A oublier

Etre double sème le trouble

Les jumelles est le pre­mier roman d’une ex-journaliste anglaise. Elle semble avoir bien mérité le prix du pre­mier roman Marie Claire UK, même s’il y a quelques lon­gueurs dans la pre­mière par­tie. L’auteure joue avec nos nerfs en abor­dant le thème trou­blant de la gémel­lité, en essayant de le dépous­sié­rer un peu. Elle met en exergue le lien puis­sant qui relie des jumeaux, même après la dis­pa­ri­tion d’un d’entre eux. Fas­ci­na­tion, désir et répul­sion se mêlent habi­le­ment dans ce thril­ler psy­cho­lo­gique, où la folie guette à chaque page.
Mais était-il bien néces­saire de faire se côtoyer deux couples de jumeaux ? Etait-il néces­saire d’y faire figu­rer quelques scènes de sexe plus ou moins expli­cites ? La légè­reté du début de l’amitié des deux femmes fait heu­reu­se­ment place à une ten­sion psy­cho­lo­gique de plus en plus pal­pable dans la seconde par­tie du roman, qui fait oublier les lon­gueurs du début et quelques moments vrai­ment ennuyeux.

Quand  Abi Caven­dish croise Bea­trice dans les rues de Bath, elle en reste inter­dite, tant la res­sem­blance avec sa défunte sœur jumelle est incroyable. Elle lui adresse la parole, et les deux femmes sym­pa­thisent tel­le­ment rapi­de­ment que Béa­trice pro­pose à Abi d’emménager dans sa grande mai­son. Une mai­son bour­geoise où elle héberge d’autres amis, et qu’elle par­tage avec son frère jumeau Ben.
Très vite, la fas­ci­na­tion qu’exerce Bea­trice sur Abi s’intensifie, et un cer­tain malaise s’insinue entre elles, et gran­dit d’autant plus qu’Abi et Ben entament une liai­son. Le duo devient trio, mais trois ne fait pas un très bon chiffre. Abi semble éprou­ver quelques troubles psy­cho­lo­giques, l’ombre de sa sœur revient sans cesse à sa mémoire. Bea­trice et Ben entre­tiennent une rela­tion par­fois mal­saine, et Bea­trice révèle peu à peu des aspects de sa per­son­na­lité moins sym­pa­thiques à sa nou­velle co-locataire, elle l’accuse de lui voler cer­tains bijoux, et de s’immiscer entre elle et son frère. Abi serait-elle en train de som­brer dans folie, ou Bea­trice et Ben cacheraient-ils de sombres secrets ?

Le talent de l’auteure réside dans le fait de nous faire par­ta­ger les crises de nerf des per­son­nages, et à réel­le­ment semer le doute dans nos esprits quant à la santé men­tale des per­son­nages. Qui mani­pule qui ? Qui est vrai­ment celui qu’il dit être ? Les clefs de l’énigme résident bien sûr dans le passé de cha­cun.
L’auteure ne réus­sit peut-être pas à fas­ci­ner autant que dans Faux sem­blants – porté à l’écran par Cro­nen­berg – , mais ne s’en tire pas si mal pour un coup d’essai. Les der­nières pages vien­dront en rajou­ter à votre trouble ou peut-être à votre ennui.

franck bous­sard

Claire Dou­glas, Les Jumelles, Har­per col­lins noir, 2016, 341 p. — 18,90 €.

 

 

4 Responses to A oublier

  1. DO

    il demeure d’enverguRe moyenne … juste en deuxième ligne avant la fin de cet article …

  2. Myrtie

    Bon­jour,
    Votre article tombe à pic, merci pour celui-ci, votre site est sympa.

  3. Christiane Beaudoin

    Vrai­ment …
    Votre article est plus jouis­sif que le film

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>