Echos d’Italie

La Repub­blica / R.it

Cinquant’anni di Sturm­trup­pen, per­ché la satira anti­mi­li­ta­rista di Bonvi è sempre attuale

A Bolo­gna una mos­tra con opere inedite curata dalla figlia dell’artista morto a 54 anni in un inci­dente stradale

par FRANCESCO FASIOLO

07 dicembre 2018

Bran­co­lano nel buio in una eterna guerra di trin­cea. Insen­sata, pro­prio come tante guerre vere. Il ser­gen­ten è sadico ma allo stesso tempo ridi­colo, il cuo­ken cucina da far schifo  (non aiuta il fatto che insa­po­risca le zuppe con arti di cada­veri), gli eroi­ken por­ta­fe­ri­ten ries­cono con la loro gof­fag­gine a peg­gio­rare, se pos­si­bile, le condi­zioni dei com­mi­li­toni col­piti.
E poi c’è la pic­cola fedetta prus­sia­nen, del tutto inutile dal momento che non vede mai niente. Insomma, una vita duris­sima, per il sol­da­ten sem­plice Otto.
Cinquant’anni di tutto ciò, ovvero di “Sturm­trup­pen”, sono in mos­tra a Bolo­gna: 250 opere dell’Archivio Bon­vi­cini e in gran parte inedite a Palazzo Fava fino al 7 aprile.

La stris­cia ita­liana più famosa nel mondo è nata poco lon­tano, sul tavolo di un’osteria di Modena. La leg­genda vuole infatti che le prime vignette di “Sturm­trup­pen” siano state dise­gnate su una tova­glia, nell’ottobre di un anno des­ti­nato a pas­sare alla sto­ria, il 1968. Il fumet­tista 27enne Franco Bon­vi­cini pre­sentò un mese dopo i suoi stra­lu­nati sol­dati al Salone del fumetto di Lucca, dove avrebbe vinto il concorso del quo­ti­diano “Paese Sera”, che comin­ciò così a pub­bli­care le sue strip.
Nel corso degli anni la satira anti­mi­li­ta­rista di Bonvi appro­derà su tante diverse tes­tate, non solo ita­liane. Basti pen­sare che “Sturm­trup­pen” è stato il primo fumetto stra­niero a essere pub­bli­cato in Unione Sovie­tica ed è stato tra­dotto in undici lingue.

Ma per­ché “Sturm­trup­pen” è pia­ciuta così tanto? Per­ché fa così ridere? La lin­gua, innan­zi­tutto. Bonvi fa par­lare i suoi sol­da­tini con un impro­ba­bile italiano-tedesco in cui le parole finis­cono con la “-en” e le “v” diven­tano “f” (“Cosa defo faren?”). Ecco allora che la altez­zosa reto­rica degli alti comandi della Wehr­macht viene smon­tata in pochi secondi quando fa il suo ingresso l’”uffizialen super­io­ren” o il “sot­to­te­nen­ten di kom­ple­men­ten”. Un lin­guag­gio che oggi forse qual­cuno consi­de­re­rebbe poli­ti­ca­mente scor­retto. Ma lo scopo era quello di ridi­co­liz­zare i nazisti – e in genere tutte le esas­pe­ra­zioni di un mili­ta­rismo cru­dele ed ottuso-, non la Ger­ma­nia (Bonvi tra l’altro rea­lizzò delle sto­rie appo­si­ta­mente per il pub­blico tedesco).
E poi gli ita­liani non ven­gono certo ris­par­miati: uno dei per­so­naggi più diver­tenti è il “fiero allea­ten” Galeazzo Muso­lesi (già dal nome mici­diale paro­dia di fas­cismi vari, incro­cio tra Galeazzo Ciano e Benito Mussolini).  […]

—-
tra­duc­tion:

Cin­quante ans de Sturm­trup­pen [Les Troupes d’Assaut de l’Armée alle­mande 1914–1918, ndt] : parce que la satire anti­mi­li­ta­riste de Bonvi est tou­jours d’actualité

À Bologne, une expo­si­tion avec des oeuvres inédites orga­ni­sée par la fille de l’artiste mort à 54 ans dans un acci­dent de la route

par FRANCESCO FASIOLO

le 07 décembre 2018

Ils tâtonnent dans l’obscurité dans une éter­nelle guerre de tran­chées. Insen­sée, jus­te­ment comme beau­coup de vraies guerres. Le “ser­gen­ten” est sadique mais en même temps ridi­cule, le “cuo­ken” cui­sine à faire dégoût (il n’est pas aidé par le fait qu’il assai­sonne les soupes avec des membres de cadavres), les sol­dats “éroi­ken” ne par­viennent, avec leur gau­che­rie, qu’à faire empi­rer, si pos­sible, la condi­tion de leurs com­pa­gnons d’armes. Et puis il y a “la petite Fedette prus­sienne”, com­plè­te­ment inutile puisqu’il ne voit jamais rien. [pour une pré­sen­ta­tion des prin­ci­paux per­sonnes, voir ici ). En somme, une vie vrai­ment dure pour le simple sol­dat Otto.

Cin­quante ans de tout cela, c’est-à-dire de Sturm­trup­pen, est exposé à Bologne : 250 oeuvres des archives de Bon­vi­cini, en grande par­tie inédites, au Palazzo Fava jusqu’au 7 avril.
La bande des­si­née ita­lienne la plus célèbre du monde est née très près de là, sur la table d’un bis­trot de Modène. La légende veut en effet que les pre­mières vignettes des “Sturm­trup­pen” aient été des­si­nées sur une nappe, au mois d’octobre d’une année des­ti­née à res­ter dans l’histoire, en 1968. Le des­si­na­teur de 27 ans Franco Bon­vi­cini pré­senta un mois après ses sol­dats hagards au Salon de la bande des­si­née de Lucca, où il avait gagné le concours du quo­ti­dien “Paese Sera “, qui com­mença ainsi à publier ses strips.
Au cours des ans, la satire anti­mi­li­ta­riste de Bonvi débar­quera dans de nom­breux et dif­fé­rents jour­naux, et non seule­ment ita­liens. Beau­coup pensent que Sturm­trup­pen a été la pre­mière bande des­si­née étran­gère à être publiée en Union Sovié­tique et a être tra­duite en onze langues.

Mais pour­quoi Sturm­trup­pen a-t-il tel­le­ment plu ? Pour­quoi fait-il ainsi rire ? La langue, avant tout. Bonvi fait par­ler ses sol­dats avec un impro­bable italien-allemand dans lequel les mots finissent avec “- en” et où les “v” deviennent des “f” (“Que dois-che vaire ?”) Voilà alors que la rhé­to­rique hau­taine des hauts com­man­dants de la Wehr­macht est démon­tée en quelques secondes quand l’ “offi­cie­ren super­io­ren” ou le “sot­to­te­nen­ten di kom­ple­men­ten” fait son entrée.
Un lan­gage que l’on pour­rait peut-être aujourd’hui consi­dé­rer comme poli­ti­que­ment incor­rect. Mais le but était de ridi­cu­li­ser les nazis — et d’une façon géné­rale toutes les exas­pé­ra­tions d’un mili­ta­risme cruel et borné -, pas l’Allemagne (Bonvi réa­lisa entre autres des his­toires des­ti­nées au seul public allemand).

Et puis les Ita­liens ne sont cer­tai­ne­ment pas eux-mêmes épar­gnés : un des per­son­nages les plus amu­sants est “le fier allien Galeazzo Muso­lesi” (nom déjà d’une paro­die meur­trière de divers fas­cismes, croi­se­ment entre Galeazzo Ciano [Gian Galeazzo Ciano, comte de Cor­tel­lazzo et de Buc­cari est un homme poli­tique ita­lien, gendre de Benito Mus­so­lini et per­son­na­lité majeure du régime fas­ciste ] et Benito Mussolini).  […]

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

One Response to Echos d’Italie

  1. Sophie

    J’adore Berg­man, un style unique et une force incroyable dans l’expérience. J’adore.

Répondre à Sophie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>