A oublier

Une écri­ture passive

Dans un lyrisme inces­sant (dès le titre), Isa­belle Lévesque mêle l’amour et l’imaginaire avec divers élé­ments clas­siques inhé­rents à l’avènement du monde. Tout s’ouvre avec l’aurore, la nature et le couple. Le poème peut se lire comme un aveu tou­chant en un dia­logue avec l’autre qu’il s’agit de séduire par le chant d’appel. Et ce, au moment où l’amoureux est absent : « ici / nous unis­sait » et où il s’agit de le réani­mer à tra­vers — et entre autres — deux fleurs : le bleuet et le coque­li­cot qui veulent renaître et éclore par les mots de l’aimée sur les lèvres de celui qui est l’objet de ses atten­tions.
La poé­tesse ramène à un dis­cours attendu, nor­ma­tif là où la fra­gi­lité de l’amour est pré­sente sous l’arsenal des sai­sons selon une image des plus tra­di­tion­nelles : des fruits verts du prin­temps aux neiges de l’hiver afin de signi­fier la sépa­ra­tion et les pos­sibles retrou­vailles. Tout reste de l’ordre d’une vision écu­lée. Le passé y est celui du temps rêvé et le pré­sent l’aubaine de « miracles espé­rées ». Le roman­tisme règne mais n’est guère convainquant.

Le chant demeure  figé en une poé­sie arché­ty­pale dont la grâce – si grâce il y a – est com­pas­sée. Nulles arti­cu­la­tions inédites. La volupté manque de vigueur. Telle l’Ovide des Méta­mor­phoses, la femme s’adresse à son amant, mais le lyrisme n’est pas celui du poète antique. La flamme qui brûle volette mol­le­ment dans une emphase et une séduc­tion trop ritua­li­sées pour être pro­bantes.
La poé­sie perd son éner­gie et tombe en une forme de pas­si­vité même si l’auteure tente de la faire dan­ser au sein des des­crip­tions. Elles sont trop pré­vi­sibles pour renou­ve­ler la lan­gage d’amour.

jean-paul gavard-perret

Isa­belle Lévesque,  Vol­tige !, L’herbe qui tremble, 2017, 96 p. — 14,00 €.


4 Responses to A oublier

  1. DO

    il demeure d’enverguRe moyenne … juste en deuxième ligne avant la fin de cet article …

  2. Myrtie

    Bon­jour,
    Votre article tombe à pic, merci pour celui-ci, votre site est sympa.

  3. Christiane Beaudoin

    Vrai­ment …
    Votre article est plus jouis­sif que le film

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>