Echos d’Italie

la Repub­blica Cinema
Cene­ren­tola, 70 anni fa usciva la fiaba ani­mata che salvò Walt Disney

Diven­tato un clas­sico, è stato il mag­giore incasso nei cinema Usa nel 1950 per­met­tendo allo stu­dio di ris­ta­bi­lirsi eco­no­mi­ca­mente. Il film ha vinto l’Orso d’oro a Ber­lino e ha avuto tre nomi­na­tion agli Oscar per il miglior sonoro,  per la colonna sonora e per la can­zone Bibbidi-Bobbidi-Boo

di RITA CELI
14 feb­braio 2020

Bian­ca­neve nel ’37 balla con i sette nani ma Cene­ren­tola nel 1950 è la prima a bal­lare nel salone del cas­tello insieme al prin­cipe azzurro. A tre­dici anni dal primo lun­go­me­trag­gio d’animazione con la capos­ti­pite delle prin­ci­pesse,  Walt Dis­ney scom­mette su un’altra fiaba euro­pea per super­are le dif­fi­coltà eco­no­miche in cui versa la sua casa di pro­du­zione. Nei primi anni 40 rea­lizza Pinoc­chio, Fan­ta­sia, Dumbo e Bambi ma gli incassi al bot­te­ghino non bas­tano  a coprire i costi e dopo la guerra la com­pa­gnia non riesce a risol­le­varsi. Dis­ney sce­glie la favola di Charles Per­rault e, come è ormai nel suo stile, alla gio­vane orfana ves­sata dalla matri­gna e dalle sorel­lastre,  affianca una schiera di ani­ma­letti par­lanti che la aiu­tano a tras­for­mare i suoi sogni in realtà. Cene­ren­tola esce negli Stati Uniti il 15 feb­braio 1950 e rea­lizza anche i desi­deri di papà Walt:  costato tre milioni di dol­lari, è il mag­gior incasso del 1950, per­mette allo stu­dio di ris­ta­bi­lirsi eco­no­mi­ca­mente, pagare i debiti e pen­sare a nuovi progetti.

Cene­ren­tola diventa un clas­sico dell’animazione insieme al cas­tello dise­gnato per il film (ispi­rato a quello di Lud­wig, il cas­tello di Neust­wan­stein in Baviera) che diventa il sim­bolo della Dis­ney  ed è in seguito rea­liz­zato a gran­dezza natu­rale nel Walt Dis­ney World in Flo­rida. Il film, diretto da Wil­fred Jack­son, Hamil­ton Luske e Clyde Gero­nimi, è pre­sen­tato al fes­ti­val di Vene­zia, dove Walt Dis­ney riceve un pre­mio spe­ciale,  nel ’51 vince l’Orso d’oro per miglior film musi­cale al primo Fes­ti­val di Ber­lino e ottiene tre nomi­na­tion agli Oscar per il miglior sonoro, colonna sonora e can­zone per Bibbidi-Bobbidi-Boo.  Viene ridis­tri­buito nelle sale per cinque volte negli Usa e sette in Ita­lia, incas­sando com­ples­si­va­mente 85 milioni di dollari.

La tras­for­ma­zione dell’abito strac­ciato di Cene­ren­tola in quello da ballo è la scena ani­mata pre­fe­rita di Walt Dis­ney. Non solo per la bel­lezza delle ani­ma­zioni di Marc Davis, ma anche per­ché la scena rap­pre­senta la filo­so­fia Dis­ney:  i mira­coli pos­sono acca­dere se non si perde la spe­ranza. La fiaba ha come tema il ris­catto di Cene­ren­tola, aiu­tata dalla Fata madrina, una crea­tura in grado di rega­larle una serata magica con il tocco della sua bac­chetta.  Ma è la scar­petta di cris­tallo a cam­biare per sempre la vita della fan­ciulla. Il suc­cesso del film è dovuto anche alla colonna sonora e le can­zoni di Cene­ren­tola, tra cui I sogni son desi­deri e Questo è l’amor,  sono le prime a essere curate dalla neo­nata Walt Dis­ney Music Company.

Come era già acca­duto con Bian­ca­neve, anche per questo film ven­gono usati modelli fem­mi­nili, uti­liz­zando la tec­nica del “live action foo­tage”. Negli studi Dis­ney ven­gono ricreate le scene in veri e pro­pri set,  dove gli inter­preti reci­tano davanti agli ani­ma­tori, che pos­sono così pren­dere spunto per le pose e le espres­sioni. Le modelle scelte sono la sua dop­pia­trice Ilene Woods e Helene Stan­ley, che qualche anno dopo avrebbe inter­pre­tato  anche Aurora (La bella addor­men­tata nel bosco) e Anita (La carica dei 101). […]

—-
tra­duc­tion :

Il y a 70 ans sor­tait Cen­drillon, le conte de fées animé qui a sauvé Walt Disney

Il est devenu un clas­sique et a été le plus grand suc­cès dans les ciné­mas amé­ri­cains en 1950, per­met­tant au Stu­dio de se réta­blir éco­no­mi­que­ment. Le film a rem­porté l’Ours d’Or à Ber­lin et a été nominé trois fois aux Oscars pour le meilleur son, pour la bande son et pour la chan­son “Bib­bidi Bob­bidi Boo”.

par RITA CELI
14 février 2020

Blanche Neige dansa avec les sept nains en 1937, mais Cen­drillon dansa pour la pre­mière fois en 1950 dans le salon du châ­teau avec le prince char­mant. Treize ans après le pre­mier long métrage de l’animation avec la mère des prin­cesses, Walt Dis­ney parie sur un autre conte de fées euro­péen pour sur­mon­ter les dif­fi­cul­tés éco­no­miques de sa mai­son de pro­duc­tion. Au début des années 40 il réa­lise Pinoc­chio, Fan­ta­sia, Dumbo et Bambi mais les recettes au box-office ne suf­fisent pas  pour cou­vrir les coûts, et après la guerre la com­pa­gnie ne par­vient pas à se rele­ver. Dis­ney choi­sit la fable de Charles Per­rault et, comme c’est désor­mais dans son style, il adjoint à la jeune orphe­line har­ce­lée par sa belle-mère et ses demi-sœurs, un tas d’animaux par­lant qui l’aident à trans­for­mer ses rêves en réa­lité.
Cen­drillon sort aux États-Unis le 15 février 1950 et réa­lise aussi les sou­haits de papa Walt : ayant coûté trois mil­lions de dol­lars et étant devenu le plus gros encais­se­ment de 1950, il per­met au stu­dio de se réta­blir éco­no­mi­que­ment, de payer les dettes et de pen­ser à de nou­veaux projets.

Cen­drillon devient un clas­sique de l’animation de même que le châ­teau conçu pour le film (ins­piré de celui de Lud­wig, le châ­teau de Neust­wan­stein en Bavière) qui devient le sym­bole de Dis­ney et est ensuite réa­lisé en gran­deur nature dans le Walt Dis­ney World en Flo­ride. Le film, réa­lisé par Wil­fred Jack­son, Hamil­ton Luske et Clyde Gero­nimi, est pré­senté au fes­ti­val de Venise, où Walt Dis­ney reçoit un prix spé­cial, en 51 il rem­porte l’Ours d’or pour le meilleur film musi­cal au pre­mier Fes­ti­val de Ber­lin et obtient trois nomi­na­tions aux Oscars pour le meilleur son, la bande sonore et la chan­son pour Bibbidi-Bobbidi-Boo. Il est redis­tri­bué cinq fois dans les salles aux États-Unis et sept fois en Ita­lie, ce qui rap­porte 85 mil­lions de dollars.

La trans­for­ma­tion de la robe déchi­rée de Cen­drillon en robe de bal est la scène ani­mée pré­fé­rée de Walt Dis­ney. Pas seule­ment pour la beauté des ani­ma­tions de Marc Davis, mais aussi parce que la scène repré­sente la phi­lo­so­phie Dis­ney : les miracles peuvent se pro­duire si vous ne per­dez pas espoir. Le conte de fées a pour thème la déli­vrance de Cen­drillon, aidée par sa mar­raine la Fée, une créa­ture en mesure de lui offrir une soi­rée magique avec la touche de sa baguette. Mais c’est la pan­toufle de vair qui change la vie de la jeune fille pour tou­jours. Le suc­cès du film est aussi dû à la musique et aux chan­sons de Cen­drillon, notam­ment “Les rêves sont des désirs” et “C’est l’amour”, qui sont les pre­mières à être com­po­sées par la jeune Walt Dis­ney Music Company.

Comme c’était déjà le cas avec Blanche-Neige, des modèles fémi­nins sont uti­li­sés pour ce film, en uti­li­sant la tech­nique du “live action foo­tage”. Dans les stu­dios Dis­ney, les scènes sont recréées dans de véri­tables tour­nages,  où les inter­prètes récitent devant les ani­ma­teurs, qui peuvent ainsi s’inspirer des poses et des expres­sions. Les modèles choi­sis sont la dou­blure Ilene Woods et Helene Stan­ley, qui quelques années plus tard, jouera aussi Aurore (La belle au bois dor­mant) et Anita (Les 101 dal­ma­tiens).
[…]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

 

One Response to Echos d’Italie

  1. Sophie

    J’adore Berg­man, un style unique et une force incroyable dans l’expérience. J’adore.

Répondre à Sophie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>