A oublier

Lacan mérite mieux que ça

Une nou­velle fois, Lacan donne le flanc à une mise en pièces d’autant plus per­fide que l’essayiste y fait preuve d’un savoir cer­tain.
Plus d’ailleurs sur la langue et la phi­lo­so­phie grecques que sur le psy­chiatre et psychanalyste.

Se retrouve ici l’antienne sur la puis­sance d’un dis­cours de tyran por­teur de plé­ni­tude d’une œuvre que Bar­bara Cas­sin pré­sente comme divine même si, à pro­pre­ment par­ler, elle n’existe pas.
Sa connais­sance intime du grec et des pou­voirs de la langue se heurte tou­te­fois au verbe laca­nien. Elle s’en donne néan­moins à coeur joie parfois.

Certes, nous ne pou­vons que la suivre lorsqu’elle dégomme la baderne Badiou qui confond dans une sainte tri­nité Socrate, Lacan et Mao-Zedong.
Mais que le phi­lo­sophe contem­po­rain n’ait rien com­pris de Lacan ne suf­fit pas à dis­cré­di­ter ce der­nier sous pré­texte d’une inter­pré­ta­tion lamentable.

Pour autant, des­cendre Lacan comme l’essayiste le fait au rang de sophiste est une absur­dité. Ses émules ont bien tout fait pour trans­for­mer leur maître en ce qu’il ne fut pas. Mais, contrai­re­ment à eux, le jeu du verbe n’est jamais gra­tuit chez lui.
Et le réduire à une pure jouis­sance de celui-là demeure une réduc­tion aventureuse.

Lacan est un de ceux qui a mon­tré tout ce que le lan­gage cache par ses mots “com­ment taire”.
Mais Bar­bara Cas­sin, ne sui­vant que la jonc­tion entre parole et jouis­sance, passe à côté du sujet en dépit — ou à cause — de son retour à L’éloge d’Hélène de Gorgias.

Ce texte jadis sul­fu­reux n’est pas la bonne porte pour entrer dans le tra­vail de Lacan. Sa com­pa­gnie ne lui sied que trop mal.
Et le faire “par­ler à la Gor­gias” reste — même sur la jouis­sance des femmes — une argu­men­ta­tion spé­cieuse. Lacan mérite mieux que ça.

jean-paul gavard-perret

Bar­bara Cas­sin, Jacques le Sophiste — Lacan, Logos et psy­cha­na­lyse, Epel, 2021, 254 p. — 23,00 €.

7 Responses to A oublier

  1. DO

    il demeure d’enverguRe moyenne … juste en deuxième ligne avant la fin de cet article …

  2. Myrtie

    Bon­jour,
    Votre article tombe à pic, merci pour celui-ci, votre site est sympa.

  3. Christiane Beaudoin

    Vrai­ment …
    Votre article est plus jouis­sif que le film

  4. Jacques Richard

    Votre article fait œuvre de salu­brité publique par ces temps où plus que jamais les cuistres essayent de se faire pas­ser pour des pen­seurs. Quant à la bêtise, “un sot trouve tou­jours un plus sot qui l’admire”. C’est l’éternelle his­toire de la paille et de la poutre. Merci et… encore !
    J. R.

  5. ANNE-MARIE JEANJEAN

    Grand Merci ! Vous nous évi­ter de perdre un temps pré­cieux ! AMJ

  6. Nicolas Mathevon

    Bon­jour et merci de cette cri­tique. Etant l’auteur de “Les ani­maux parlent”, je me per­mets d’informer d’éventuels lec­teurs ou lec­trices (permettez-moi de n’oublier per­sonne… ;-) ) de l’existence d’un site web accom­pa­gnant le livre. Vous y trou­ve­rez quelques extraits (ainsi que des enre­gis­tre­ments, des films…) :
    https://mathevon0.wixsite.com/website-2/phoquebarbu
    https://mathevon0.wixsite.com/website-2/copie-de-croc
    https://mathevon0.wixsite.com/website-2/extraits
    Bon voyage sonore !
    Nico­las Mathevon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>