L’actu

Hamlet crâ­neur

On se doute bien de quelque chose quand on se dirige vers la salle. Un couple cou­ronné et absorbé attend visi­ble­ment de faire son entrée. Une caméra les filme. On se sent tout de suite impor­tants. Quand on y entre, un ani­ma­teur nous annonce en grande pompe un mariage. On com­prend qu’on vient de frô­ler Ger­trude et Clau­dius et qu’on est aux noces. Dans une ambiance fes­tive un peu déjan­tée, le spea­ker exhorte les invi­tés à s’associer acti­ve­ment à la célé­bra­tion, en pre­nant place sur scène. On sait dès lors qu’on va assis­ter à une lec­ture renou­ve­lée de la pièce — qui s’offre comme une belle occa­sion d’en visi­ter et redé­fi­nir tous les thèmes : la scène de l’enterrement est occul­tée, dépla­cée, tan­dis que le spectre, grimé en Dark Vador, tient un dis­cours dont l’intelligibilité est sujette à cau­tion…
L’utilisation fré­quente de la caméra per­met d’insister sur cer­tains détails, comme si on pei­gnait les décors en direct — pro­je­tant sur l’écran des visages en gros plan ou offi­cia­li­sant cer­taines scènes ou encore les ren­voyant au public. Au fond du pla­teau, une scène entou­rée d’un grand rideau pein­turé rend solen­nels les tableaux qui y sont pré­sen­tés. Devant, autour de l’espace de jeu, des cou­lisses sont visibles : y sont des acces­soires, des cos­tumes, des effi­gies de Freud, de Sha­kes­peare et de quelques autres, côtoyant des armures, comme les ves­tiges d’un bal­let dégin­gandé. Tous les ingré­dients sont réunis pour pré­sen­ter une fresque ambi­tieuse et un peu foutraque.

Jéré­mie Le Louët s’empare du per­son­nage d’Hamlet pour lui don­ner un nou­veau relief : rendu à sa mor­telle condi­tion d’enquêteur, déli­vré de son des­tin, il erre en gre­nouillère (entre baby­gros et tunique psy­chia­trique), appelé par ses désirs. Il par­court les méandres de sa propre sur­dé­ter­mi­na­tion ; son inves­ti­ga­tion n’est plus méta­phy­sique mais psy­chique. Dis­lo­qué de l’intérieur par l’union de sa mère avec son oncle, il passe de la nos­tal­gie du sein au désir de com­prendre.
Le met­teur en scène s’amuse avec le théâtre dans le théâtre, en fai­sant jouer les rôles des acteurs par les comé­diens qui sont Clau­dius et Ger­trude, ou en fai­sant reve­nir Laërte en pré­di­ca­teur popu­liste qui harangue la foule contre le roi. On assiste à une expli­ci­ta­tion des méca­nismes de la pièce par une décons­truc­tion hyper­mo­derne qui vide la tra­gé­die de ses drames pour en faire un polar, une vignette cli­nique ou une intros­pec­tion brouillonne.

Le spec­tacle est pré­senté de façon dyna­mique et ten­due, comme si cha­cun était sur le fil de sa propre impro­vi­sa­tion. Chaque per­son­nage est bal­lotté entre son adresse authen­tique au public et son point de ridi­cule, qui appa­raît lorsqu’il en vient à mon­trer le jeu duquel il par­ti­cipe. Le recours à l’autoréférence per­met de don­ner aux êtres une épais­seur réflexive.
Une fresque auda­cieuse, inven­tive qui per­met à la troupe de pré­sen­ter une créa­tion réus­sie, à la fois pro­fonde, légère et réjouissante.

manon pou­liot & chris­tophe giolito

 

Ham­let Fête macabre

d’après William Shakespeare

Adap­ta­tion et mise en scène Jéré­mie Le Louët

Avec Pierre-Antoine Billon, Julien Buchy, Anthony Cour­ret, Jona­than Fra­jen­berg, Jéré­mie Le Louët et Domi­nique Massat

Col­la­bo­ra­tion artis­tique Noé­mie Guedj Scé­no­gra­phie Blan­dine Vieillot Cos­tumes Bar­bara Gas­sier Vidéo Tho­mas Chré­tien et Jéré­mie Le Louët Lumière Tho­mas Chré­tien Son Tho­mas San­la­ville Régie Tho­mas Chré­tien et Tho­mas Sanlaville

Au théâtre de Cha­tillon, 3 rue Sadi Car­not 92320 Châtillon

ren­sei­gne­ments et loca­tion 01 55 48 06 90

billetterie@theatreachatillon.com

du 22 novembre au 2 décembre, du lundi au samedi à 20h30, le dimanche 2 décembre à 16h, relâche le dimanche 25 et le mer­credi 28 novembre 2018.

Créa­tion du 22 novembre au 2 décembre 2018 au Théâtre de Châ­tillon (92) relâche le 25 et le 28 novembre Le 7 déc. 2018 à l’Espace Jean Lur­çat à Juvisy-sur-Orge (91) Le 13 déc. 2018 au Théâtre de Thouars-Scène conven­tion­née (79) Le 21 déc. 2018 au Théâtre Jean Vilar à Vitry-sur-Seine (94) Le 8 janv. 2019 au Théâtre de Chartres (28) Le 18 janv. 2019 au Prisme-Théâtre muni­ci­pal d’Élancourt (78) Le 22 janv. 2019 au Relais cultu­rel de Hague­nau (67) Le 25 janv. 2019 à la Salle Europe à Col­mar (68) Le 14 fév. 2019 au Centre d’art et de culture de Meu­don (92) Le 19 fév. 2019 au Théâtre Jean Vilar de Sur­esnes (92) Le 26 fév. 2019 au Théâtre de la Madeleine-Scène conven­tion­née de Troyes (10) Le 27 fév. 2019 au Théâtre de la Madeleine-Scène conven­tion­née de Troyes (10)


One Response to L’actu

  1. lallemant

    Bon­jour,
    bravo pour vos com­men­taires très inté­res­sants et com­plets. Si il existe une lettre je serai heu­reuse de la rece­voir.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>