L’actu

Dépôts de miel sur ano­nymes carcasses

Fran­chir le seuil des images toutes faites n’est pas un aban­don. Car il faut savoir outre­pas­ser les assises du beau. Et ce, en rec­tangles choi­sis afin d’en pro­po­ser l’épilepsie.
Leick dépose des bras­sées de lumière, des brins de joie là où pour­rait ger­mer la mélan­co­lie. Dès lors, les rebuts qui attristent enchantent à nou­veau l’espace que l’artiste reconfigure.

Sur de tels che­mins pour entre­prendre des choses folles, Joël Leick s’entête avec des paco­tilles. Seule leur effer­ves­cence l’attire.
De telles occa­sions incon­grues embrasent moins sa mémoire que son ima­gi­naire si bien que le plus ancien invente l’avenir : “Je vois : des dépôts de toutes sortes, des rési­dus de mémoire, ce qui jau­nit - miel du temps - un vieux mate­las de graisse forme un lin­ceul pour une nature indis­ci­pli­née. Ça fume. Je bloque ma res­pi­ra­tion. Mise au point. Je cap­ture une cabane où l’on creuse les car­casses ano­nymes. Il y a de l’or là-dedans.”

Pour cela, il suf­fit d’être pré­sent à soi et au monde même lorsque le confi­ne­ment est une néces­sité vitale. C’est même l’occasion pour l’artiste de ras­sem­bler des frag­ments de toutes sortes en des épo­pées sin­gu­lières, drôle et pro­fondes. Il suf­fit de tra­quer, fouiller pour les construire.
Existe alors un abou­tis­se­ment en soi de l’image. Le plai­sir ocu­laire se pro­duit là où Joël Leick réin­vente un tis­sage épi­der­mique ou un simple montage.

Des points vrillés s’amourachent entre eux par­fois comme les poux que dor­lo­tait Genet sur le grain de sa peau.
L’image devient convul­sive là où pour­tant son objet de départ n’était même plus un simple accessoire.

jean-paul gavard-perret

Joël Leick, L’image pos­sible, Fata Mor­gana, Fon­tr­foide le Haut, 80 p. — 13,00 €.

3 Responses to L’actu

  1. lallemant

    Bon­jour,
    bravo pour vos com­men­taires très inté­res­sants et com­plets. Si il existe une lettre je serai heu­reuse de la rece­voir.
    Merci

  2. CLAUDE KOMOROWSKI

    Diffusez–vous une “news­let­ter”?
    Je serais heu­reux de la rece­voir.
    A vous lire. Ami­tiyés C.K

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>