A oublier

Condi­tions météo défavorables

Dans un album dont le titre est emprunté à William Blake, le duo pro­pose une pop elec­tro ambi­tieuse mais un rien fac­tice car empor­tée par une cer­taine pompe de ses vappes sonores. Néan­moins, l’électro ajoute par­fois des sortes de ratures, bif­fures ou adjonc­tions. Elle viennent cas­ser le céré­mo­nial que les voix portent vers les cieux.
Pour autant, l’aspect gran­di­lo­quent per­dure. Enre­gis­tré à Los Angeles, l’album est plus porté vers San Fran­cisco tant il est doux, éthéré, mélan­co­lique. Certes,  Gar­den of Love  tente de se vou­loir contem­po­rain mais les accroches sont rares. La brume du Paci­fique sou­vent pré­sente de la baie donne au dream-pop un carac­tère plu­tôt vapo­reux, voire brumeux.

Sébas­tien Ché­nut rem­plit son contrat, la voix de Maud Gef­fray est mélo­dieuse mais sans envol. Tout reste linéaire et fade. L’album n’est pas fon­ciè­re­ment raté mais il manque d’un concept fort. Au mieux il est plai­sant, au pire insa­tis­fai­sant, froid, ramolli faute de repères et de réelles recherches.

jean-paul gavard-perret

Scratch Mas­sive, Gar­den of Love, label Bor­del, 2018.

 


4 Responses to A oublier

  1. DO

    il demeure d’enverguRe moyenne … juste en deuxième ligne avant la fin de cet article …

  2. Myrtie

    Bon­jour,
    Votre article tombe à pic, merci pour celui-ci, votre site est sympa.

  3. Christiane Beaudoin

    Vrai­ment …
    Votre article est plus jouis­sif que le film

Répondre à Christiane Beaudoin Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>