion 2017 Avec le Fes­ti­val d’Automne à Paris

Voilà ce que jamais je ne te dirai Spec­tacle pen­dant Je suis un pays… pour un deuxième groupe de spec­ta­teurs. Avec la par­ti­ci­pa­tion vidéo de Mat­thieu Jac­card et Eric Vautrin.

Spec­tacle créé le 14 Sep­tembre 2017 au Théâtre Vidy-Lausanne.

Fes­ti­val TNB –Mettre en scène Théâtre Natio­nal de Bre­tagne : 11 — 17 Novembre 2017.
TANDEM, Scène natio­nale, Hip­po­drome de Douai : 9 — 11 Jan­vier 2018
Fila­ture Scène natio­nale, Mul­house : 16 février 2018

http://www.colline.fr/ : 31 Mai — 14 Juin 2018 Grand Théâtre.

One Response to L’actu

  1. lallemant

    Bon­jour,
    bravo pour vos com­men­taires très inté­res­sants et com­plets. Si il existe une lettre je serai heu­reuse de la rece­voir.
    Merci

Répondre à lallemant Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>